Yaoundé - 17/04/2019

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Drame de Deido : « médecin guéris toi toi-même »

A propos de ce qui est devenu le ”cas Blériot”, aucun commentaire ne pourrait apaiser la peine des parents du défunt à l’occasion de ce énième épisode funeste dans un de nos hôpitaux.

Je profite de l’opportunité qui m’est donnée de m’exprimer par cette tribune, pour rappeler de manière redondante que des cas de décès (parfois plus tragiques que celui qui fait la une de l’actualité) abondent tous les jours dans nos services d’accueil d’urgences ! Et nous ”médecins camerounais exerçant au Cameroun” sommes tous les jours confrontés à des dilemmes dont les solutions ne relèvent parfois que de la grâce divine, mes confrères me comprendront aisément. Et La conséquence évidemment, est la récurrence de ces drames shakespeariens dans nos centres de santé, auxquels nous assistons en toute impuissance.

Ce qui en rajoute à la peine du deuil, c’est bien l’attitude absolument irresponsable de la personne qui a filmé puis diffusé sur la toile cette scène horrible en plein hôpital et en temps réel. J’accuse de ”complicité” (peut-être passive me direz-vous) tout le personnel soignant rassemblé en ces lieux ce jour-là. C’est en réalité, où se situe la faute professionnelle la plus lourde de l’histoire; et qui ma foi justifierait des poursuites judiciaires et des sanctions exemplaires à la hauteur de la gravité de l’acte afin d’éradiquer de tel comportement.

En ce qui concerne l’attitude technique ou plutôt la prise en charge jugée douteuse par tous (même par ceux qui sont incapables de se torcher les fesses tous seuls), il y a tellement de paramètres à prendre en compte qu’il semble hasardeux à la limite indécent de porter des critiques aussi véhémentes voire injurieuses et outrageantes à l’endroit de l’équipe médicale en action ce jour-là.

Qu’il me soit permis de le dire, et j’y mets une emphase particulière: je dénonce avec la dernière énergie le culte de l’incompétence et de la facilité (tout compte fait lié à l’irresponsabilité des gens) qui semble gangrener toute la société camerounaise à tous les niveaux !!!

Malheureusement, les médecins que nous sommes ne peuvent se permettre d’être médiocres ! Parce que des vies entières, nos propres vies (professionnels de la santé) et celles de nos familles entières en dépendent, nous avons l’obligation morale d’être au top à tout moment !

Si cette perte tragique devrait servir à quelque chose, ce serait bien de créer ce fameux déclic qui nous fera prendre la ferme résolution de mettre sur pied et d’optimiser les meilleures conditions permettant à un ”médecin camerounais exerçant au Cameroun” de faire son travail au mieux, à savoir sauver des vies et apporter du réconfort aux malades ainsi qu’à leur famille. Dès que j’ai dit cela, TOUT se décline à demi-mots et ceux-là même qui ont la lourde charge d’organiser la Santé, d’organiser le Pays et ses ressources (y compris chaque camerounais) peuvent en dégager les mesures urgentes qui s’imposent. Je n’ai ni la qualité ni l’outrecuidance qui m’auraient permis de dérouler en pareille circonstance un programme ”magique” de réforme du système de santé camerounais; les personnes agréées ayant largement la Compétence et les compétences pour le faire.

 

Lire aussi l’article sur la libération des patients insolvables : comprendre la lettre du Minsanté http://Libération des patients insolvables : comprendre la lettre du Minsanté

J’ai enfin été choqué par les réactions de certains médecins surtout ceux de la diaspora qui, brandissant pompeusement et arrogamment  leur qualité de ”médecin urgentiste” exerçant à l’étranger, n’ont rien fait d’autre que de ”réciter le cours” (non sans imperfections d’ailleurs) depuis leurs hôpitaux bien équipés, tout  en insultant les médecins camerounais exerçant au pays. C’est tout simplement désobligeant !

Je n’évoquerai pas le cas de ceux qui n’ayant séjourné que très peu de temps dans un amphithéâtre, se sont permis de donner un point de vue technique sur une question d’ordre médical et avec une assurance déconcertante.

Je tiens à le rappeler si tant est besoin de le faire, qu’aucun commentaire ni expertise grotesque de quelque dilettante que ce soit, assoiffé de scandale, ne pourra améliorer notre système de santé, pour lequel malheureusement très peu d’entre nous se battent activement. On peut dénoncer, pester autant qu’on le veut, on peut accuser qui on veut, mais la spéculation ne résoudra aucun problème, sans action véritable !

Que le Médecin qui ne s’est jamais planté ou qui n’a jamais loupé son diagnostic jette la première pierre !

Je prie pour les âmes de tous nos compatriotes qui meurent dans les hôpitaux tous les jours…

Que leurs morts ne soient pas vaines mais nous permettent d’en éviter de millions d’autres !

Comme une bouteille jetée à la mer, en espérant qu’elle parvienne à destination, j’invite avec foi tous les camerounais y compris ceux de la diaspora (médecins, infirmiers, autres patriotes), à participer activement à la #capacitation de notre personnel de santé dans l’intérêt général ; tout en améliorant progressivement le plateau technique de nos structures hospitalières avec du matériel de base (matériel de réanimation, lits, défibrillateurs, et que sais-je encore, même de seconde main si possible !) afin de nous aider à aider vos familles ainsi que les nôtres ici au Pays !

Parce qu’au final, on n’est jamais bien ailleurs que chez soi…

Nous devons ”soigner” nos propres tares avant celles des autres car avoir connaissance de ses faiblesses est un des piliers de la sagesse. Et si chacun se ”soigne” (sa façon de penser, sa perception d’autrui, de la société, de son rôle dans la société) alors nous aurons fait les trois quarts du chemin, au lieu de verser dans de creuses tentatives d’autopsie sociétale dont le résultat est plus la stigmatisation d’autrui qu’autre chose…

Et lorsque je vous dis ”Médecins, guéris toi toi-même !”, vous aurez compris que cela n’a rien à voir avec la profession médicale…

Que Dieu bénisse le Cameroun…

Dr Fernand OMBOLO,

Président de SOS Médecins Cameroun

Laisser un commentaire

3 × deux =

Catégories

Visiteurs