Yaoundé - 03/07/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Extrême-Nord: la traque du tueur invisible

Dans le cadre de la lutte contre la COVID 19, le Secrétaire d’État à la Santé Publique en charge des épidémies et des pandémies, ALIM GARGA HAYATOU, effectué depuis ce 26 mai 2020, une visite d’évaluation du dispositif de riposte, mis en place dans la Région de l’Extrême- Nord.

Il a commencé par le camp des réfugiés de MINAWAWO, situé dans le département du Mayo Tsanaga. Ce site qui s’étend sur près de 7 hectares, héberge plus de 64 milles âmes, composées essentiellement de ressortissants nigérians.
Le constat est Clair, des mesures strictes de prévention anti COVID y ont été prises, afin de parer à toutes éventualités futures. On souhaite vivement préserver la virginité du camp en la matière. Le circuit du malade bien défini, démontre à suffisance le sérieux accordé à la question dans ce camp, où, un centre d’ isolement éloigné des habitations a été apprêté.
L’ Hôpital Régional de Maroua dans le Diamare a reçu en 2e lieu le SETAT et toute sa Délégation. Un tour complet de la structure a été fait. Deux bâtiments y sont dédiés aux cas de COVID. Soit un pour les suspects uniquement et l’autre pour les cas sévères. L’ emplacement desdits pavillons permet que l’ arrivée et l’ évacuation des malades se fasse sans peine. Plusieurs cas de COVID y ont été recensés. Une bâtisse spéciale Covid y est en pleine élévation. Le SETAT a demandé au Directeur de cette FOSA après certaines explications, de tracer de manière claire le circuit du malade qui à son avis manque de lisibilité.
La visite s’est poursuivie au QG du SGI, logé dans l’enceinte de la DRSPEN. L’incident Manager Adjoint, dans son exposé a présenté la réponse de la Région. Il en est ressorti qu’ elle a déjà enregistré 50 cas de Covid 19 dont 26 ont recouvré la guérison et 03 en sont décédés. L’ arrondissement de Maroua1 porte le flambeau avec 23 cas, suivi de Maroua 2, 13 cas et Kousseri 08 cas.
Le Délégué Regional a révélé le défaut de laboratoire comme difficulté majeure. La Région envoie encore ses échantillons prélevés au Centre Pasteur de Garoua. Il a egraine le chapelet de conséquences qui en découlent. Comme autre problème il a évoqué la stigmatisation dont sont victimes les familles des malades. Quelle solution pourrait- il y apporter?
Pour boucler sa journée, le SETAT, en fin d’ après midi, a recu dans la salle de reunion du Mizao hôtel, le parterre Administratif, Religieux et Traditionnels du Diamare.

C’ est au cours d’ un véritable plaidoyer, qu’ il les a invités à conscientiser, sensibiliser et responsabiliser les populations dont ils ont la charge. Ils ont acceuilli avec enthousiasme ce message et ont promis se servir de leur autorité, pour tout mettre en oeuvre et bouter de leur Région ce tueur invisible.
A l’ issue des échanges fructueux, une remise symbolique de dons a été faite aux autorités Administratives, Religieuses et Traditionnelles du Diamare, par l’ hôte du jour.

Dr S.E AKAMBA
CEA1/ CELCOM
A MAROUA

Laisser un commentaire

10 − 5 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR