Yaoundé - 03/07/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Coronavirus : le Cameroun déclenche son dispositif de riposte

Alors que le bilan de l’épidémie de coronavirus a franchi la barre des 100 morts en Chine et des premiers cas suspects en Afrique, le Cameroun met en place son dispositif pour barrer la voie à cette épidémie.

Au Cameroun, aucun cas de cette épidémie n’a encore été détecté mais face à la propagation du Coronavirus dans le monde, le ministre camerounais de la Santé publique, Dr Manaouda Malachie vient de prendre une série de mesures pour éviter la contamination de son pays. Au moment où la Côte d’ivoire et l’Île Maurice enregistrent leurs premiers cas suspects, le Cameroun met en place son dispositif sanitaire renforcé.

Le 24 janvier 2020, les acteurs du système de santé ont tenu une réunion de crise au terme de laquelle un plan de riposte a été adopté.

Sur le plan de la surveillance épidémiologique, les dispositifs de détection des cas ont été installés dans les aéroports internationaux de Yaoundé, Douala et en cours à Garoua. Des caméras thermiques, des thermo flash et autres outils de surveillance sont déjà disponibles dans les aéroports de Yaoundé et Douala. Au niveau du laboratoire, le Centre Pasteur du Cameroun a commandé les réactifs qui seront livrés dans les prochains jours pour faire le diagnostic du Coronavirus. Pour ce qui est de la collecte  des données, les fiches de notification, fiche de déclaration de malades voyageurs, la définition des cas sont en cours d’élaboration et seront disponibles dans les aéroports et les ports. La formation des équipes d’interventions et d’investigations rapides sont en cours.

En termes de communication, une cellule de crise a été mise en place. Des mesures de sensibilisation et de prévention ont déjà commencé à être communiquer aux populations. « La surveillance des points d’entrée au Cameroun en particulier les aéroports et les ports  est de mise », rassure le Minsanté.

Le Coronavirus en Afrique

Alors que d’autres pays d’Asie, mais aussi d’Europe et les Etats-Unis sont maintenant touchés par l’épidémie de coronavirus, en Afrique, des cas suspects sont signalés en Côte d’Ivoire et à l’Ile Maurice. Dans plusieurs autres pays du continent des dispositions sont prises  pour éviter une éventuelle contamination.

A Maurice, trois passagers membres d’une même famille en provenance de Chine via Dubai qui ont atterri à l’aéroport de Sir Seewoosagur Ramgoolam (Maurice), le mercredi 23 janvier dernier 2020, ont été mis en quarantaine par mesure de précaution. Ils ne présentaient pas de signes évidents des symptômes du Coronavirus. Toutefois, les autorités sanitaires ont décidé de prendre des mesures préventives. A cela s’ajoute, deux autres passagers qui ont été placés en isolement dans un hôpital, le mercredi 22 janvier 2020. Des analyses sanguines sont en cours afin d’établir un diagnostic précis.

En Côte d’Ivoire, le ministère de la santé et de l’hygiène publique du pays a annoncé le samedi 25 janvier 2020, la présence d’un cas suspect de coronavirus à l’aéroport d’Abidjan. Il s’agit d’une étudiante ivoirienne vivant en Chine qui souffre depuis le mardi 22 janvier 2020 de syndrome grippal avec toux, éternuement, écoulement nasal et difficulté respiratoire.

Ce qu’il faut savoir du coronavirus

Selon les spécialistes, la source exacte du coronavirus n’est pas toujours connu, ni comment il est transmis et s’il peut muter. Le virus peut également se propager pendant la période d’incubation. Donc, avant que les symptômes de la maladie ne deviennent visibles. La période d’incubation est de 10 jours en moyenne. Cependant, il y a eu aussi des cas où la maladie a éclaté après un jour, la période d’incubation la plus longue étant de 14 jours.


Par ailleurs, pour éviter ou limiter toute contamination il faut se laver les mains fréquemment, tousser ou éternuer dans le creux du coude ou dans un mouchoir dont on se débarrasse ensuite, éviter de se toucher le visage en l’occurrence le nez et la bouche. Par ailleurs les patients suspectés d’être contaminés doivent être placés à l’isolement pour éviter la contagion. 

Panique dans le monde

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS), qui juge la menace “élevée” sans toutefois déclencher une alerte sanitaire internationale, a indiqué lundi qu’elle ne savait pas encore si les personnes infectées étaient contagieuses avant de présenter les symptômes de la maladie, comme l’affirment certains responsables sanitaires chinois. La menace de propagation est d’autant plus grande que le maire de Wuhan a déclaré dimanche que 5 millions de personnes avaient quitté cette métropole de 11 millions d’habitants avant le Nouvel an chinois, tombé cette année le 25 janvier.

Joseph MBENG BOUM, avec l’AFP, OMS

Laisser un commentaire

4 × 1 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR