Pr Félix Essiben : « Nous attendons 300 congressistes, acteurs de la santé des ados »

0
61

Dans une interview exclusive, le Président de la Société Camerounaise d’Adolescence (SOCADO), Pr Félix Essiben, Agrégé CAMES en gynécologie-obstétrique, présente les enjeux du 1ᵉʳ congrès de leur organisation qui se tient du 14 au 15 mai 2024 à l’hôtel Mont Febe sous le thème : « adolescents et mondialisation : Défis de santé en contexte de faibles ressources ».  Les décideurs politiques, des personnels de santé, des spécialistes intervenant dans la santé des ados, les représentants des associations d’adolescents, des partenaires institutionnels du ministère de la Santé, les champions de la cause des ados sont attendus à ce rendez-vous.

 Monsieur le Président du Comité d’Organisation, pouvez-vous nous présenter brièvement la Société Camerounaise d’Adolescence (SOCADO) et ses missions ?

La société camerounaise de la santé des adolescents est une société savante constituée en association apolitique à but non lucratif, avec une existence légale. Elle regroupe des professionnels de santé et apparentés dont les activités concourent à l’amélioration de la santé des ADOS. Ses membres sont des gynécologues, des pédiatres, des psychiatres, des spécialistes de santé publique, des psychologues, des anthropologues, des sociologues et des membres de la société civile (ONG et associations). Nos missions sont d’œuvrer à l’épanouissement professionnel des membres de notre association, d’améliorer la santé des adolescents par la promotion de la santé, de fournir des données probantes sur la santé des ados, d’aider à l’élaboration des politiques de santé en phase avec les besoins des ados, d’aider à l’orientation des interventions efficaces face aux problèmes posés par les adolescents entre autres.

Quel est le thème du 1ᵉʳ Congrès Scientifique de la SOCADO et pourquoi avoir choisi ce thème ?

Le thème du 1ᵉʳ Congrès Scientifique de la SOCADO est ‘’Adolescents et mondialisation : Défis de santé en contexte de faibles ressources’’. Nous voulons être en phase avec notre temps. Nous sommes tous, les adolescents plus que les autres couches de la population, en interaction au quotidien avec ce qui se passe ailleurs grâce à l’interconnexion du monde. Ces interactions apportent plus de complexité aux problèmes qui le sont déjà. Nous voulons intégrer ces flux d’informations, qui ne sont pas forcément à notre désavantage, à la réflexion que nous menons dans le but de répondre aux défis que la santé des ados nous posent en tenant compte de notre niveau de ressources humaines, matérielles et financières. La mondialisation est une donnée supplémentaire incontournable de l’échiquier.

Quels sont les objectifs principaux de ce congrès ?

Le 1ᵉʳ des objectifs principaux est de rassembler les compétences autour de la problématique de la santé des adolescents. Ensuite, il s’agit d’amener les uns et les autres à partager leur vécu, leurs connaissances et leurs actions dans le domaine. Enfin, il est question d’envisager ensemble les solutions à apporter aux problèmes.

Qui sont les participants attendus à ce congrès ?

Nous attendons 300 congressistes, acteurs de la santé des ados. Ce sont des décideurs politiques, des personnels de santé, des spécialistes intervenant dans la santé des ados, les représentants des associations d’adolescents, des partenaires institutionnels du ministère de la Santé, les champions de la cause des ados, ….

A lire aussi: Cameroun : Le 1er Congrès Scientifique de la Société Camerounaise d’Adolescence ouvre ses portes

Quels sont les sujets qui seront abordés lors du congrès ?

Aucours de ce congrès, nous aurons 5 tables rondes avec des exposés et échanges autour de : 1) Crise d’adolescence et santé mentale, 2). Puberté et troubles menstruels 3). Santé sexuelle et VBG 4).  IST et adolescence 5). Schémas comportementaux et adolescence.

Il y aura également 2 conférences : une conférence d’experts sous le thème « Vie et santé des ados en 2024 : Quelles stratégies de prévention face à la mondialisation ? »  et une conférence des partenaires sous le thème « Accroître les opportunités essentielles aux besoins spécifiques des adolescents ».

Enfin un atelier de formation sur les violences basées sur le genre portera sur le counseling et la prise en charge de VBG et l’Accueil de la parole des adolescents en situation de VBG.

Quelles sont les attentes concrètes de ce congrès ?

Nous souhaitons des assises fructueuses destinées à poser ces problèmes, à réfléchir sur les solutions, à voir ce qui est fait, à aborder ensemble les difficultés et à proposer des solutions adaptées à notre contexte.

Comment les résultats de ce congrès seront-ils utilisés ?

Nous sortirons de ce congrès avec un plan d’actions triennal pour des interventions avec nos partenaires. Nous mettrons à la disposition du monde scientifique, du ministère de la santé et des partenaires des données fiables afin de continuer d’avancer sereinement à l’accomplissement de la politique de santé mis en place par le gouvernement de la république.

Quels sont les principaux défis auxquels les adolescents sont confrontés en matière de santé, en particulier dans un contexte de globalisation et de ressources limitées ?

L’adolescence est une période de la vie qui est difficile et à l’issue incertaine. On découvre tout : son corps, les gens, son environnement immédiat ainsi que les influences extérieures du fait de la mondialisation. Il faut affronter les études, les besoins de son corps, les sollicitations de son entourage.  Tous ces changements peuvent être difficiles à assimiler. Avec les conditions de vie difficiles, tout ceci peut engendrer une violence insupportable pour l’ado. La société doit mettre en place des mécanismes d’accompagnement pour l’aider à surmonter tout cela.

Quelle est la situation actuelle de la santé des adolescents au Cameroun ?

Notre gouvernement fait de nombreux efforts pour l’épanouissement de notre jeunesse en général. La santé des adolescents fait appel à de nombreux intervenants. Son évaluation est rendue difficile par cette multipolarité. Nous souhaitons avec ces 1 ères journées commencer à faire un état des lieux sur certains aspects de la santé des ados. Nous allons collecter (scientifiquement) ce qui existe, colliger les problèmes qui sont adressés, questionner leur complétude. Nous apprécierons avec les différents intervenants. Ce qui doit être dit est que les problèmes sont nombreux et les difficultés énormes, mais pas insurmontables.

A lire aussi: UNFPA et ASFAC soutiennent la formation continue des sages-femmes

Que peut-on faire pour améliorer la santé des adolescents au Cameroun et en Afrique ?

Intégrer les ados à l’identification de leurs problèmes, réfléchir avec eux aux solutions que nous proposons, mettre en place des interventions avec eux et en évaluer les impacts et réajuster si nécessaire. Éviter les solutions importées.

Quel rôle la SOCADO peut-elle jouer pour améliorer la santé des adolescents ?

La SOCADO ambitionne de se positionner comme un incubateur de solutions scientifiques aux problèmes de santé des ados, un espace d’intégration des compétences pour la cause des ados.

Entretien réalisé par Joseph MBENG BOUM

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR