Yaoundé - 13/11/2019

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Malnutrition: la planète entière affectée.

Selon  le rapport  sur la nutrition mondiale 2017 ,publié samedi 4 novembre ,la totalité des 140 pays  étudiés est confrontée  à  au moins  une des principales formes de ce fléau: le retard de croissance chez l’enfant, l’anémie chez  la femme en âge de procréer  et le surpoids  chez l’adulte. 88% de la population mondiale est lourdement touché  par deux ou trois de ces troubles.

 

Dans le monde, 2 milliards de personnes  souffrent  de carence en micronutriments  essentiels, comme le fer,  la vitamine A ou l’iode. Selon ce rapport, en Afrique  et en Asie 155 millions  d’enfants de moins  de 5 ans présentent un retard de  croissance. Cet effectif représente  23% d’enfants touchés et 52 millions  d’entre eux  sont atteints  de maigreur extrême. 1,9 milliards d’adultes sont en surpoids ou obèses dont 32% des hommes et 40% des femmes. De même,  41 millions   d’enfants de moins de 5 ans souffrent de surpoids. Au total, une personne sur trois souffre de malnutrition, qualifiée de « nouvelle norme » par les auteurs  qui se basent sur des données des agences de l’Organisation et des pays.

815 millions de personnes ont faim

Mais ce sont aussi les tendances qui inquiètent.  Les chiffres  sur la faim dans le monde progressent dans la mauvaise direction. Aujourd’hui, 815 millions de personnes  se couchent le vendre vide ,un chiffre en augmentation  par rapport  aux 77 millions  de personnes recensées en 2015, comme l’a dévoilée  l’organisation  des Nations unies  pour l’alimentation et  l’agriculture  dans son rapport  de septembre. En outre, 38 millions  d’entre elles sont confrontées à une insécurité alimentaire  grave, au Nigeria, en Somalie, au  soudan  du sud, au Yémen, en Ethiopie et au Kenya.

Le nombre d’enfants de   moins  de 5ans  souffrant de malnutrition responsable de près  de la moitié des décès  dans cette tranche  d’âge  a certes diminué  dans de nombreux pays, mais  cette baisse  n’est pas  assez rapide  pour atteindre  l’objectif d’y mettre fin d’ici 2030. Le   nombre de femmes de 15 à 49 ans souffrant d’anémie a augmenté depuis 2012 pour atteindre 38%, une pathologie qui entraîne des impacts à long terme sur la santé de la mère et de l’enfant.

Enfin, le surpoids et l’obésité sont en hausse quasiment  partout  aussi bien  dans les pays à fort revenu  que dans les autres .Sur le continent nord-américain, un tiers des hommes et des femmes sont obèses, tandis que 10 millions d’enfants   africains  présentent une surcharge pondérale.

Éradiquer la pauvreté.

Cependant, la malnutrition coûte très chère soit -10% du PIB (produit intérieur brut) mondiale. Néanmoins, chaque pays devra mettre une politique  pour assurer une bonne production alimentaire  durable, améliorer les infrastructures qui  achemineront  les  aliments vers la métropole. Il est donc impératif  que le gouvernement incite  les populations à s’investir davantage dans l’agriculture de seconde génération pour lutter  contre cette maladie  qui fait des ravages dans le monde, nonobstant  les efforts déployés par  certains  organismes non gouvernementaux  (ONG).

JEAN CALVIN  ALAMA NDIOMO

Laisser un commentaire

seize − trois =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR