Yaoundé - 18/04/2019

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Cameroun : les milliers d’enfants non vaccinés à cause du faible financement

Par Joseph MBENG BOUM

 

La vaccination reste l’une des armes plus efficaces pour combattre des maladies, et préserver la santé des populations. La vaccination est reconnue comme une des mesures les plus efficaces pour prévenir la mortalité, la morbidité et les complications des maladies infectieuses chez les enfants.

On estime qu’environ 3 millions de décès sont évités chaque année dans le monde grâce à la vaccination et qu’en plus, elle permet chaque année d’éviter près de 750 000 enfants de souffrir de sérieux handicaps physiques, mentaux ou neurologiques.

Souvenons-nous qu’en Mai 1974, l´Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé un programme de vaccination mondiale, connu sous le nom de Programme Elargi de vaccination (PEV), comme l´une des interventions de santé publique majeure pour prévenir la morbidité et la mortalité infantiles. Le PEV vise à vacciner les enfants du monde entier pour prévenir les maladies, diminuer les invalidités et les décès dus aux maladies évitables par la vaccination.

Au Cameroun, les milliers d’enfants atteignent l’âge de (05) cinq ans sans avoir reçu une seule dose de vaccin. Cette situation est liée à nombreux facteurs qui sont pourtant remédiable. Parmi les goulots d’étranglement, on note : la faible contribution de l’Etat aux activités du PEV ; l’absence d’un mécanisme de financement de la demande et de l’offre de qualité ; l’insuffisance des financements pour la mise en œuvre de l’ensemble des activités du programme et les retards dans la mise à disposition de la contribution financière de l’Etat pour l’achat des vaccins.

Sur le plan de la communication, on relève un manque d’efficacité et d’efficience de la communication en faveur de la vaccination et des insuffisances dans la mise en œuvre des activités de communication pour la vaccination de routine. La gestion des vaccins et intrants au niveau opérationnel reste à améliorer. Le taux de perte en vaccin est encore élevé et une gestion des déchets de la vaccination inquiétante.

Malgré la bonne volonté des professionnels de la santé à vacciner tous les enfants au

Cameroun, l’insuffisance des ressources logistiques ; l’absence d’un système de maintenance des équipements de chaîne du froid et matériel roulant ; l’insuffisance des équipements de la logistique tant en quantité qu’en qualité plombe les efforts.

Tout en reconnaissant que la vaccination est gratuite au Cameroun, et que des stratégies avancés sont instaurées, il faut dire qu’il y a encore des zones géographiquement difficiles d’accès, ou isolées à cause de risques sécuritaires. Par ailleurs, il faut parfois noter la non disponibilité des vaccins ou des moyens de conservation.

Le système de santé est affaibli par un manque de ressources humaines, qui sont surchargées par des tâches multiples. Les interventions offertes dans le cadre du PEV au Cameroun sont essentiellement des activités de prévention des maladies évitables par la vaccination : Poliomyélite, Rougeole, Fièvre Jaune, Tétanos, Tuberculose, diarrhée à Rotavirus, pneumonie Pneumoccoque/Haemophilus, hépatite virale B, Diphtérie, Coqueluche, Rougeole/Rubéole. À ce titre, les populations sont atteintes à travers diverses modalités d’offre de services, il s’agit des activités vaccinales de routine qui se déroulent en poste fixe et en stratégies avancées/mobiles et des activités vaccinales supplémentaires qui comprennent les campagnes de vaccinations locales ou nationales. Dans un souci d’intégration des activités de santé maternelle et infantile, le paquet de service offerts par le PEV inclut l’administration de la vitamine A et le déparasitage des enfants.

Pour atteindre une meilleure couverture vaccinale au Cameroun, le PEV a besoin de ressources humaines, financières, matérielles et logistiques nécessaires à la mise en œuvre de ses activités à tous les niveaux de la pyramide sanitaire.

Pour ce faire, l’Etat, des Collectivités Territoriales Décentralisées, la communauté, le privé et les partenaires doivent se mobiliser pour accroître le financement de la vaccination au Cameroun. La vaccination est une affaire de tous et de chacun. En mettant un franc dans la vaccination, on sauve des vies et on booste l’économie et la croissance. Il n’y a aucun développement possible avec un peuple malade.

A lundi prochain !

Laisser un commentaire

un × 3 =

Catégories

Visiteurs