Lutte contre la malnutrition : Les femmes de Ngaoundéré 3ème outillées

0
145

Une campagne de sensibilisation sur les meilleures pratiques nutritionnelles des femmes enceintes, allaitantes et des bébés est en cours depuis quelques jours dans cette partie de la région. Il est question à termes de doter les femmes de cet arrondissement, des connaissances nécessaires en matière d’alimentation

« Pour la préparation de la bouillie enrichie, ça m’a plu parce qu’il y a les protéines, les glucides, tout ce qui peut faire mieux grandir l’enfant. Quand mon bébé va atteindre 6 mois, je vais opter pour la bouillie 5 étoiles. On nous a montré ce qu’il faut pour cette bouillie ». Ces déclarations de Ngono Marie Claire traduisent à suffire la méconnaissance des techniques d’alimentation des bébés ayant atteint 6 mois. Selon les statistiques de l’hôpital de district de Dang, dans l’arrondissement de Ngaoundéré 3ème, au cours de l’année 2022, plus de 20 cas de malnutrition sévère des enfants de 0 à 5 ans ont été enregistrés. Pour le mois de janvier 2023, déjà 03 cas de malnutrition sévère notifiés dans la formation sanitaire. Ces cas traduisent très mal les réalités dans cette partie du pays, zone où le recours aux consultations prénatales et postnatales n’est pas la chose la mieux partagée.

 

Après avoir consacré près de 3% de son budget 2023 aux questions de santé et de bien-être des populations, la municipalité de Dang va ainsi en guerre contre la malnutrition et la dénutrition des enfants et des femmes enceintes et allaitantes. Ce qui passe par la formation des « ambassadrices » de la santé. Appuyées par les experts nutritionnistes de Helen Keller International, partenaire de la commune dans la politique sanitaire, ces ambassadrices ont pour tâche d’apprendre aux femmes dans les « saré » la fabrication de la bouillie enrichie ou « bouillie 5 étoiles ». Cette dernière, selon la 2ème adjoint au Maire, Dr. Hourenatou contient tous les éléments nutritifs pour une croissance saine de l’enfant. Bien avant leur descente dans les quartiers, les ambassadrices ont suivi une formation pratique de 2 jours sur la préparation de la bouillie enrichie.

Communautés

L’étape de l’hôpital de district de Dang, vendredi 10 février 2023 marquait ainsi la fin de la campagne de formation et d’imprégnation des ambassadrices avant leur descente dans les communautés. Au cours de cette descente dans la formation hospitalière, plus de 50 mères d’enfants ont été formées et sensibilisées.

Jean Besane Mangam

Réaction

Dr. Hourenatou, 2ème adjoint au Maire de Ngaoundéré 3ème 

« Nous sommes dans une politique de promotion de la bonne nutrition des enfants »

« On dit que la femme c’est la mère de l’humanité pourtant elle reste la couche la plus vulnérable. La Commune a mis le problème de santé dans ses priorités et depuis 1 an, nous sommes dans une politique de promotion de la santé et surtout de la bonne nutrition des enfants. Nous sommes venus à l’hôpital de district de Dang rencontrer les mères. Nous avons plus de 50 mères d’enfants qui sont là pour recevoir des enseignements sur les techniques d’allaitement et surtout pour la nutrition du bébé parce que de plus en plus on a des bébés malnutris dans notre communauté, pas parce qu’il n’y a pas des aliments des produits, mais parce que certaines mamans ne savent pas exactement comment préparer une bonne bouillie à leurs bébés, une bouillie qui peut leur permettre d’avoir une bonne croissance. Donc ce projet a été soutenu par Helen Keller International qui à travers ses experts nous aide à promouvoir la bonne nutrition des enfants dans notre communauté.

Il faut préciser qu’on a eu une très grande activité, la formation de 20 ambassadrices de santé et nutrition de la femme, des femmes qui ont cette capacité d’entrer dans les communautés et tout pour devenir des relais entre les hôpitaux et la commune pour nous dire quels sont les problèmes de santé que les femmes ont dans leurs quartiers, comment on peut les assister, est-ce qu’il y a des femmes qui ne font pas de consultation prénatale et postnatale, est-ce qu’il y a des femmes qui ont des soucis de santé et ne se réfèrent pas aux centres de santé. Nous comptons vraiment sur ces femmes parce qu’elles sont aptes, elles ont cette capacité de communiquer avec les femmes pour les convaincre afin de se rapprocher des centres de santé. L’approche adoptée est d’aller dans les associations et de passer le message, de faire des regroupements des femmes pour mener des activités. Elles auront un planning des activités qu’elles vont mener dans les communautés et elles ont déjà été formées, dans la bouillie 5 étoiles pour aller dans les communautés, dans les associations, vous savez que les femmes ont toujours les réunions chaque semaine et tout pour aller apprendre aux femmes comment faire ces bouillies ».

 Propos recueillis par Jean Besane Mangam

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR