Yaoundé - 19/02/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Hôpital de district de Pouma : Dr Ingrid Flore Dombou Ngoukong aux commandes

Agée d’une trentaine d’années, elle aura désormais les rênes de l’hôpital de district de Pouma situé dans le Département de la Sanaga-Maritime, Région du Littoral au Cameroun. Celle-ci a pris fonction officiellement le 3 janvier 2020.

L’année 2019 s’est achevée avec beaucoup de mouvements dans le secteur de santé notamment avec de nouvelles affectations à la tête des formations hospitalières. Ainsi, l’arrêté du N°000255 du ministre  de la Santé publique portant nomination des responsables dans les services déconcentrés au ministère de la santé publique a porté à la tête de l’hôpital de district de Pouma, le Dr Doumbou Ngoukong Ingrid flore. Anciennement médecin chef par intérim au Centre médical d’arrondissement de Makenéné, elle aura pour lourde mission de relever les défis liés à l’humanisation des soins que prône le ministre de la Santé publique, Dr Malachie Manaouda : « Je suis déjà très honorée de l’estime et de la considération que le ministre a eu mon égard en me permettant d’accéder à ce poste de responsabilité. Et j’espère ne pas le décevoir. C’est un réel plaisir de prendre service ici. Le personnel et mon prédécesseur ont été très accueillant » a-t-elle déclaré.

S’il est vrai que l’hôpital de district de Pouma est mal en point, ce sont ses nombreux maux qui lui font trainer le pas. Reparti sur 8500 m2 non clôturé, l’hôpital se situe dans le département de la Sanaga-maritime, région du littoral, à 100 mètre quittant l’axe lourd Yaoundé-Douala sur la nationale numéro 3. De par sa position sur une voie très accidentogène, celle-ci reçoit régulièrement des victimes de la voie publique.  La détérioration de cet hôpital au fil des années paralyse la prise en charge ces victimes. Par ailleurs, l’hôpital ne dispose pas de médicaments de première nécessité, et le plateau technique y est déficient.  La gestion des déchets y est mauvaise et l’eau courante n’y est pas disponible.

Aussi, L‘hôpital ne dispose pas d’ambulance, rendant ainsi difficile le transfert des patients vers des hôpitaux de référence pour une meilleure prise en charge. Les coupures intempestives sans compter l’absence d’un groupe électrogène pour assurer la morgue, les accouchements dans la nuit et les opérations d’urgence. Pour apporter des solutions à cette formation sanitaire qui meure dans le silence, un plan de réhabilitation de l’hôpital a été mis sur pied par l’ancien directeur dudit hôpital, le Dr Alphonse Bayiha, désormais directeur de l’hôpital de district de Bonassama. Ce projet suit bonne démarche auprès de la direction des études et projets du ministère de la Santé Publique. « La hiérarchie est au courant qu’il faut absolument refaire l’hôpital au niveau des infrastructures. Visiblement, il n’a pas l’air d’un hôpital de district, vu les bâtiments, l’Etat des services » a déclaré le directeur sortant.

Du pain sur la planche, le nouveau directeur de l’hôpital de district de Pouma devra s’armer de beaucoup de détermination et d’engagement pour rehausser l’image de cette formation sanitaire.

Brenda Ngoufack  

Laisser un commentaire

quatre × 1 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR