Yaoundé - 05/07/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Mohamadou Laminou: « Nous allons recruter et payer le personnel de santé pour notre commune»

Le Maire de la commune de Tignère, Chef-lieu du département Faro et Déo, région de l’Adamaoua au Cameroun décline sa vision pour le développement sanitaire de sa collectivité territoriale décentralisée.  

Monsieur le Maire pouvez-vous nous faire le bilan de votre précédent mandat ?Le bilan de notre mandat 2013-2019 parle de lui-même et la population a affirmée lors du dernier scrutin par rapport aux suffrages valablement exprimés en faveur de notre liste avec un taux de 70,99%. Néanmoins, nous avons mis l’accent sur certains secteurs vitaux à savoir : la santé, l’éducation, les infrastructures et bien notamment l’environnement, les petites et moyennes entreprises pour lutter contre le chômage, et il y a aussi le sport. Nous avons d’abord réhabilité ses centres de santés, nous les avons équipés, on a construit des forages, nous avons construit des latrines externes et nous avons clôturés. Pour ce qui est de l’énergie électrique, on a mis les lampadaires et les plaques solaires. En ce qui concerne les infrastructures scolaires, nous avons trouvé que la plupart des bâtiments étaient déjà frappés par l’âge. Nous avons commencé par réhabiliter les bâtiments existant qui sont devenus des bâtiments flambant neuf.

Monsieur le Maire en tant que président du comité de gestion de l’hôpital de district de Tignère, quel est votre regard par rapport à cette formation sanitaire ?

Le comité de gestion de l’hôpital de district de Tignère est une référence dans la région de l’Adamaoua. Parce que nous nous retrouvions généralement tous les six mois au tour du délégué régional de la Santé Publique avec toute son équipe, et des partenaires au financement tel que Wash pour des réunions. Nous nous sommes rendu compte que nous avons de l’avance parce qu’il y a des bulletins chèques santés qui me revenait et que je validais. Au moins deux fois par ans nous avons tenu les sessions de comité de gestion. Au début d’année pour voter le plan directeur et en fin d’année, pour valider et voir si ce qui a été fait dans  les normes. Il y a des moments où c’est bien et aussi parfois quand ce n’est pas bon on discute en assemblée et avec le directeur de l’hôpital de district pour le ramener à la raison…

Nous avons constaté qu’il y a un manque criard de personnel de santé dans cet hôpital que dites-vous de cela ?

Nous sommes au courant de ce manque de personnel à l’hôpital de district. Vous savez l’affectation du personnel au départ avant la signature du code collectivité, il y a un code au niveau du ministère de la santé. Les collectivités n’avaient ni moyens pour recruter personnel médical. Et le comité de gestion également prenait en charge certain personnel médical mais ce personnel ne respectait pas le recrutement de la fonction publique. Au moment où le code des collectivités territoriales décentralisés nous instruit à recruter le personnel médical, à payer les salaires du personnel médical ainsi que le personnel enseignant du primaire, je crois que ce problème va être résolu.

Avec tout ce que vous avez déjà fait jusqu’ici, quelles sont vos ambitions pour les cinq prochaines années ?

Aujourd’hui beaucoup de chantier sont en cours d’exécution. Beaucoup de projets ont été lancés et attendent la session d’attribution des marchés. Ma vision est la même, je n’ai pas une nouvelle vision aujourd’hui sauf que le Chef de l’Etat nous a parler du « Cameroun nouveau» on doit s’arrimer. Le « Cameroun nouveau » c’est que nous avons demandé des compétences ça nous a été transféré, on a demandé des ressources cela a été transféré; aujourd’hui nous avons 15% du budget de l’Etat forcement nous devons faire six fois que ce qu’on faisait auparavant. Voilà ce que je peux vous dire par rapport à notre vision.Propos recueillis  par Joseph Mbeng Boum

Laisser un commentaire

quatre × 3 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR