Dr José Andjembe ESSOLA : « 04 cas suspects ont été testés au TDR »

0
99

Délégué régional de la Santé publique de l’Est, il donne des explications au sujet de la situation épidémiologique de choléra dans sa circonscription de compétence.

Vous venez d’effectuer une descente pour toucher du doigt la réalité des cas de choléra dans la région de l’Est. Qu’en est-il concrètement ?

Descente de la délégation régionale de la santé de l’Est dans les Districts de santé de Doumé et Abong-Mbang

Notre descente survient à la suite des décès de 03  cas suspects de choléra en 48h. Ces décès sont survenus dans le District de santé de Doumé au village Mampang, qui est plus proche de l’hôpital de District d’Abong-Mbang. Il s’agit de 03 cas qui sont survenus sur 04 cas suspects qui ont été testés au TDR et les prélèvements pour acheminement au Centre Pasteur qui ont déjà été effectués. C’est donc cet important taux de létalité face à cette flambée de cas qui a justifié notre descente sur le terrain.  Notre descente a commencé en communauté par la sensibilisation, la communication en faveur de l’adoption des mesures d’hygiène à moindres risques pour limiter la propagation du choléra. Nous avons également mené les investigations préliminaires des cas survenus qui sont malheureusement décédés. Parmi les 04 cas d’alerte, 02 sont arrivés dans la formation sanitaire déjà décédés, 01 est décédé en cours d’hospitalisation et nous avons trouvé une patiente en cours d’hospitalisation qui se porte mieux.

Votre descente s’est-t-elle limitée à cela ?

Notre descente ne s’est pas limitée en communauté. Elle visait également à évaluer le niveau de préparation de l’hôpital de District à pouvoir prendre en charge les cas  de choléra de façon convenable tel que prévoient les protocoles du Ministère de la Santé Publique. Accompagnés du maire de la commune de Doumé, du sous-préfet de l’arrondissement de Doumé, nous nous sommes rendus dans le village Mampang.  Avec l’appui du chef de village, les latrines ont été décontaminées. Nous avons également renforcé la sensibilisation avec l’aide des agents de santé communautaire. Les cas contaminés ainsi que les cas  contacts ont été pris en charge. Il y’a également eu évaluation du circuit du patient, l’évaluation de la capacité du personnel à pouvoir prendre en charge les cas de façon convenable, évaluer le site de prise en charge. Les différents dysfonctionnements observés ont été directement corrigés grâce à l’ouverture d’esprit des responsables de cette formation sanitaire. Nous avons profité de cette opportunité pour renforcer les capacités des personnels au diagnostic et à la prise en charge précoce des cas de choléra.

Comment s’est achevée votre tournée ?

Nous avons achevé notre tournée par un entretien avec le Préfet du Département du Haut-Nyong, qui avait déjà pris des mesures pour réduire la propagation du choléra dans l’arrondissement de Doumé. À l’issue de cette descente, nous pensons avoir posé les jalons pour une riposte efficace. Ce n’est pas une action ponctuelle mais continue. Nous allons continuer à assurer le suivi et évaluation des différentes actions dans les districts de santé de Doumé et Abong-Mbang. Nous voulons dire à la population que ces districts ont reçu un important stock d’intrants pour faire face à cette épidémie. Nous les encourageons à se rendre immédiatement dans les formations sanitaires dès l’apparition des premiers symptômes pour augmenter les chances de suivi. Nous leur recommandons également de continuer à observer les mesures d’hygiène.

Interview réalisée par Murielle Esson EBANGUE

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR