Ordre des pharmaciens – Le Conseil fait son mea-culpa

Agité par trois années de crise et d’incompréhension qui l’ont fragilisé et installé ses membres dans la précarité, la présidente des assemblées du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Cameroun, Dr. Chantal Eteki va, dans une voix pleine d’émotion, appeler ses confrères à l’unité, en ces termes : « aimons-nous confraternellement ».

Après la lecture de l’autorisation de la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire, la présidente des assemblées du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Cameroun, Dr. Chantal Eteki, va indiquer, dans son mot de bienvenue, que l’année 2020 été une année particulièrement difficile pour les pharmaciens. Elle va égrainer une dizaine de noms de pharmaciens de renom décédés afin de situer l’assistance sur les pertes énormes enregistrées au cours de cette période. Puis, évoquant le mandat du bureau sortant, elle va, souligner que l’Ordre a été agité par trois années de crise et d’incompréhension qui l’ont fragilisé et installé ses membres dans la précarité. Comme un cri de cœur, l’oratrice va, dans une voix pleine d’émotion, appeler ses confrères à l’unité, en ces termes : « aimons-nous confraternellement ».

Tout en souhaitant que 2021 soit  une année paisible, Dr. Chantal Eteki va exhorter ses pairs à considérer que les batailles font désormais partie du passé. Prenant la parole en qualité de représentant du ministre de la Santé publique, le Pr. Richard Njock, Secrétaire général du ministère de la Santé publique va, d’entrée de jeu, présenter le rôle joué par le secteur de la pharmacie dans la lutte contre la pandémie du Covid-19. Ensuite, il va indiquer les attentes des différents partenaires du Minsanté, dont celles de l’ordre des Pharmaciens, dans la mise en œuvre de la couverture santé universelle, dès le premier semestre de cette année. Bien plus, l’on apprendra que le gouvernement est engagé pour la promotion de l’industrie pharmaceutique locale en vue de réduire la dépendance vers l’extérieur. Autant d’arguments mis en exergue par le Pr. Louis Richard Ndjock pour justifier de la nécessité de sortir de la crise « crise d’impasse ».

Rappelant les efforts fournis par la tutelle pour aplanir des différends et favoriser la tenue de cette assemblée qui doit s’inscrire dans une dynamique constructive, le chef de délégation du ministère de la Santé publique va préciser, à l’endroit d’une assistance jugée de plus en plus jeune, que l’Ordre des Pharmaciens est une instance professionnelle qui devrait de caractériser par deux notions essentielles : éthique et déontologie. L’Ordre des pharmaciens ne doit pas être confondu à un syndicat, va-t-il marteler. Avant l’ouverture officielle des travaux, un hommage a été rendu au Président sortant, le Dr. Prosper Hiag, pour son engagement et son combat pour le relèvement du niveau de formation. Rappelons que les 2000 membres de l’Ordre, plus de 900 membres sont à jour et vont participer au scrutin pour l’élection d’un nouveau bureau pour lequel neuf candidatures ont été reçues pour le poste de Président du Conseil National de l’Ordre des pharmaciens du Cameroun.

  Elvis Serge NSAA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

11 + 4 =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR