Les maladies tropicales se déplacent vers le nord

0
15

Avec le réchauffement de la planète, les organismes qui propagent les maladies tropicales négligées s’implantent en Europe. Les pays riches doivent se préparer à une augmentation du nombre de cas.

Par Claire Ainsworth

Le moustique Aedes Albopictus, qui peut véhiculer certaines maladies tropicales négligées, s’est répandu dans certaines parties de l’Europe au cours des quatre dernières décennies.Credit: Christophe Geyres / Abaca Press / Alamy

L’Europe s’est longtemps crue à l’abri des maladies tropicales négligées (MTN). Ces anciennes certitudes se sont aujourd’hui évaporées. Un climat plus chaud et plus humide a rendu le continent plus accueillant pour les vecteurs d’agents pathogènes débilitants et parfois mortels. Le changement climatique n’est que l’un des moteurs de l’expansion des MTN. La mondialisation, et l’augmentation des échanges et des voyages internationaux qu’elle entraîne, joue un rôle dans le rapprochement des vecteurs et de leurs agents pathogènes en Europe.

Bien que l’impact de ces maladies ne soit pas aussi important que dans les pays tropicaux, les effets sur la santé publique européenne se font déjà sentir. Les personnes attrapent (et parfois en meurent) des MTN et d’autres maladies transmises par les moustiques qui étaient autrefois confinées aux tropiques, comme les virus du Nil occidental, du Zika, de la dengue et du chikungunya, ainsi que des maladies parasitaires telles que la schistosomiase. Les cas de maladies à transmission vectorielle déjà endémiques en Europe, comme la leishmaniose, sont en augmentation. Pour nombre de ces infections, il n’existe ni vaccin ni traitement.

L’Europe n’est pas seule. Selon Peter Hotez, doyen de l’École nationale de médecine tropicale du Baylor College of Medicine à Houston (Texas), certaines parties du monde non tropical qui avaient jusqu’à présent le luxe de ne pas se préoccuper des MTN – y compris la côte du Golfe des États-Unis – sont confrontées à des problèmes similaires. La mondialisation des MTN exige un changement dans la manière dont elles sont perçues. Historiquement, les MTN ont été largement ignorées par les organismes de financement et laissées de côté dans les programmes de santé. Ces maladies touchent les personnes vivant dans des pays à faible revenu, et le soutien à la lutte contre ces maladies était considéré comme une entreprise philanthropique. Mais la distinction s’estompe à mesure que les MTN commencent à toucher les pays à revenus élevés et moyens. Selon M. Hotez, il est désormais dans “l’intérêt bien compris de tous les pays du G20” de soutenir les efforts de lutte contre les MTN.

La nouvelle normalité

En Europe, la principale préoccupation concerne les virus transmis par les moustiques. Il s’agit notamment du virus du Nil occidental, de la dengue et du chikungunya. (Le virus du Nil occidental n’est pas officiellement classé parmi les MTN, bien que certains scientifiques pensent qu’il devrait l’être). Il y a vingt ans, la plupart des cas étaient importés, mais aujourd’hui, les personnes acquièrent les virus localement.

Au cours des quatre dernières décennies, l’Europe a vu se répandre des espèces de moustiques envahissantes telles que l’Aedes albopictus. Originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est, cet insecte s’est répandu dans le monde entier, transporté dans des cargos et même dans des voitures particulières. Il a été observé pour la première fois en Albanie en 1979, puis en Italie en 1990. En 2013, il était établi dans 8 pays de l’Espace économique européen, selon les données du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), et en 2023, ce nombre était passé à 13 (voir “Les moustiques se déplacent vers le nord”). Contrairement aux espèces européennes indigènes, il peut transmettre les virus de la dengue et du chikungunya.

La relation exacte entre le climat et ces virus n’est pas claire. “Il y a beaucoup d’inconnues”, déclare Céline Gossner, qui dirige une équipe sur les maladies émergentes à transmission alimentaire et vectorielle à l’ECDC de Solna, en Suède. Mais il est clair que le changement climatique a créé des conditions propices à l’émergence ou à la réémergence des MTN. L’augmentation des températures, l’allongement des étés et les inondations sont autant de conditions qui conviennent aux moustiques. Des températures plus élevées sont souvent synonymes de cycles de reproduction plus courts et d’une réplication plus rapide des virus dans les vecteurs, ajoute M. Gossner. Les changements de température peuvent également modifier les schémas de migration des oiseaux, qui servent de réservoirs au virus du Nil occidental.

Le changement climatique ouvre également la porte à des espèces sensibles au froid, comme l’Aedes aegypti. Originaire d’Afrique, ce moustique s’est répandu dans le monde entier sur les bateaux à la fin du XVIIIe siècle. Disparu du sud de l’Europe au milieu du XXe siècle, il est apparu à Madère au début des années 2000 et a été détecté à Chypre en 2022. En plus de propager la fièvre jaune, A. aegypti transmet plus efficacement les virus de la dengue, du chikungunya et du Zika qu’A. albopictus, et s’associe plus étroitement avec les personnes.

Des filets sont installés au-dessus d’un réservoir d’eau lors d’une opération de prévention des moustiques à Strasbourg, en France, où le moustique tigre asiatique (Aedes albopictus) s’est désormais répandu.Credit : Abdesslam Mirdass/AFP via Getty

Les vecteurs étant en place, les virus arrivant en Europe ont désormais un moyen de se propager. Des cas de dengue acquis localement ont été signalés depuis 2010, et leur nombre est en constante augmentation. En 2022, 71 cas de dengue acquise localement ont été recensés en Europe continentale, soit l’équivalent du nombre total de cas enregistrés entre 2010 et 2021. Le chikungunya est différent, car les épidémies du virus ont tendance à être plus sporadiques et plus intenses. Il y en a eu deux en Europe, l’une en 2007 et l’autre en 2017.

Pour l’instant, aucune des deux maladies n’est endémique ; chaque épidémie est le résultat de l’arrivée de l’étranger de voyageurs porteurs de la maladie. Selon M. Gossner, il est possible que la dengue, qui avait disparu d’Europe, se réinstalle. Le virus du Nil occidental, quant à lui, est endémique. Contrairement à la dengue et au chikungunya, le virus du Nil occidental est propagé par les moustiques Culex, qui sont originaires d’Europe. En 2022, on a recensé 1 112 cas acquis localement dans 11 pays, soit le nombre le plus élevé depuis le pic de 1 548 cas acquis localement en 2018. “Le virus est présent dans la plupart des pays du sud de l’Europe, explique M. Gossner, et il se propage vers le nord.

Nécessité d’une prise de conscience

Ces virus ont le potentiel de devenir des menaces importantes pour la santé publique. Bien que la plupart des cas du Nil occidental, de dengue et de chikungunya soient asymptomatiques ou bénins, les personnes âgées et les personnes immunodéprimées peuvent en mourir. Il n’existe pas de thérapies antivirales. Il existe deux vaccins contre la dengue, mais leur utilisation n’est pas très répandue.

Frederic Bartumeus est co-fondateur du projet de science citoyenne Mosquito AlertCredit : Mosquito Alert

L’une des préoccupations est que les maladies pourraient se propager par le biais des dons de sang et d’organes. Toute personne ayant visité une région d’Europe où sévit une épidémie de virus transmis par des moustiques doit donc retarder son don de sang à son retour. Mais cela aggrave les pénuries de sang qui sont déjà un problème pendant les mois d’été.

L’ECDC reçoit des rapports sur les maladies à déclaration obligatoire de la plupart des pays européens. Cela suppose toutefois que les MTN soient détectées, ce qui n’est pas évident. Les personnes atteintes de schistosomiase, par exemple, mettent souvent plusieurs mois à développer des symptômes. “C’est une maladie insidieuse”, explique Jérôme Boissier, qui étudie cette infection parasitaire à l’université de Perpignan, en France. Les personnes doivent excréter un grand nombre d’œufs dans leur urine pour que l’infection soit détectée par les tests de diagnostic, ajoute-t-il.

Les médecins européens doivent être conscients du fait que les MTN peuvent être contractées sous forme d’infections locales, et pas seulement lors de voyages à l’étranger. “Une partie de notre travail consiste à être des chiens de garde non seulement pour nos patients, mais aussi pour la santé publique”, déclare Camilla Rothe, clinicienne spécialisée en santé tropicale à l’université Ludwig Maximilian de Munich, en Allemagne. En 2019, Camilla Rothe et ses collègues ont identifié un cas de schistosomiase chez une personne qui était rentrée en Allemagne après des vacances en Corse. Son cas indique que la transmission de la maladie en Corse, que l’on croyait terminée, se poursuit en réalité.

Les médecins doivent également être conscients du fait que des maladies supposées n’affecter que les animaux peuvent s’étendre à l’homme, et le font effectivement. Par exemple, un certain nombre de cas de dirofilariose acquise localement – causée par une infection par un ver parasite – sont apparus dans certaines régions d’Europe, y compris en Allemagne, explique Inge Kroidl, un collègue de Rothe qui étudie les maladies causées par des vers parasites appelés helminthes. Les vers en cause dans ces cas – Dirofilaria repens – infectent généralement les chiens, mais ils sont propagés par les moustiques et peuvent également infecter l’homme. Cette maladie se propage vers le nord de l’Europe, en partie à cause du changement climatique .

Pourtant, de nombreux médecins en Europe et aux États-Unis ignorent que les MTN peuvent être contractées localement, ce qui conduit à des diagnostics absents ou incorrects. Hotez cite l’exemple d’une épidémie de dengue à Houston qui n’a été découverte que rétrospectivement, lorsque des scientifiques ont étudié des échantillons cliniques6. “Les gens arrivaient à l’hôpital avec une maladie fébrile et personne n’a pensé qu’il s’agissait peut-être de la dengue”, explique-t-il. Nombreux sont ceux qui pensent que le nouveau statu quo signifie que les MTN doivent être intégrées dans le programme de base de l’enseignement médical. “La médecine tropicale n’est plus une simple spécialisation fantaisiste”, affirme M. Rothe.

Vigilance éternelle

Pour les autorités de santé publique, la compréhension du risque que représentent ces maladies dépend de la connaissance des lieux où les vecteurs sont présents et de leur comportement. L’ECDC, en collaboration avec l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments, gère un projet appelé VectorNet, qui rassemble des données sur la répartition des vecteurs de maladies tels que les moustiques, les tiques et les mouches des sables en Europe et dans la région méditerranéenne.

Des scientifiques citoyens participent à un atelier organisé par le projet Mosquito Alert. Le projet encourage les gens à signaler les observations de moustiques par le biais de son application.Credit: Mosquito Alert, CC BY

Des scientifiques citoyens participent à un atelier organisé par le projet Mosquito Alert. Le projet encourage les personnes à signaler les observations de moustiques par le biais de son application.

La collecte de données de ce type demande toutefois beaucoup de travail, et les scientifiques doivent décider où placer les pièges pour collecter les insectes, explique John Palmer, codirecteur d’un projet de science citoyenne appelé Mosquito Alert à Barcelone, en Espagne, qui encourage les gens à photographier les moustiques et à signaler les observations au moyen d’une application téléphonique dédiée.

Le fait d’avoir plus d’yeux braqués sur le problème permet de repérer des espèces envahissantes dans des zones inattendues. En 2018, par exemple, un utilisateur des Asturies, dans le nord de l’Espagne, a enregistré la première observation d’Aedes japonicus en dehors de l’Europe centrale. C’est un exemple de la façon dont la surveillance citoyenne peut être un complément précieux à la surveillance conventionnelle, explique Frederic Bartumeus, codirecteur de Mosquito Alert. “Personne n’aurait prélevé d’échantillons d’Aedes japonicus dans le nord de l’Espagne”, ajoute-t-il. Le projet utilise également des pièges dotés d’un système d’intelligence artificielle pour identifier les moustiques sur la base de la fréquence caractéristique de leurs battements d’ailes. Le système télécharge les données vers un serveur toutes les 30 minutes, ce qui permet d’obtenir des informations en temps quasi réel sur la croissance ou la diminution des populations de moustiques.

Ces données alimentent des modèles qui permettent aux responsables de la santé publique de mieux cibler leurs stratégies de lutte antivectorielle. Mosquito Alert, par exemple, travaille en étroite collaboration avec l’agence de santé publique de Barcelone et a produit une carte interactive en temps réel de l’activité d’A. albopictus dans la ville.

Mosquito Alert a pour objectif d’étendre sa portée à l’échelle mondiale et de déterminer comment rendre l’application utile dans les zones endémiques où le bilan de la maladie est beaucoup plus lourd, explique M. Palmer. Grâce à ses partenaires d’un projet connexe appelé IDAlert – un projet financé par l’Union européenne qui développe des outils pour lutter contre l’émergence de maladies liées au climat – l’équipe déploie le service au Bangladesh et l’étendra bientôt au Vietnam et au Brésil. L’équipe développe également des connexions en Afrique.Un autre objectif est de développer l’application pour qu’elle soit plus généralement utile à la santé publique, explique M. Bartumeus. Il s’agira de l’adapter pour qu’elle fonctionne dans un contexte très différent de celui de l’Europe. Par exemple, le paludisme est une préoccupation majeure en Afrique, et l’utilisation de l’application dans ce continent impliquerait de surveiller les espèces d’anophèles, qui transmettent le parasite du paludisme. Anopheles stephensi est particulièrement préoccupant, car cette espèce envahissante de moustique introduit le paludisme dans les zones urbaines surpeuplées d’Afrique de l’Est, alors que les autres vecteurs du paludisme ont tendance à se cantonner aux zones rurales. Mosquito Alert pourrait être en mesure de surveiller ce phénomène, explique M. Bartumeus.

Prévoir l’avenir

Des cartes détaillées à plusieurs échelles pourraient aider les scientifiques à comprendre les relations entre des facteurs tels que le changement climatique et l’utilisation des sols, et la manière dont les populations de moustiques réagissent. Ces relations sont complexes. Par exemple, chaque espèce de moustique fonctionne dans une fourchette de température optimale. “Il existe aujourd’hui de bons exemples de maladies infectieuses dont nous nous attendons à ce qu’elles reculent sous l’effet du changement climatique parce qu’il fait tout simplement trop chaud et que les moustiques ne peuvent pas survivre correctement lorsque la température dépasse un certain seuil critique”, explique Kris Murray, écologiste à la Medical Research Council Unit The Gambia à Fajara (qui fait partie de la London School of Hygiene & Tropical Medicine).

Les changements dans le risque de maladie varient donc en fonction de l’endroit où l’on se trouve. “Cela dépend vraiment de la maladie dont on parle, de l’endroit où l’on se trouve et même de l’altitude à laquelle on se trouve”, explique M. Murray. Toutes ces variables, ajoute-t-il, “peuvent avoir un impact considérable sur la direction que prennent certains de ces risques”.Cela signifie également que certaines parties des tropiques connaîtront un déclin des MTN à transmission vectorielle. “Les gens supposent parfois que des températures plus élevées signifient automatiquement plus de maladies tropicales”, déclare Hotez. “Je pense qu’il s’agit plutôt d’une redistribution”.

La température n’est pas le seul facteur : l’utilisation des terres, la mondialisation, les inégalités et la biodiversité ont toutes une incidence sur les vecteurs des MTN, et il est urgent de mieux comprendre comment ces facteurs interagissent. Murray et ses collègues, par exemple, ont utilisé des méthodes issues des sciences de l’environnement, de l’écologie et de la conservation et les ont combinées à des études sur les MTN et leurs vecteurs pour modéliser les populations de moustiques.

Dans une étude, ils ont montré comment, à l’échelle mondiale, l’augmentation des températures est susceptible d’accélérer la capacité de l’Aedes aegyptii à achever son cycle de vie et à progresser dans des zones qu’il n’occupe pas actuellement. Dans une étude ultérieure, à plus petite échelle, ils ont montré comment la déforestation pour la culture de l’huile de palme à Bornéo rendait le microclimat local plus propice à l’accélération du cycle de vie d’Aedes albopticus, ce qui augmenterait la population de moustiques et, par conséquent, le risque de transmission de maladies.

La relation entre le vecteur et le parasite ou l’agent pathogène qu’il transmet complique encore le tableau. Selon Murray, si chacun réagit différemment au changement climatique, il pourrait en résulter un décalage qui exercerait une pression de sélection sur le système hôte-pathogène pour qu’il évolue vers un risque accru de maladie.

La schistosomiase est un bon exemple de la capacité d’adaptation des agents pathogènes. Différentes espèces du parasite peuvent former des hybrides, ce qui lui permet d’élargir le type d’hôte qu’il infecte ainsi que les espèces d’escargots qui servent d’hôtes intermédiaires, explique M. Boissier. En Corse, le parasite est un hybride d’une espèce qui n’infecte que l’homme et d’une espèce qui infecte le bétail. Boissier a montré qu’il semble infecter plus facilement les escargots d’eau douce et les mammifères que l’espèce qui infecte l’homme.

Les détails des tendances futures restent à préciser, mais la trajectoire générale est claire : les MTN sont en train de devenir véritablement mondiales et il faut en faire plus, non seulement pour comprendre la complexité de la relation vecteur-environnement, mais aussi pour mettre au point des vaccins, des diagnostics et des traitements pour ces maladies afin d’aider les populations de tous les pays. Les risques que les MTN font peser non seulement sur la santé publique, mais aussi sur le bien-être économique, pourraient enfin motiver les gouvernements des pays riches à faire davantage pour atténuer les effets des MTN sur les populations du monde entier.

“L’autre impact majeur des maladies tropicales négligées est qu’elles enferment les populations dans la pauvreté en raison de leurs effets chroniques et handicapants”, explique M. Hotez. “Ce sont donc des maladies qui freinent les économies. C’est une perspective que le monde riche peut difficilement se permettre d’ignorer. Sur une planète plus chaude, mondialisée et urbanisée, les MTN ne connaîtront plus de frontières.

doi: https://doi.org/10.1038/d44148-023-00304-y

Cet article fait partie de , un supplément financé par une subvention de Merck Sharp & Dohme et avec le soutien financier de Moderna. Nature conserve une totale indépendance dans toutes les décisions éditoriales liées au contenu. .

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR