Ngaoundéré : L’effondrement d’un immeuble fait deux morts

0
94

L’immeuble en construction de 4 niveaux s’est effondré hier, 25 juillet 2023, très tôt le matin. Au moment où nous écrivions ce texte, 2 corps d’enfants d’environ 8 ans ont été extraits des décombres.

lieu d’effondrement à Baladji

Les populations de Baladji 1, secteur Côte d’Azur se sont réveillées le cœur lourd hier, 25 juillet 2023. Un immeuble en cours de construction s’est effondré sur les maisons voisines. Selon le voisinage, l’écroulement de ce bâtiment s’est produit autour de 7h du matin. Le bâtiment en cours d’érection sur le flanc d’une colline s’est écroulé alors que les habitants dormaient encore. « Depuis le début de la construction de cette maison, on a vu que le dosage ne répondait pas et à maintes reprises, on a demandé à la propriétaire de revoir cela, mais elle n’a pas voulu écouter » raconte un voisin dont la maison a échappé de justesse. Selon d’autres sources, « Le bâtiment qui s’est effondré n’était pas prévu pour une maison en hauteur. L’appétit venant en mangeant, la propriétaire a voulu prendre de la hauteur. Voilà les résultats ».

Les autorités administratives en tête desquelles le gouverneur Kildadi Taguiéké Boukar descendues sur les lieux estiment que l’endroit n’était pas approprié pour ce genre de construction. « Les secours s’organisent. Il faut dire que les travaux entrepris pour élever cet édifice n’ont pas été appropriés parce que la bâtisse est un flanc et il était probable que cette maison s’écroula ainsi » déclarait le gouverneur de la région au moment de sa descente sur les lieux. A en croire le voisinage, les victimes seraient de la famille Kamwa, constituée de 3 enfants et leur maman. Le père étant en déplacement. Cet incident qui survient après celui de Douala en fin de semaine dernière vient remettre au goût du jour la problématique de la qualité du matériau utilisé, du site et même de la prise en compte des recommandations des urbanistes sur les zones à risque.

Police judiciaire

Dans la ville de Ngaoundéré, l’effondrement de cet immeuble remet sur la table des débats la nécessité de la prise en compte des données de l’atlas des zones à risques de la ville de Ngaoundéré, produit par le Professeur Michel Tchotsoua et son équipe. Ceux-ci attiraient l’attention sur les zones non propices aux constructions qui sont entre autres les flancs des montagnes, les bas-fonds, etc. Aux dernières nouvelles, la propriétaire de l’immeuble à l’origine de ce drame serait entre les mains de la division régionale de la police judiciaire de l’Adamaoua. Seule l’enquête ouverte permettra d’établir avec exactitude, les causes de cet effondrement.

Jean Besane Mangam

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR