GABON/POLITIQUE SANITAIRE DE L’ETAT, GUY PATRICK OBIANG NDONG RAPPEL LE CORPS MÉDICAL À L’ORDRE

Le ministre de la santé Dr Guy Patrick OBIANG NDONG

Le ministre gabonais de la santé Dr Guy Patrick OBIANG NDONG a réuni le 12 octobre 2020 dans l’amphithéâtre du centre hospitalier universitaire de Libreville, les directeurs généraux de l’administration centrale et des structures sanitaires, les directeurs régionaux de santé, et les partenaires sociaux objectif faire partager la politique sanitaire du gouvernement et les attentes des plus hautes autorités ceci dans un contexte où la qualité du service est très décrié par les populations.

Le corps médical gabonais

L’amélioration de la qualité et de l’accès aux soins de santé reste et demeure une préoccupation majeure pour les pouvoirs publics gabonais en tête desquels le chef de l’État Ali Bongo Ondimba et le premier ministre Rose Christiane Ossouka RAPONDA. <<Les grands axes qui sous-tendent notre politique sanitaire porte sur le renforcement de la performance de l’accès et l’offre des soins, le renforcement des plateaux techniques des structures hospitalières de deuxième et troisième niveau, la surveillance des maladies émergentes et infectieuses, le déploiement des centres de diagnostic dans toutes les provinces, et la réhabilitation de l’ancien hôpital pédiatrique d’Owendo en vue de sa transformation en institut infectieuses. Voilà les axes sanitaires prioritaires du moment décliné le 04 septembre 2020 par le premier ministre devant la représentation nationale.>> A expliqué le ministre de la santé au corps médical avant de poursuivre sur la sensibilisation et la mise en œuvre de ces différents axes << Chacun de nous doit réaffirmer sa détermination à permettre la mise en œuvre du plan d’action prioritaires 2020-2022 que j’ai présenté plus haut et donc les actions déclinées visent le renforcement du cadre réglementaire, la poursuite et l’intensification de la lutte contre la COVID-19, la gouvernance des structures sanitaires, l’amélioration de l’offre de soins, la gestion du médicament, l’opérationnalisation des départements et des régions sanitaires, la gestion des ressources humaines en santé, le développement de la médecine préventive, et le renforcement de l’offre de soins des établissements spécialisés.>> A souligné le ministre.

Il est indéniable que plusieurs maux minent le milieu médical gabonais parmi lesquels le mauvais accueil des patients, le détournement des malades vers les structures sanitaires privées, le laxisme, l’absentéisme, et la corruption pour ne citer que ça, il était donc urgent pour le patron de la santé de rappeler à l’ordre ses collaborateurs pour une meilleure prise en charge du patient.

Saint Clair kengue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × 2 =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR