Consommation : La production du lait a progressé de 5% en 2023 au Cameroun

0
31

Selon businessfrance.fr, entre 2014 et 2019, la production laitière au Cameroun a progressé de 7%, pour se situer à 275 000 tonnes.

L’importation  des vaches laitières de race montbéliarde a été, à coup sûr, l’un des catalyseurs du développement de la filière lait au Cameroun, sous le ministre de l’Élevage des pêches et des industries animales, Dr Taïga. Selon le journal bilingue Cameroon Tribune, ce sont au total 495 génisses gestantes en provenance de France qui sont venues enrichir les effectifs du cheptel bovin du Cameroun. Dans les colonnes du quotidien bilingue, le Dr Taïga, affirme que, la première promotion de 165 génisses a déjà contribué à plus de 250 mille litres de lait dans la production. Les résultats sont déjà palpables. Selon Investir au Cameroun, la production au Cameroun a augmenté de 5% au 31 août 2023 par rapport à la période en 2022. Par contre, le journal, businessfrance.fr, ajoute qu’entre 2014 et 2019, la production laitière au Cameroun a progressé de 7%, pour se situer à 275 000 tonnes. Grâce à différentes mesures gouvernementales permettant le développement de la filière lait, la production nationale a progressé de 7% sur 5 ans (2014-2019), indique-t-on au ministère de l’Élevage, des Pêches et des Industries animales, dans le même journal.  Malgré ce résultat positif,  la production nationale laitière reste donc insuffisante à satisfaire et pour l’instant est assurée pour l’essentiel par le système traditionnel caractérisé par une faible productivité. Selon Investir au Cameroun, la production du lait est en baisse de 12 % par rapport à celle de l’année 2020.

En guise de solution, le journal, camagro.cm, propose la mise en place d’étables modulables en fonction de la capacité d’exploitation des éleveurs ; achat, vente et convoyage d’animaux ; importation de génisses et de vaches laitières hautes productrices ; métisses issues du programme d’insémination artificiel ; création de centre d’amélioration génétique secondaire ; constitution de réserves fourragères et valorisation des résidus de récoltes et des fourrages pauvres ; fournitures, distribution et maintenance d’équipements et de matériels de production ; construction de bâtiments d’élevage et Prestation en insémination et suivi d’exploitation : conseil technique, formation du personnel et services spécialisés.

E.SN

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR