Yaoundé - 23/02/2019

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Annie Hortense Atchoumi : « nous sortirons vainqueur de la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale dans notre pays »

Présidente Nationale de l’association des sages-femmes et assimiles du Cameroun (ASFAC) revenant sur la mortalité maternelle.

Dans notre univers professionnel on forme aussi bien des femmes qu’on appel de sages-femmes et des hommes qu’on appelle maïeuticiens. Le Cameroun forme depuis une vingtaine d’années des brevetés accoucheurs, des diplômés d’état accoucheurs, des techniciens en santé de reproduction et dès 2011 la décision d’ouvrir les écoles de sage-femme a été adoptée par le Gouvernement.

Ceci a été possible grâce au plaidoyer de l’ASFAC et l’appui de plusieurs partenaires oeuvrant dans la lutte contre la mortalité maternelle et infantile. Nous sommes passés du système de diplôme d’état au système Licence, Master et Doctorat et cela sous la tutelle de l’Université de Buéa ».

Parlant du métier de sage-femme qui est le sien, la présidente de l’ASFAC ne manque pas de lucidité et de passion:

« Le métier de sage-femme / maïeuticien ne souffre d’aucune concurrence dans le domaine de la santé étant donné que les domaines de compétence de la sage-femme sont bien définis. Elle travaille en étroite collaboration avec le gynécologue-obstétricien. La pratique de sage-femme est différente des soins infirmiers de maternité car nul ne peut mieux encadrer les collègues nouveaux en obstétrique ou les coacher et /ou assurer la documentation comme la sage-femme. Sur ce, les connaissances uniques et distinctes qui la composent doivent être respectées.

Je dirais pour terminer que le métier a plus que jamais toute sa place! Et je reste convaincue que c’est par ce métier que»

Sur la célébration de la Journée Mondiale de la Sage-Femme, dame Atchoumi Annie Hortense a précisé les motivations de son association : nous sortirons vainqueur de la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale dans notre pays

« Ces dernières années nous avons vu les statistiques de mortalité maternelle et infantile grimper de plus en plus. Sachant que la sage-femme est la cheville ouvrière dans le domaine de l’obstétrique, il nous a semblé pertinent de sensibiliser non seulement les prestataires de soins obstétricaux et néonataux, mais aussi les populations cibles, parce que comme vous le savez si bien, l’ignorance est souvent à l’origine de la plupart des catastrophes rencontrées. Nous entrons donc en guerre contre la mortalité maternelle et infantile par tous les moyens possibles. Les soins de qualité sont des soins sans risques et ceci se fera par notre engagement, notre esprit de sacrifice pour la mère, le nouveau-né et la famille. »

 

Joseph MBENG BOUM

Source : Unfpa

Laisser un commentaire

Catégories

Visiteurs