Yaoundé - 04/08/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Adamaoua: le Secrétaire d’Etat à la santé booste la lutte contre le Covid-19

Alim Garga Hayatou vient de toucher du doigt les sites d’accueil des personnes atteintes du Covid-19, le 27 et 28 avril 2020 au cours d’une visite de travail dans l’Adamaoua.Cette région souffre encore du manque de matériel nécessaire pour la prise en charge adéquate des malades .

Porte d’entrée des régions septentrionales, l’Adamaoua constitue un carrefour où transitent les voyageurs en provenance ou en partance pour les autres parties du pays. Depuis l’annonce du premier cas notifié au Cameroun, la riposte a été lancée avec les campagnes de sensibilisation qui se sont multipliées au fil des jours. A ce titre, les maires, les parlementaires ont doté les différents services publics et privés, les marches, les agences de voyages et la gare ferroviaire des points de lavage de main. Appuyés par la délégation régionale du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, les associations, les jeunes volontaires et le Comité Départemental de la Croix Rouge de la Vina sont sur le terrain pour désinfecter les différents services et les marches. L’objectif affiché de la descente sur le terrain du secrétaire d’Etat auprès du Minsanté est de s’assurer des dispositions de prévention et de lutte contre le COVID-19 mises sur pied au niveau régional.

Alim Garga HAyatou, au site des logement sociaux pour accueillir les personnes atteintes

La ville de Ngaoundéré qui abrite le comité régional de coordination de la lutte contre le COVID-19 compte 5 sites de mise en quarantaine et de prise en charge des cas ou des malades. Le Centre de Gestion des Epidémies de l’Hôpital Régional avec une capacité de 5 lits accueille les malades confirmés de cette pandémie. Outre ce site, le Bakarou de l’hôtel Transcam, le Centre d’Instruction des Forces Armées Nationales, les logements sociaux et l’hôtel Oasis des Bois de Mardock, sont aussi aménagés pour accueillir les cas positifs et les malades.

Depuis la déclaration du 1er cas le 17 avril 2020, l’Adamaoua a enregistré au total 35 alertes, dont 26 prélèvements effectués, avec 3 cas positifs soit 11,53% dans le district de santé de Ngaoundéré urbain. Selon Dr. Yaou Aladji Zakari, délégué régional de la santé publique de l’Adamaoua, le 1er cas positif a été mis en isolement à domicile avec toute sa famille sous sa demande. Pour limiter la transmission de la maladie, son domicile et son véhicule ont été pulvérisés. Après examen au Centre Pasteur, il est déclaré négatif, mais il poursuit le confinement et est suivi par l’équipe médicale. A en croire les propos du délégué régional, on note une amélioration positive du cas. Les 2 autres cas qui présentaient les symptômes de la maladie sont sous mis médicaments et bénéficient d’un suivi de proximité journalier. Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la santé publique se dit satisfait des mesures prises au niveau de la région, “la région de l’Adamaoua est l’une des régions, qui dès les premiers moments a pris le problème à bras le cops. Nous avons suivi dans les masses medias et je viens de visiter les sites, je suis satisfait par l’ensemble des mesures qui sont prises. La région dispose de toutes les infrastructures, des accommodements pour que cette bataille soit gagnées. J’ai constaté avec beaucoup d’engouement que l’Adamaoua présente des atouts pour gagner cette lutte. Je m’en suis félicité”.

La touche de l’Université de Ngaoundéré

Equipe de prise en charge du Covid-19 dans la région de l’Adamaoua.

Afin de limiter la propagation de la maladie, l’institution universitaire à travers son laboratoire de Biochimie basée à l’Ecole Nationale Supérieure des Sciences Agro-Industrielles (ENSAI) produit des gels hydro-alcooliques d’une capacité de 600 litres par semaine. Ces gels sont mis à la disposition des administrations. Selon, le chef d’équipe des chercheurs, Dr. Abia Daouda, les gels sortis de leurs laboratoires répondent aux normes de l’Organisation Mondiale de la Santé. “Nous faisons tous les tests possibles avant de les mettre à la disposition du public. Depuis 2017, nous produisons des solutions hydro-alcooliques que nous vendions ailleurs’’.

La visite du secrétaire d’Etat auprès du Minsanté vient booster la lutte contre le COVID-19 dans la région qui souffre encore du manque de matériel nécessaire pour la prise en charge adéquate des malades.

Jean BESANE MANGAM  

Laisser un commentaire

dix − 4 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR