Lutte contre la mortalité maternelle dans l’Adamaoua : L’appui du Chèque Santé

0
55

Institué en 2015 par l’Etat du Cameroun et ses partenaires, ce dispositif contribue, avec une modique somme de 6000f à prendre en charge les femmes enceintes. Dans le package des prestations, les maladies qui ont une influence sur le déroulement de la grossesse.

Dans l’Adamaoua comme les autres régions du septentrion, très peu des femmes enceintes font recours aux formations sanitaires. Ce qui engendrait un taux de mortalité maternelle et néonatale élevé. Pour tordre le cou à ces pertes en vie, le gouvernement et ses partenaires ont mis en œuvre ce dispositif en 2015 dans les 3 régions du Nord. Le but est, selon les responsables du Chèque Santé dans l’Adamaoua, de faciliter l’accès des femmes enceintes et des nouveaux nés aux soins de santé maternelles et infantiles, améliorer la qualité des services offerts dans les formations sanitaires accréditées via le système de paiement des prestations et augmenter la fréquentation des formations sanitaires.

A ce jour, plusieurs familles ont déjà bénéficié des services du Chèque Santé. « Je découvre chèque santé dans le cadre d’une activité à la délégation régionale de la santé de l’Adamaoua. Je l’ai adopté et depuis, ma femme a toujours son chèque à côté. Mes 3 derniers enfants sont nés sous chèque santé » explique Bouba Hamadou, habitant de Ngaoundéré. Comme lui, des milliers de personnes pu bénéficier des soins de la femme enceinte et du bébé 42 jours après l’accouchement.

Selon les chiffres de l’antenne régionale, de 2015 à ce jour, le dispositif couvre plus de 60.621 femmes enceintes soit 96% de la cible régionale. Les 10 districts de santé sont couverts avant la création récente du nouveau district de Belel. 78 aires de santé ont été touchées soit 89% couvertes pour 113 formations sanitaires, soit 55% accréditées. Les résultats des prestations affichent 159.011 chèques vendus de 2015 à 2022 avec 38.865 pour la seule année de 2022, ce qui correspond à un taux d’adhésion de 65%. Les services médicaux, notamment les consultations prénatales, les accouchements médicalement assistés et les césariennes ont enregistré respectivement 426.681, 109.885 et 5.548 cas. Ces services représentent alors près de 5 milliards de francs comme remboursement payé aux formations sanitaires dans le cadre des prestations et primes.

Mis en œuvre avec l’appui de l’AFD via le C2D et la Kfw, le dispositif est cédé à la femme enceinte à 6000f. La différence est payée par les partenaires soit 54.000f. La femme détentrice a alors droit à 4 CPN, l’échographie, accouchement simple ou avec césarienne, la consultation post natale, mère et enfant, les complications obstétricales et néonatales, le transport en situation d’urgence de la communauté vers la Fosa ou vers les fosa de référence.

Encore mal compris, certaines familles continuent de faire adosser les responsabilités des pathologies non prises en charge par le chèque santé au dispositif. Ce qui nécessite encore plus de sensibilisation sur les maladies prises en charge.

Par Jean Besane Mangam

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR