Yaoundé - 10/08/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Coronavirus : le Cameroun renouvelle ses 13 mesures pour 15 jours, les pays voisins optent pour le confinement, état d’urgence et renforcement des mesures

Au moment où la situation s’aggrave au Cameroun, le gouvernement vient de renouveler ses 13 mesures pour une période de 15 jours pourtant. Des pays frontaliers moins touchées à des revenus similaires, passent à la vitesse supérieure. Votre journal vous invite à découvrir comment les pays voisins agissent face au Covid-19.   

Le bilan de l’actuelle pandémie de COVID-19 sur le continent africain a atteint 172 décès alors qu’on comptabilisait 5 255 cas confirmés en date de mardi, a révélé le Centre africain de contrôle et de prévention des maladies (CDC Afrique). Le CDC Afrique, agence spécialisée de l’Union africaine (UA), a déclaré dans sa dernière mise à jour de la situation que les cas étaient répartis dans 47 pays africains.

Au Cameroun, le bilan au 1er avril 2020 est de 223 cas confirmés, 06 décès, 10 patients guéris. Malgré, le non-respect des mesures gouvernementales, le Cameroun a opté de reconduire celles-ci en comptant sur le changement de comportement de la population.  Rappelons qu’au Cameroun, outre les mesures de l’Organisation mondiale de la Santé (Oms), les mesures vont de la fermeture des frontières, des écoles, les bars et restaurants dès 18h,  à la limitation des regroupements à moins de 50 personnes.  

Entre état d’urgence  et confinement en Afrique Centrale  

Les mesures d’hygiènes pour barrer la route au Covid-19

Le 24 mars, le président de la République démocratique du Congo (RDC), avec 109 cas confirmés, 08 décès, 02 guérisons, Félix Tshisekedi, a décrété l’état d’urgence sur toute l’étendue du pays pour lutter contre la pandémie du coronavirus qui frappe depuis le 10 mars dernier la capitale Kinshasa. Parmi les mesures supplémentaires prises par le chef de l’Etat congolais, il y a entre autres l’interdiction de tous les voyages de Kinshasa vers les provinces et vice-versa, afin de permettre le confinement de la capitale, foyer de la pandémie.

Selon le président congolais qui a pris plusieurs autres mesures, la décision fait suite à la gravité et au caractère dangereux de la pandémie du COVID-19. « Je réquisitionnerai les unités de la Police nationale congolaise et celles de nos Forces armées afin d’organiser des patrouilles mixtes pour faire respecter ces mesures, pour le bien de tous », a-t-il poursuivi. « J’en appelle une fois de plus à l’union sacrée de la nation, car c’est ensemble que nous nous en sortirons », a déclaré M. Tshisekedi, qui a aussi annoncé la fermeture de toutes les frontières du pays, sauf pour les camions, navires et avions-cargos avec fret.

Au Congo Brazzaville avec 19 cas confirmés,  Denis Sassou N’Guesso, instaure l’état d’urgence et le couvre-feu. Après avoir consulté le président du Senat, le président de l’Assemblée nationale, le Premier ministre, chef du gouvernement, le président de la Cour constitutionnelle, le président de la Cour suprême et des éminents scientifiques : Je décide, en votre nom à vous tous, pour les trente jours à venir, avec effet à compter du mardi 31 mars 2020, ce qu’il suit :  l’instauration, dans notre pays, de l’état d’urgence sanitaire ; le confinement à domicile de l’ensemble de la population, à l’exception de ceux qui travaillent à la fourniture des biens et services indispensables ; l’interdiction de la circulation sur l’ensemble du territoire national, à l’exception des déplacements jugés essentiels ; la fermeture de tous les lieux de vente autres que ceux des aliments et des produits essentiels ;  la régulation des ventes sur les marchés domaniaux ;  la mise en place d’un couvre-feu, de 20 heures à 5 heures du matin ; la mobilisation générale des forces de défense et de sécurité afin de faire respecter sans faille l’ensemble de ces décisions ; la création d’un Fonds national de solidarité pour le soutien des entreprises, la compensation des pertes de revenus des actifs et l’aide aux personnes vulnérables. Ce fonds doit mobiliser au moins 100 milliards de francs CFA courant avril 2020.

Au Tchad, 07 cas confirmés, le Président Idriss Déby Itno  dans son adresse à la nation, a annoncé un plan de contingence et de lutte contre le coronavirus à hauteur de 15 milliards de FCFA a été élaboré grâce à  l’appui technique de nos partenaires.  Il sera financé par nos ressources propres et la contribution de la solidarité internationale.   A cet effet, j’ai mis en place un Fonds spécial pour la lutte contre le coronavirus. « Comme vous le savez déjà,  un certain nombre de mesures nécessaires comme la fermeture des frontières terrestres et la suspension des liaisons  aériennes à l’exception des cargos ont été prises  pour prévenir l’incursion du covid19 dans notre pays. Après le premier cas avéré, nous avons décidé de la fermeture de tous les établissements scolaires et universitaires publics et privés, des lieux de cultes, des bars, des restaurants et de tous les endroits susceptibles de réunir un bon nombre de personnes et favoriser   la propagation du virus. Si les circonstances l’exigent, nous serons amenés à prendre d’autres mesures plus rigoureuses tendant au   confinement total », précise le Président Tchadien.

En Guinée Equatoriale, 15 cas confirmés , le Président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo compte tenu d’une part l’augmentation progressive des cas positifs dans son pays et, d’autre part, le fait que, selon les recherches réalisées par le Comité technique de contrôle et d’intervention face au nouveau coronavirus, certaines personnes infectées ont circulé dans les différents districts du territoire national et ont été en contact avec les habitants locaux, il a décidé d’après le Bureau d’information et de presse de Guinée équatoriale:  jusqu’au 15 avril, la circulation de véhicules et de personnes entre les districts est suspendue, c’est-à-dire, tous les districts de la région continentale sont mis en quarantaine et la circulation ou le flux de personnes et de véhicules d’un district à un autre est interdit. La présente mesure sera en vigueur à partir du vendredi 3 avril pour une durée de 14 jours. On souligne que tous les magasins de vêtements, de matériaux divers, les supermarchés, les épiceries, les pharmacies, les salons de coiffure, les magasins d’appareils électroménagers, d’articles et d’ustensiles ménagers doivent rester ouverts selon un horaire d’ouverture n’excédant pas 20 h 00. Les restaurants et les cantines offrant des plats préparés devront être fermés à partir de 21 h 00

Au Gabon, 18 cas confirmés, 01 décès, le Président Ali Bongo a décidé d’interdire tous les déplacements ; de créer un fonds spécial pour la riposte contre le Covid-19 ; la commande et la livraison de 44 tonnes de matériel médical ; la fermeture des frontières ; la limitation des déplacements non essentiels ; la fermetures des établissements scolaires ; le confinement partiel de 19h30 à 6h ; interdire les rassemblements ou regroupements

Confinement

C’est la mesure la plus radicale qui oblige les citoyens, sauf autorisation spéciale, à “rester chez eux” toute la journée. Dans la plupart de cas, il est tout de même possible de sortir pour acheter des produits de première nécessité ou se soigner. C’est le choix de plusieurs pays d’Europe et c’est le choix aussi de l’Afrique du Sud avec 1 353 depuis vendredi 27 mars à 00h00 locales.

Face à la progression exponentielle de la maladie, le président Cyril Ramaphosa a imposé le confinement à ses 57 millions de concitoyens pendant trois semaines, afin, a-t-il justifié, “de prévenir une catastrophe humaine aux proportions énormes”. L’ordre est diversement respecté et la police doit souvent intervenir.

Outre l’Afrique du Sud, seuls la Tunisie, le Rwanda et l’île Maurice se sont jusque-là engagés sur cette voie radicale. Deux régions du Ghana devraient s’ajouter à la liste en début de semaine. La République du Congo-Brazzaville s’est jointe au mouvement. Le président Denis Sassou Nguesso a annoncé samedi 28 mars le confinement des habitants de son pays, un couvre-feu nocturne et l’instauration d’un “état d’urgence sanitaire” face aux risques de propagation du coronavirus. Ces mesures sont valables 30 jours à compter du mardi 31 mars 

Le confinement peut être aussi partiel : ainsi il touche les deux plus grandes villes de Madagascar. Dans le cas de l’Algérie, la ville de Blida, à l’ouest d’Alger, est confinée. La capitale, Alger, est placée sous couvre-feu. Au Nigeria, le président nigérian, Muhammadu Buhari, a ordonné dimanche 29 mars un confinement total des populations d’Abuja, la capitale fédérale et Lagos, mégalopole tentaculaire de 20 millions d’habitants.

Cette mesure doit prendre effet lundi 30 mars à partir de 23h00 pour une période initiale de 14 jours, “Nous savons que ces mesures vont causer beaucoup de difficultés (…) mais c’est une question de vie ou de mort”, a expliqué l’ancien général de 77 ans.

Alors que les cas officiels d’infection au Covid-19 frôlent la centaine, les autorités de Lagos et de la capitale Abuja s’étaient contentées “d’inviter” les habitants à rester chez eux, conscientes des difficultés à faire respecter de strictes mesures de confinement.

Quarantaine

Huit villes du Burkina Faso, dont la capitale Ouagadougou, ont été placées “sous quarantaine” à partir de vendredi 27 mars, pour freiner la propagation du coronavirus très actif dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

“La mise en quarantaine signifie que personne ne rentre, personne ne sort des villes concernées”, a expliqué le ministre de la communication Remis Fulgance Dandjinou, précisant que cette mesure s’étendra sur une durée de deux semaines.
“Le gouvernement a décidé de la mise sous quarantaine de toutes les villes ayant enregistré un cas confirmés de Covid-19”, a-t-il précisé.
 Joseph MBENG BOUM, RFI, xinhuanet, AFP

Laisser un commentaire

19 + un =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR