Littérature : Quand un médecin sort son « cri silencieux »

0
280

Dr Jean Claude Akono Émane, médecin et écrivain, par ailleurs Directeur exécutif de Luvera for Africa, a fait ce 01er juin 2023 a la médiathèque de l’Institut français du Cameroun, la présentation et la dédicace de son livre « le cri silencieux d’un médecin dans la jungle», paru aux éditions Baudelaire.

Claude-Akono-Emane, “le cri silencieux d’un médecin”

Les mystères d’une grossesse abdominale ; l’accoucheuse traditionnelle dépassée ; un décès maternel et néonatal inévitable à Ndelele ; une adolescente sauvée d’une mort certaine  (l’histoire de Dora)… sont  quelques histoires que narre le médecin, Jean Claude en quatre chapitres. Ces histoires, précise-t-il sont tirées des faits réels d’une expérience d’une trentaine d’années, d’un jeune médecin affecté dans l’arrière pays. Il  retrace en 152 pages, son vécu dans les villages Melen, Elon, Lolodorf et Mekom… Et, expose les aspects sombres  de la pratique de la médecine, les  conditions  de travail difficiles où  le médecin n’a aucune certitude du lendemain, mais  doit survivre et se battre à sauver des vies.

Le désormais auteur fait un plaidoyer en faveur du métier de médecin qui semble perdre ses lettres de noblesse dans le pays . «  Une réforme sérieuse doit être menée  pour sauver ce métier d’élite et  vocationnel (…) Le Cameroun produit plus de 1000 médecins par an mais ne peut résorber qu’une cinquantaine parfois tous les deux ans, banalisant ainsi un métier d’élite( … ). Il faut qu’il y ait une véritable réflexion pour resacraliser ce métier au Cameroun. Il faut faire un meilleur mixe de l’adéquation médecin par habitant en tenant compte de la réalité de notre pays. Si on veut combler le fossé de la pénurie de médecins, ce n’est pas en vulgarisant le métier que cela sera efficace, il faut tenir compte de la capacité opérationnelle et institutionnelle d’absorber les médecins sorties des écoles. Aujourd’hui seulement 60% des élèves des séries scientifiques aimeraient faire la médecine au lieu de 95%, il y a 15 ans.  Actuellement seulement  50% des médecins souhaitent que leur progéniture face médecine au lieu des 98% il y a 15 ans. Aujourd’hui, au moins 25% des médecins ont changé de métier après le doctorat en médecine ou au cours de leur carrière, les médecins eux-mêmes ne croient plus en leur métier ».

 Couverture santé universelle

 L’auteur relève l’importance de la couverture santé universelle. Selon lui, c’est une énorme opportunité de bâtir un système de santé fiable et performant au Cameroun. Il a profité de l’occasion pour tirer son coup de chapeau au patron de la Santé publique , le Dr Manaouda Malachie,  pour avoir réussi à faire sortir cette approche des tiroirs conceptuels. Et surtout de réussir sa mise sur pied effective. Il  révèle que la couverture santé universelle va permettre d’améliorer les performances du système de santé;  renforcer les piliers du système; améliorer l’équité, la disponibilité et l’accessibilité des soins partout dans le pays. « Si on réussit à bien mettre en place la CSU, la mise en œuvre sera évidente et le Cameroun aura l’un des systèmes de santé les plus performants d’Afrique », a précisé l’auteur.

Pour lui,  la CSU, va entraîner la réduction de 70,6% à moins de 20% des dépenses de santé des ménages; mais aussi va réduire de 95% à moins de 40% les dépenses catastrophiques, améliorant ainsi le pouvoir d’achat et l’économie des ménages. La couverture santé universelle va garentir le continuum des soins, ce qui rendra le système plus harmonieux et plus opérationnel. Le facteur habilitant de la CSU c’est l’adhésion massive de la population à cette approche qui permettra à chaque camerounais d’avoir accès aux soins de santé de qualité acceptable scientifiquement et à un coût abordable pour le niveau du sytème et la catégorie de la Fosa. « Ce qui va radicalement changer l’environnement socio-sanitaire du pays. La santé va ainsi accomplir sa mission de développement du capital humain qui est un pilier conduisant à l’émergence du Cameroun en 2035», ajoute l’auteur. 

 Luvera for Africa ( la vie pour l’Afrique ) 

Fort de toutes ces expériences, l’auteur a mis sur pied un projet dénommé luvera Africa, qui a pour but de relever l’aspect vocationnel du corps médical. Il veut créer un modèle fondé sur le service vocationel avec un relief appuyé sur la défense du droit à la vie des mères et des enfants. Il s’agit de promouvoir l’accouchement sécurisé pour réduire la proportion des mères qui perdent la vie en leur donnant la vie ; pour des raisons évitables à 95%, promouvoir une alimentation et une nutrition équilibrée et la vaccination adéquate pour protéger les enfants qui tombent sous les balles de la malnutrition et des maladies évitables par la vaccination, plus précisément dans les zones difficiles où personne ne veut y aller.
De ce livre on retient que le médecin doit travailler par vocation car il est serviteur  d’une part et surtout voir le bon côté de son lieu d’affectation et ne pas se plaindre car toute chose est égale par ailleurs. Chacun devrait s’adapter à  l’environnement,  faire de son lieu d’affection un paradis et écouter la nature. Ce livre est disponible sur commande.

Lyse Davina Nguili (Stg)

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR