Chine: la population a diminué en 2022

0
126

Au total, 9,56 millions de naissances ont été enregistrées l’an passé, et n’ont pas compensé les 10,41 millions de décès, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS) dans un rapport. En 2022, la population chinoise a baissé d’environ 850.000 habitants.

Une infirmière prend soin d’un nouveau-né dans un hôpital de la province du Guizhou, dans le Sud-ouest de la Chine, le 11 mai 2020. Une infirmière prend soin d’un nouveau-né dans un hôpital de la province du Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine, le 11 mai 2020. C’est du jamais-vu depuis 60 ans, la Chine, pays le plus peuplé du monde, où vit un sixième des habitants de la planète, a vu, l’an passé, sa population diminuer. Le pays le plus peuplé du monde ne gagne plus d’habitants. La population chinoise a diminué en 2022, c’est une première depuis le début des années 60. Au total, 9,56 millions de naissances ont été enregistrées l’an passé, et n’ont pas compensé les 10,41 millions de décès, a annoncé le Bureau national des statistiques (BNS) dans un rapport. En 2022, la population chinoise a baissé d’environ 850.000 habitants.

La dernière fois que la population a diminué, c’était en 1960-1961. À l’époque, une terrible famine, entamée en 1959, avait fait des dizaines de millions de morts, suite notamment aux erreurs de la politique économique du “Grand bond en avant”. En 60 ans, la démographie a doublé dans le pays. Le taux de fécondité s’est écroulé à 1,15 enfant par femme en 2021, loin derrière le seuil de renouvellement des générations (2,1). En France, par exemple, il était de 1,8 en 2020. Couplée au vieillissement, la baisse de la population, notamment du nombre d’actifs, devrait avoir des répercussions profondes sur l’économie chinoise pendant plusieurs décennies. Selon des projections les plus pessimistes d’une étude de l’Académie des sciences sociales de Shanghai, la Chine pourrait n’avoir plus que 587 millions d’habitants en 2100. Comment expliquer cette chute démographique ? « Le coût de la vie est beaucoup plus élevé, il y a aussi un niveau d’étude beaucoup plus élevé des femmes qui tentent de retarder les grossesses », répond à France Inter, Alice Eckman, sinologue et analyste responsable de l’Asie à l’European union institute for security studies. « Le système de sécurité sociale reste incomplet », poursuit la spécialiste.

Primes à la naissance

Plusieurs démographes estiment que cette chute devrait durer plusieurs décennies. Elle pourrait avoir des répercussions sur l’économie chinoise, la société, et le système de retraites. Le coût du travail devrait augmenter, rognant la compétitivité de la main d’œuvre chinoise, et la pression sur les actifs pour assurer les soins des seniors va très nettement s’accentuer. Paradoxalement, cette baisse intervient malgré l’assouplissement de la politique de limitation des naissances ces dernières années. Il y a encore dix ans, les Chinois avaient le droit de n’avoir qu’un enfant. Depuis 2021, ils peuvent en avoir trois. De nombreuses autorités locales ont déjà lancé des mesures pour inciter les couples à procréer. La métropole de Shenzhen (Sud) offre depuis quelques jours, des primes à la naissance pouvant aller jusqu’à 10.000 yuans (1 370 euros) et des allocations versées jusqu’aux trois ans de l’enfant. Au total, une famille avec trois enfants percevra 37.500 yuans (5.150 euros) de primes et allocations. La province du Shandong (Est), donne 158 jours de congés maternité (60 de plus que la norme nationale), dès le premier enfant.

E.S.N

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR