Sante publique au Cameroun – Les perspectives de 2021

Les chantiers sont énormes et les défis majeurs pour l’année 2021. Reforme hospitalière, humanisation des soins, effectivité de la couverture santé universelle, éradication de la Covid-19, maitrise sur les autres maladies telles que le paludisme, la tuberculose, le VIH/SIDA, le ministre de la Santé Publique se dit prêt à affronter cette année afin de relever ces défis.

2021 s’annonce avec les grands chantiers dans le secteur de la santé au Cameroun. Malachie Manaouda, ministre de la Santé Publique compte fournir plus d’efforts ceci dans le but le réaliser la feuille de route ainsi définit par Paul Biya, président de la République. Dans un entretient accordé à notre rédaction il y a deux semaines, le patron de la santé au Cameroun s’est voulu clair.

La couverture santé universelle   

C’est un axe très important pour le développent d’un pays. La couverture santé universelle qui consiste à veiller à ce que l’ensemble de la population ait accès aux services préventifs, curatifs, palliatifs, de réadaptation et de promotion de la santé dont elle a besoin et à ce que ces services soit de qualité suffisante pour être efficaces, sans que leur coût n’entraîne des difficultés financières pour les usagers. Elle s’appuie sur trois objectifs à savoir : l’accès équitable aux services de santé pour tous ceux qui ont besoin des services de santé, quels que soient leurs moyens financiers, doivent pouvoir y accéder; la qualité des services de santé doivent être d’une qualité suffisante pour améliorer la santé de ceux qui en bénéficient et la protection financière dont le coût des soins ne doit pas exposer les usagers à des difficultés financières.

Sur plusieurs chantiers en cours de réalisation, il a les datas centers qui sont en constructions dont la livraison des travaux est prévue pour cette année. Le 18 novembre 2020 le patron de la santé était lui-même sur le terrain afin de vérifier l’effectivité des travaux. « Il est prévu que le partenaire privé qui est Sucam devrait rapidement se mettre au travail pour que à l’horizon du premier semestre 2021 se projet prenne effectivement corps. Je voudrais exprimer ma satisfaction quand je vois le niveau du travail. Je crois qu’avec ça les deux ans de travail qui étaient prévu seront raccourcis et que le projet se mettra en œuvre. », a-t-il indiqué après la visite du chantier du data center de Yaoundé. En outre, le logiciel de gestion et d’enrôlement a été présenté au ministre de la Santé Publique par l’entreprise Santé Universelle Cameroun (Sucam). En attendant, Malachie Manaouda indique que « De façon globale, nous travaillons également sur la communication. Nous sommes entrain de voir comment expliquer à nos compatriotes ce que s’est que la couverture santé universelle, qu’elles sont les attentes, et comment cela va se passer ». Il faut aussi que cela soit inclus dans la loi camerounaise. 

Reforme hospitalière pour une humanisation des soins

Rénover les hôpitaux et humaniser les soins font également partir des grands défis de 2021. Le patron de la sante indique à sujet que « Je voudrais d’abord dire que c’est une chose dont je tiens énormément, c’est l’humanisation des services des soins. Dans un premier temps, il y a un coté qui ne demande pas assez des moyens bien que vous allez  me parler de plateaux techniques mais quand vous recevez un patients, vous lui demandez gentiment ce qui ne va pas, comment peut-on l’aider, l’expliquer ce qui se passe après avoir fait des examens, c’est une autre chose qui ne demande pas assez de moyens. C’est une chose très importante pour le patient. Il faut que le patient se sente en sécurité, en confiance. Maintenant, je suis un peu satisfais parce que j’ai un bon feedback. Il y a des gens qui viennent me faire de bons témoignages. Et ceci nous encourage à pourvoir continuer. ». Concernant l’humanisation des soins, « il ne faut pas seulement une reforme hospitalière, mais aussi une reforme comportementale, une reforme de la gouvernance hospitalière. Pour le moment avons sur le texte de la reforme hospitalière, à boucler le texte et se sera parti pour l’examen au niveau du gouvernement, et d’ici à là nous pensons que çà pourra aboutir. ».

La Covid-19, maitrisée mais pas éradiquée

Cette pandémie qui est toujours entrain de terroriser le monde reste encore un grand problème à résoudre non pas seulement au Cameroun mais dans le monde entier. Alors qu’une nouvelle souche du coronavirus a été découverte en occident, le Cameroun quant à lui toujours continue à lutter contre cette maladie. Et pour le ministre de la Santé Publique, «dans la stratégie, nous pensons que la décentralisation a fait en sorte que tout le monde, tous les acteurs de la société se sont retrouvés dans la lutte, concernés par la lutte, ce qui a permis de faciliter le travail des hôpitaux sur le terrain. Il faudra également féliciter nos collaborateurs du corps médical qui s’est illustré par une détermination à pouvoir en finir avec le Covid-19. Nous avons vu des personnels de santé qui ont été infecté, soignés, puis sont revenus au front. C’est quelque chose qu’il faudra saluer, relevé parce que ça montre comment ils sont intervenus pour pouvoir mener cette lutte. ». En date du 28 au 30 décembre 2020, une série de concertations relatives à l’évaluation de la riposte contre ladite pandémie a eu lieue. Dans un premier temps avec les parlementaires, et ensuite avec les partenaires financiers et les medias. Au sortir de cette série de concertation, le Minsanté déclare que « nous venons de clôturer une série de concertation qui avait pour objectif d’évaluer la cinquième phase opérationnelle de notre plan de riposte, et d’entrevoir les perspectives la sixième phase opérationnelle le 5 janvier 2021. Au cours ce cette évaluation, il nous est revenu que nous devons continuer à renforcer la communication et l’engagement communautaire ». Toutefois, le Minsanté appelle les camerounais à respecter les mesures barrières car selon le constat qui est fait, il y a un relâchement sur le respect strict des mesures barrières.

En somme

Le secteur de la santé connaitra son essor durant cette nouvelle année. Le jeune vaillant et dynamique ministre de la Santé Publique sera toujours au garde à vous. A ceci dans un élan de perspectives, il indique que « Pour l’année prochaine, les chantiers seront nombreux. On ne va pas s’écarter de notre agenda de transformation du système de santé camerounais. Nous sommes dans le système de santé, et maintenant nous pouvons à l’intérieur suivre les autres. D’abord nous allons poursuivre la lutte contre le Covid-19, nous allons proposez au gouvernement la mise sur pied d’un programme de lutte contre la Covid-19. À côté de cela, nous allons rentrer de plein pied dans l’implémentation de la CSU. C’est indéniable, et très important pour le camerounais. Le Président de la République l’attend depuis et nous devons nous investir au maximum. Aussi continuer à suivre les grandes pathologies comme le VIH, le paludisme, la tuberculose, la lutte contre les cancers, la poursuite de la vaccination. La santé de la mère et de l’enfant constitue également l’un de nos chantiers. »

Jean-Claude KENDEG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × trois =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR