Le thé de Mendim me zon : Sa consommation améliore considérablement les performances sexuelles.

0
59

Faites bouillir de l’eau et versez-la dans une tasse, ajoutez-y une infusette et attendez deux à trois min pour boire.  

Sodas sucrés, aliments ultra-transformés et sédentarisation sont à l’origine d’une forte augmentation du nombre de personnes en surpoids. En effet, les Camerounais mangent de plus en plus mal. Sur le continent africain, 20 à 50 % des populations vivant en zone urbaine sont en surpoids ou obèses. En Mauritanie et au Cameroun, ce sont plus de 50 % des adultes qui sont en surpoids ou en obésité. L’une des femmes entrepreneures qui le commercialise en a fait sa marque de fabrique. Il s’agit d’Appolinie Ngono qui est parallèlement la présidente du Réseau des femmes rurales du Cameroun. D’après cette femme dynamique, le Mendim Me Zon est donc proposé comme solution parce que c’est un excellent produit détox, il purifie l’organisme de toutes ses impuretés… Chaque gorgée de Mendim me Zon est une invitation à un voyage sensoriel où se mêlent saveurs exquises et bienfaits pour le corps et l’esprit.

Le thé de Mendim me zon ou tisane des aubergines est un rituel de consommation chez les peuples du grand sud. C’est un thé dont la saveur évoque la robustesse des peuples de la forêt. Son goût particulier est le résultat du secret de fabrication d’Apollonie Ngono. Composition : aubergines sauvages et d’autres plantes du verger traditionnel camerounais.

Élimine le mauvais cholestérol. Sa consommation fait baisser le taux élevé de tension et le stabilise. Bien plus, il prévient et combat le diabète tout en drainant la mauvaise graisse. Pour les personnes qui ont une grande faim, il agit comme coupe-faim, bien qu’il soit un super diurétique. Il améliore considérablement les performances sexuelles, traite le début d’insuffisance rénale. C’est un antioxydant puissant paludéen.

Il aide à dormir, facilite la digestion, réduit la flatulence et les ballonnements de ventre. Traité les problèmes de rhumatisme. Mode d’emploi : Faites bouillir de l’eau et versez-la dans une tasse, ajoutez-y une infusette et attendez deux à trois min pour boire. Il est possible pour certains utilisateurs de détacher le produit de l’infusette et de le verser directement dans la tasse avant de boire. La marque Mendim me zon a gagné le prix du meilleur espoir au CBT Champions 2023.

Elvis Serge NSAA

 

Interview

Appolinie Ngono : « Les aubergines sauvages ajoutées à d’autres ingrédients naturels se sont avérées être des éléments clés leur procurant la force, la vitalité et la longévité ».

La présidente du Réseau des femmes rurales du Cameroun, est l’une des femmes entrepreneures qui le commercialise et en a fait sa marque de fabrique.

C’est quoi le Mendim Me Zon

C’est un rituel de consommation chez les peuples du Grand Sud. Soigneusement élaboré à partir d’ingrédients naturels triés avec soin, chaque gorgée de cette boisson est une invitation à un voyage sensoriel. C’est un alliage de saveurs fruitées et épicées dont le goût procure le bien-être physique grâce à ses vertus apaisantes et détoxifiantes.

Sur la base des études approfondies en population et développement, force a été de constater que la nouvelle génération, contrairement à l’ancienne, a un taux d’espérance de vie très bas. Les aubergines sauvages ajoutées à d’autres ingrédients naturels se sont avérées être des éléments clés leur procurant la force, la vitalité et la longévité.

Pourquoi le Mendim Me Zon aujourd’hui ?

Plongez dans l’harmonie totale avec nos ressources intrinsèques et nos cultures africaines tout en participant hâtivement à la promotion et à la promulgation du Made in Cameroun.

Mon ambition pour cette infusion est folle, démesurée… Le Mendim me zon est une infusion à base d’aubergines sauvages qui, au-delà d’être une infusion, révèle beaucoup plus, c’est une culture. C’est une identité, celle du Sud Cameroun. Au Sud Cameroun, lorsque vous arrivez dans une famille, on vous sert ce plat de manière traditionnelle avec le plantain pilé pour vous souhaiter la bienvenue. On a donc observé que les gens qui buvaient ce breuvage quotidiennement avaient moins de problèmes de santé, avec une espérance de vie plus longue et une solidarité extraordinaire… Ma grand-mère de 85 ans, une adepte de cette boisson, m’a inspiré à la moderniser…

Où pouvez-vous trouver le Mendim Me Zon ?

A la Pharmacie intendance, Pharmacie bleu à Ngousso, Pharmacie bastos, Pharmacie 3A entrée Nsimbock, restaurant du club municipal. Mum Market boutique 108, Terrific coffee (Bastos), descente Pakita-Mâ, épicerie Tsinga Tradex Mvolye, supermarché The Best, paroisse Messa-Mendongo (secrétariat de la paroisse).

Comment est né le Mendim Me Zon ?

Ma vie a basculé en 2007 quand ma mère ne pouvait plus me payer l’école… Cette année, je suis devenue apporteuse d’affaires. Tu veux le terrain ? Je cherche et je récupère les commissions, ainsi j’ai pu de la plus belle manière poursuivre mes études à l’université de Yaoundé et dans une école de formation en simultané. C’était quoi qui m’animait ? La rage de vaincre. En 2014, je lance 3 hectares de manioc où je dépense plus de 3 millions, je perds tout, je sors de là avec 20 mille qu’une maman m’avait donnés parce qu’elle avait pitié de moi. Je me rappelle ce jour, elle m’a dit : « Je vais aller donner le manioc là aux porcs. » Je suis sortie de ce village, je n’y ai plus jamais remis les pieds, j’ai tout abandonné là-bas.

Après, je suis allée travailler pour une entreprise, où j’ai fait 4 ans sans salaire. Pour couronner le tout, j’ai même perdu le travail sans salaire là… Ensuite est venue la grossesse, hum, j’attendais des jumelles, le père a disparu quand j’étais à quatre mois de grossesse. Je suis en location, mère célibataire, je fais comment ? J’ai commencé à faire les saucisses. Nick, je me suis lancée dans les constructions. Tu veux une maison t’inquiète pas, je vais le faire… Ngono, tu es ingénieur ? Non, j’ai le feu dans mes organes, tu veux les camions ?

Les calabraises J’avais le Parc dans mon téléphone… Si à cette période je ne suis pas morte, hum, Dieu est Dieu, car pour avoir même ce feu en soi, il faut avoir une foi solide et ferme. Ensuite, mes bébés sont venues, mes mouvements sont devenus réduits, j’ai fait vieillir ma fille aînée. D’un coup, il fallait qu’on forme une équipe. Elle est devenue maman des jumelles et moi, je fonçais avec les saucisses, les placements.

La période des sabotages, l’épisode des dettes. Hum… Ensuite est venu le Réseau des femmes rurales du Cameroun, ensuite est né le Mendim me zon. Quand je regarde ce parcours, je dis, mieux, je crie fortement : oui, je suis une lionne indomptable, oui, j’ai ce feu de la réussite en moi, oui, c’est quand je suis blessée que je deviens dangereuse… C’est quand je suis dos au mur que je donne le meilleur de moi… Oui, je ferais monter haut le Mendim me zon, malgré l’adversité que je rencontre parce que je suis une lionne, parce que je n’abandonne jamais.

Propos recueillis par Elvis Serge NSAA

 

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR