Hypertension artérielle: 47,6% de la population du Nord Cameroun touchée

0
16

La Société camerounaise de cardiologie (SCC) tire la sonnette d’alarme sur la prévalence alarmante de l’hypertension artérielle (HTA) dans la région du Nord du Cameroun. A travers les Journées nationales d’hypertension artérielle, elle appelle à une mobilisation nationale concertée pour enrayer cette épidémie silencieuse.  

 Selon les résultats des dépistages menés par les organismes de lutte contre les maladies cardiovasculaires, 47,6% de la population de cette région souffre d’HTA, soit un taux bien supérieur à la moyenne nationale de 30%.

Facteurs de risque et enjeux   

Cette situation préoccupante s’explique par plusieurs facteurs de risque, tels que le tabagisme, la sédentarité, une mauvaise alimentation riche en sel et en sucres, l’obésité et le diabète. L’accès aux soins limité, notamment un nombre insuffisant de cardiologues et de lits d’hôpital dédiés à la cardiologie, aggrave également la situation.

L’on compte environ 100 cardiologues pour tout le pays, soit 0,1 cardiologue pour 100 000 habitants. Lit d’hôpital : 1,2 lit pour 1 000 habitants, dont seulement 0,1 lit dédié à la cardiologie.

L’HTA, si elle n’est pas contrôlée, peut entraîner de graves complications, telles que les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les maladies rénales. Ces complications constituent une source importante de morbidité et de mortalité au Cameroun.

Mobilisation nationale pour une meilleure prise en charge

Des données, issues d’une étude menée par la SCC, révèlent une prévalence de l’hypertension artérielle bien au-dessus des standards internationaux. Face à ces enjeux majeurs, la Société Camerounaise de Cardiologie (SCC) a organisé les Journées nationales d’hypertension artérielle (JNHTA) du 12 au 14 juin 2024 à Garoua. Cette édition a eu pour thème : “Meilleure prise en charge de l’hypertension artérielle en 2024 pour réduire les crises cardiaques, les maladies rénales et les AVC”. Au cours de cette rencontre, plusieurs actions ont été préconisées, notamment : le renforcement des campagnes de sensibilisation et d’éducation sur les risques de l’hypertension artérielle et les modes de prévention. L’Amélioration de l’accès au dépistage et au traitement de l’hypertension artérielle. La Promotion de modes de vie sains, notamment une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

La SCC appelle à une implication de tous les acteurs

La lutte contre l’hypertension artérielle nécessite une implication de tous les acteurs, des pouvoirs publics aux professionnels de santé en passant par les populations elles-mêmes. En sensibilisant et en mobilisant l’ensemble du pays, il est possible de réduire considérablement la prévalence de cette maladie et sauver des vies. Durant 2 jours, l’association a sensibilisé les participants sur la nécessité d’une bonne prise en charge de l’hypertension artérielle. Le personnel médical et paramédical était au centre de la formation. Les connaissances ont été dispensées par le canal des symposia, des ateliers pratiques et des tables rondes. Ces journées scientifiques ont été présidées par le Gouverneur de la région du Nord.

Une société savante qui ne cesse d’œuvrer pour la bonne cause

Née de la volonté des médecins cardiologues camerounais de se regrouper en association, la société camerounaise de cardiologie a vu le jour en 1991. L’association s’est démarquée au fil des ans et s’impose aujourd’hui comme étant une organisation scientifique qui accompagne le Gouvernement à résoudre les problèmes de santé publique qui touchent le cœur. Depuis quatre ans, la société camerounaise de cardiologie inscrit dans son programme des journées nationales d’hypertension artérielle. L’objectif est celui de discuter des enjeux et les défis de la profession. La société camerounaise de cardiologie enregistre dans ses réalisations des congrès et la première édition sur la des journées nationales d’hypertension artérielle s’est tenue à Douala, ensuite à Bafoussam et enfin à Yaoundé. Cette année 2024, la ville de Garoua abrite les travaux pour la première fois. Le but de l’évènement consiste à stimuler les travaux de recherche, à propager les résultats de travaux de recherche sur l’hypertension artérielle et ses complications à travers ses activités qui sont exclusivement scientifiques et apolitiques.

Les journées nationales d’hypertension artérielle se sont tenues dans un climat de convivialité

Les locaux du conseil régional du Nord ont servi de lieu de déroulement de ces journées. Dans la salle des travaux, des médecins cardiologues venus de l’ensemble du territoire camerounais étaient présents. Ils  ont apporté leurs connaissances et leurs expériences pour l’éclaircissement des questions de l’hypertension artérielle dans toutes ses formes. Avant l’ouverture solennelle des travaux, une session de formation des infirmiers, des médecins généralistes et des médecins spécialistes non cardiologues,  a été offerte aux participants. Une phase très significative qui se présente comme un indicateur devant annoncer les sujets de réflexion prévus pour ces journées. La cérémonie d’ouverture a été marquée par la présence du Secrétaire général des services du Gouverneur et les autorités administratives de la région. Le Pr Kamdem Félicité, vice-présidente de la société camerounaise de cardiologie a prononcé un mot empreint d’humanisme en faveur de la santé de la population. « Les objectifs principaux visés par la société camerounaise de cardiologie sont de stimuler les travaux de recherche dans tous les différents domaines de la cardiologie, de partager avec la communauté scientifique les résultats des différents travaux scientifiques et des expériences des pratiques quotidiennes. La société camerounaise de cardiologie a au centre de ses préoccupations le renforcement des capacités des médecins et des paramédicaux, la promotion de la santé pour tous et le bien-être de la population de manière générale. » a indiqué dans son discours le Pr Kamdem Félicité.

Plus de 250 participants ont suivi religieusement les mots d’encouragement des différentes personnalités et l’attention a été plus grande sur les différentes thématiques exposées. Des explications, des échanges, mais aussi de découvertes décrivent le climat paisible plein de connaissance dans lequel la recherche scientifique est célébrée. L’attention fut également accordée au Pr Hamadou Bâ, président du comité d’organisation de l’évènement. Le Cardiologue n’as pas manqué de souhaiter un agréable séjour à tous ceux qui ont le déplacement pour Garoua. Les mots de remerciement sont allés aussi en faveur de toutes les parties prenantes qui ont contribué largement au succès de l’organisation de ces journées nationales d’hypertension artérielle. Une mobilisation saluée aussi par la vice-présidente de la société camerounaise de cardiologie.

Des journées scientifiques sur des thèmes variés

L’ensemble des travaux était orienté sous le thème « Meilleure prise en charge de l’hypertension artérielle en 2024 pour réduire les crises cardiaques ; les maladies rénales et les AVC. »  Les différentes thématiques abordées ont été présentées dans les symposia, les ateliers pratiques, les cas cliniques et les tables rondes. En guise d’études préliminaires avant le lancement de la cérémonie, la société camerounaise de cardiologie a entretenu les participants sur les différents contours de l’hypertension. Il s’agit de la définition, l’épidémiologie et de la physiopathologie de l’hypertension artérielle.  Le diagnostic, les conditions de mesure de la tension artérielle, l’étiologie et complications de l’hypertension artérielle, les définitions classifications et épidémiologie de l’hypertension et ses complications. Il faut ajouter à cela les outils diagnostic de l’hypertension artérielle en 2024, le bilan minimum de l’OMS et enfin l’évaluation du risque cardiovasculaire global du patient hypertendu.  Le premier symposium est intervenu juste à la suite de la session de formation. Sous la houlette du Pr Hamadou Bâ, le Dr Armel Djomou a intervenu sur la bataille des mm HG et l’optimisation du traitement. Ensuite, est venu au Dr Siddikatou d’aborder la question de l’éducation thérapeutique du patient hypertendu, un enjeu majeur. Et la question des recommandations de la prise en charge et la qualité des médicaments a trouvé une réponse grâce à l’intervention du Pr Boombhi. La leçon inaugurale ne s’est pas trop fait attendre. Le Dr Djibrilla Siddikatou, tel à l’agora a donné la leçon sur comment inverser la progression de l’hypertension artérielle au Cameroun ? Et l’analyse des enquêtes de terrain. Ont suivi par la suite l’exposé des autres thématiques à l’instar de la prise en charge médicamenteuse de l’HTA non compliquée, de la conduite à tenir devant une tension artérielle très élevée en pratique chez l’infirmier, la consultation d’annonce, les stratégies thérapeutiques actuelles de l’HTA, les 10 recommandations pour contrôler l’HTA et le diabète au Cameroun et sauver des vies entre autres. Pour ce qui est de la journée de vendredi, avant la cérémonie de clôture, les échanges ont eu lieu en session cardio-métabolique et des cas cliniques. En session cardio-métabolique, le PEC holistique du patient hypertendu diabétique était au centre des échanges. Les avis des cardiologues et des diabétologues ont retenu l’attention. Pour des cas cliniques, la prise en charge nutritionnelle de l’hypertension artérielle, l’organisation du suivi d’un patient hypertendu et la prise en charge des urgences hypertensives en pratique ont suffisamment enrichies les connaissances des participants. Les ateliers pratiques ont été aussi très enrichissants à l’exemple des questions sur la lecture de la MAPA en pratique, l’apnée du sommeil et HTA la syncope sur le diagnostic et le traitement. La table ronde a connu aussi un succès. La prise en charge de l’hypertension artérielle à la phase aigüe d’un AVC, reconnaitre une atteinte coronaire et de l’HTA à l’insuffisance cardiaque. Les échanges du panel et de l’assistance ont permis de parcourir à tous les niveaux la question de l’hypertension artérielle.

La société camerounaise de cardiologie vers des nouvelles perspectives.

Les 4èmes  journées nationales de l’hypertension artérielle à Garoua restent une expérience de plus pour l’association savante de comprendre le malaise de la population. Le constat a été fait grâce au test de dépistage de l’hypertension organisé dans les formations sanitaires un jour avant le lancement de l’évènement. Les résultats révèlent que plusieurs sont malades sans s’en rendre compte. En termes des statistiques, plus de 250 participants ont reçu des connaissances. Dans les rangs, on retrouve les médecins spécialistes non cardiologue, les médecins généralistes, les infirmiers et les étudiants. En plus de cela, c’était aussi une occasion pour les participants de faire la connaissance des industries pharmaceutiques qui ont installé des stands pour exposition. Les perspectives annoncent les lendemains meilleurs pour une meilleure prise en charge de la l’hypertension artérielle dans la région du Nord. Les médecins ont une reçu une formation, ils ont été outillés. Ce qui aura pour conséquence l’optimisation de la prise en charge des malades hypertendus. La société savante ne compte pas s’arrêter à ce niveau. La tenue des journées scientifiques va se poursuivre et selon l’annonce du Pr Kamdem Félicité, les prochaines journées nationales vont se tenir à Buéa pour 2025.

La ville de Garoua au lendemain de la tenue des journées nationales de l’hypertension artérielle ne peut qu’être comblée de l’attention que lui a accordée la société camerounaise de cardiologie. La région du Nord est dotée des grandes infrastructures sanitaires et des telles journées scientifiques gardent toute leur importance. Le personnel médical et paramédical formé, c’est un atout majeur qui va renforcer les capacités pour une meilleure prise en charge.

Marcus DARE

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR