Yaoundé - 04/08/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Cameroun : Le ministre de la santé ferme les pharmacies et centres de santé à Yaoundé pour vente de la chloroquine falsifiée contre le Covid19

Dans une notre signée le 08 avril 2020, le ministre camerounais de la santé publique, Dr Manaouda Malachie a décidé de mettre sous scellés, 04 établissements de santé pour exercice illégale de la pharmacie, détention et vente illégale de la chloroquine falsifiée et sans autorisation entre autres motifs.

D’après la note Dr Manaouda Malachie, la pharmacie de la Foi située au quartier Odza, est scellée pour 30 jours. Les raisons de sa suspension sont : absence de pharmaciens aux heures d’ouverture, la vente de la chloroquine falsifiée, sans autorisation et à titre préventif.

L’autre hors-la loi c’est la pharmacie le Bon berger située au lieu-dit nouvelle route Omnisport, est scellée pour une durée de 30 jours. Elle est accusée de vente de la chloroquine falsifiée et sans autorisation. Approvisionnement chez un fournisseur non agrée.

Le Cabinet de soins Saint Etienne situé à côté de l’hôpital de district de Biyem-Assi est définitive scellé  pour exercice illégale de la pharmacie, détention et vente de la chloroquine falsifiée et sans autorisation.

Horizon Santé située au lieu-dit « montée Jouvence » est aussi définitivement scellé pour exercice illégal de la pharmacie, détention et vente de la chloroquine falsifiée et sans autorisation.

Le ministre de la Santé publique rassure après analyse de la chloroquine retrouvée dans les différents établissements de santé, les résultats prouvent qu’il n y a aucune trace de la chloroquine dans ses produits.

A lire aussi : http://echosante.info/coronavirus-21-personnels-de-sante-infectes-au-covid-19-au-cameroun/

Lanacome au contrôle

Le 30 mars 2020, le directeur général du Laboratoire national de contrôle de qualité des médicaments et d’expertise (Lanacome), Rose Ngono, a émis une alerte auprès des hôpitaux et pharmacies afin de signaler la circulation de deux présentations de chloroquine issues des circuits de contrebande relate le site afrique.le360.ma.

Des produits dangereux qui se retrouveraient même déjà dans des formations hospitalières, selon l’institution. D’après le Lanacome, les tests effectués sur ces produits «révèlent l’absence de toute substance active pharmaceutique». Les professionnels de santé avertissent sur la dangerosité de la prescription desdits médicaments pour un usage thérapeutique.   

Un avertissement qui survient au lendemain d’une alerte lancée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) au sujet de la circulation d’antipaludéen (comme la chloroquine) falsifiée au Cameroun, au Tchad et au Nigeria.

De faux médicaments en circulation avec le logo du Programme de médicaments essentiels de l’OMS.

L’alerte fait référence à du «sulfate de quinine falsié 300 mg, présenté en six combinaisons différentes de numéros de lots et dates de péremption/ fabrication», indique la note du DG du Lanacome. Ce, dans un contexte où l’on assiste à la course à la chloroquine, devenue très prisée pour le traitement du Covid-19.  «L’automédication à base de produits manufacturés ou de la pharmacopée traditionnelle est une pratique dangereuse qu’il convient d’éviter », rappelle le ministre de la Santé publique, Manaouda Malachie, alors que toutes sortes de recettes dites miracles inondent les réseaux sociaux. Voilà pourquoi le Lanacome «recommande aux populations et aux professionnels de santé de ne pas s’approvisionner en chloroquine dans les circuits non autorisés».

Joseph MBENG BOUM

Laisser un commentaire

4 − un =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR