Yaoundé - 30/09/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

GABON/CEEAC XVIIe SESSION ORDINAIRE DU CONSEIL DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, LE FINANCEMENT DE LA STRATÉGIE RÉGIONALE DE RIPOSTE CONTRE LA COVID-19 PRÉCONISÉE

LE MINISTRE PACÔME MOUBELET BOUBEYA ET LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA CEEAC AHMAD ALAM-MI LORS DES TRAVAUX

Les ministres des affaires étrangères et de l’intégration des différents pays membres de la CEEAC se sont réunis le 27 juillet 2020 par visioconférence dans le cadre des préparatifs de la XVIIe session ordinaire de la conférence des chefs d’États et de gouvernement qui se tiendra le 30 juillet 2020. Parmi les points à l’ordre du jour figurait en bonne place le financement de la stratégie régionale de riposte contre la COVID-19 préparé par le secrétariat général de la CEEAC et adopté récemment par les ministres de la santé.

UNE VUE DES MINISTRES DES AFFAIRES ÉTRANGERS ET DE COOPÉRATION

L’ultime rencontre qui a vu la participation des experts et ministres des affaires étrangères de la sous-région CEEAC et présider par Pacôme Moubelet Boubeya, ministre gabonais des affaires étrangères et président en exercice du conseil des ministres de la CEEAC a permis de dresser les principaux enjeux de la réforme institutionnelle de la CEEAC et de préconiser le financement de la stratégie régionale de riposte contre la COVID-19 << Notre région a été durement frappé par la crise sanitaire due à la pandémie coronavirus, il nous faut rester vigilant, eu égard au nombre sans cesse croissant des cas de contamination. C’est pour nous l’occasion de rendre un vibrant hommage appuyé à nos personnels de santé, ainsi qu’aux forces de sécurité et de défense de nos États, donc la mobilisation exceptionnelle a permis de maintenir la situation sous contrôle parfois au péril de leur vie. D’où la nécessité d’une stratégie régionale de riposte en complément des actions engagées au sein de nos États respectifs. Car, en raison de sa forte contagiosité et de l’importante mobilité transfrontalière des personnes, une coordination régionale serait plus efficace que des initiatives en cavalier solitaire. Il nous incombe d’approuver la stratégie régionale de riposte préparée par le secrétariat général et déjà adoptée par les ministres en charge de la santé puis assurer son financement. Il en va de même des autres projets sectoriels et au regard des multiples enjeux qui les sous-tendent. >> A déclaré à l’ouverture des travaux Pacôme Moubelet Boubeya le ministre gabonais des affaires étrangères et président en exercice du conseil des ministres de la CEEAC.

LA CEEAC AU CŒUR DES REFORMES INSTITUTIONNELLES

Si la réforme institutionnelle de la CEEAC vise à réaliser dans un saut qualitatif majeur la gouvernance de l’organisation en vue d’en faire une communauté économique régionale fiable et forte, il convient de souligner que la situation épidémiologique de la sous-région CEEAC a permis d’attirer l’attention sur le développement des structures sanitaires.<< Cette session revêt une importance particulière dans l’histoire de la CEEAC, car elle comme tâche principales de baliser la voie à l’achèvement de la première grande phase de la réforme institutionnelle de la CEEAC, à savoir l’entrée en vigueur du traité révisé et mise en place de la commission. Nous voulons ici félicité les états membres pour les efforts remarquables fournis en vigueur de contenir la propagation de la maladie, le temps est venu d’adopter une approche communautaire de riposte en ce moment où les impératifs d’ordre socio-économique contraignent les états à ouvrir progressivement leurs frontières, et il est à souligner que parmi les projets de décision soumis et transmis à l’approbation des chefs d’États, figure celui portant sur le financement de la stratégie régionale de riposte contre la pandémie coronavirus en Afrique centrale.>> A laissé entendre Ahmad Alam-Mi le secrétaire général de la communauté économique des états de l’Afrique centrale CEEAC au cours de cette rencontre.
Outre la santé, il s’est agi également d’intégrer dans un cadre juridique et institutionnel unique et harmonisé toutes les composantes du processus de l’intégration régionale au sein de la CEEAC à savoir l’intégration économique, commerciale, politique, sociale, paix, sécurité et stabilité.

Saint Clair kengue

Laisser un commentaire

un + dix-sept =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR