Santé nutritionnelle de l’enfant : Les parents à l’école de la nutrition

0
102

Dans l’optique de capaciter les parents sur la nutrition des enfants pendant les périodes de classe, l’association des diététiciens nutritionnistes du Cameroun a organisé ce 4 octobre 2023 une séance d’éducation nutritionnelle à Yaoundé.

L’objectif de cette conférence était de capacité les mamans en ce qui concerne l’alimentation des enfants scolarisés. L’éducation nutritionnelle se fait en fonction des moyens dont dispose un individu. Un enfant a besoin de 3 à 6 repas principaux par jour. Pour les jeunes, ajouter une nouvelle discipline au programme scolaire est une responsabilité qui est chiffrée par des heures de travail pour le professeur et une surcharge de l’esprit de l’élève tiraillé par une multitude de connaissances. Ajiahoung Léopold, coordonnateur de l’association des diététiciens nutritionnistes du Cameroun note  que ladite association a donné l’alimentation saine, varié et équilibré qu’il faut aux mamans pour mieux s’occuper des tout petits qui vont à l’école. Il a d’ores et déjà rappelé qu’il est important d’organiser d’avantage d’autres séances d’éducation nutritionnelle pour encore mieux les capacités les parents.

Selon la diététicienne Djite Catherine, le Cameroun a tout pour que les enfants aient une bonne alimentation. « Il n’y a pas de nourriture de classe. Nous avons tout au Cameroun pour avoir une alimentation équilibrée. Notre problème est que l’abondance est devenue un problème pour nous, parce qu’on ne sait plus quoi choisir et on a oublié les richesses de nos grandes mères qui nous ont laissé de très bonnes choses et que nous crachons sur ça aujourd’hui » déclare-t-elle.

Elle note également qu’aujourd’hui les populations mangent excessivement mal, raison pour laquelle il est nécessaire de contrôler  l’alimentation de l’enfant. « On est fourvoyé, c’est pour ça que la mal nutrition ne fait que grandir alors qu’il y a les techniciens. J’ai parlé d’un article que j’ai écrit en 1985, je m’inquiétai sur la cohabitation paradoxale de l’auto suffisante alimentaire et de la mal nutrition au Cameroun. Les maladies telles que l’hypertension, le diabète, le cancer nous les connaissions pas avant. Nous mangeons mal, le Camerounais ne meurt pas de faim, le Camerounais meurt par mal bouffe parce qu’il ne sait pas manger. Nous devons croire en nous, nous pensons toujours que c’est ce qui vient d’ailleurs qui est bon alors qu’on a des merveilles chez nous » rajoute-t-elle.

Le président de l’association a rappelé à la fin de cette séance que la prochaine séance d’éducation aura pour thème « Education nutritionnelle sur le diabète ».

Albert BOMBA

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR