Ordre national des médecins du Cameroun : Les membres du conseil vers la réconciliation

0
64

Convoquée par le président de l’Ordre national des médecins du Cameroun, l’Assemblée générale extraordinaire de cette association s’est tenue hier, 20 janvier 2023 au siège de la maison du médecin à Yaoundé.

Ils ont tous répondu présents. Le président et les autres membres du Conseil de l’Ordre national des médecins du Cameroun (Onmc), se sont tous réunis hier, 20 janvier 2023, en session extraordinaire. Après la tempête, c’est l’accalmie. Les membres du Conseil de l’Ordre national des médecins du Cameroun, veulent définitivement enterrer la hache de guerre. Au bout d’une concertation de 6h de temps tenue à huis clos, le président de l’auguste institution, a livré à la presse, l’objet de ces assises. << C’est une réunion d’apaisement. Il ne vous a pas échappé qu’il y a eu quelques problèmes dans notre corporation. Et dans une maison quand ça déborde, il faut se retrouver pour en parler. C’est pour ça que ça s’est passé dans la maison du médecin. L’immense majorité d’entre nous habite à Douala donc on aurait pu faire la réunion à Douala. Mais on a préféré se retrouver chez nous à la maison du médecin pour en parler et trouver donc des voies et moyens pour s’en sortir >>, a indiqué Dr Guy Sandjon. Et d’ajouter << il ne vous a pas échappé que le chef de l’État à qui nous disons merci, avait déjà donné quelques indications à cet apaisement. Il a demandé qu’on le fasse dans la sérénité, la transparence et l’objectivité >>.

Réaffirmant que leur mandat est arrivé à expiration le 22 mars 2022, Dr Guy Sandjon a donné des précisions sur leurs rôles actuels. << Tant qu’un nouveau bureau n’est pas élu, il faut qu’on continue à assurer les affaires courantes. Et nous devons remettre cette maison de manière propre. Après avoir travaillé pendant 13 ans, nous avons décidé volontairement de stopper, mais on doit remettre une maison bien >>, a-t-il précisé. Même s’il trouve normal et naturel qu’il y ait quelques uns qui ont des ambitions électorales, il ajoute par conséquent, qu’il ne faut pas avoir des ambitions difficiles car il faut respecter l’institution et que l’intérêt général doit primer sur l’intérêt individuel. Tout compte fait, l’heure est à l’apaisement des tensions. << Actuellement nous sommes dans l’apaisement. On doit retourner dans les salles d’opération. Après, on va faire des élections et passer la main >>, a-t-il mentionné.

Prochaines élections

Mais cette fois, ce sont les médecins eux-mêmes qui vont organiser leurs élections parce que l’Onmc est un organe indépendant. Et le ministère de la Santé publique ne jouera qu’un rôle de contrôle. << Les élections doivent être organisées par les médecins. Il s’agit d’une association de droit privé. Nous avons une tutelle administrative qui est le ministère de la Santé qui doit peut-être contrôler si nous respectons la loi ou pas. C’est ça le rôle de la tutelle >>, a-t-il asserté. Mais avant, le bureau sortant doit procéder à la sélection des candidats en vue des prochaines élections. << C’est ce que nous allons faire en collaboration avec les autorités de notre pays. Parce qu’il faut sélectionner les candidats. Tout le monde ne peut pas être candidat. Nous nous connaissons entre nous. Si un monsieur fait beaucoup de bêtises, on ne peut pas le laisser diriger. On va sélectionner les candidats selon leur probité. L’Ordre n’est pas un syndicat, c’est un organe de régulation de la corporation. L’Ordre doit empêcher que des médecins véreux puissent causer des problèmes aux populations >>, a-t-il fait savoir. Au terme de ladite réunion, les membres du Conseil de l’Ordre, ont adressé les résolutions au Premier ministre. Pour l’heure, ni la date de la procédure de sélection des candidats n’est connue, ni celle des prochaines élections au sein de l’Ordre national des médecins du Cameroun.

Rostand TCHAMI

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR