Prise en charge des AVC : Crimo et MedAll renforcent les capacités des médecins

Le Centre de radiologie et d'imagerie médicale de l'Ouest (CRIMO) a organisé le 20 avril 2023 à Bafoussam, une conférence sur la gestion des Accidents vasculaires cérébraux (Avc) dans le cadre des enseignements postuniversitaire. Ladite conférence a connu la participation des enseignants de médecine, des spécialistes, des experts en santé publique, des infirmiers et ainsi que plusieurs étudiants en médecine.
0
228

Dans le cadre de l’initiative “Approche participative cliniciens – radiologues pour le bien des patients”, le Crimo en partenariat avec l’association Médical education alliance ( MedAll), a organisé un séminaire de renforcement de capacités des praticiens de la région de l’Ouest. “Il a été donné de constater que beaucoup de médecins ont des difficultés à prescrire des examens. Certaines notions ont même été oubliées par d’autres. Il est donc question de les leur rappeler pour une bonne prise en charge des malades”,  a affirmé Dr Ndam Nguh-Mbi, Radiologue et promoteur du Crimo. Il se dit heureux de l’engouement manifeste des professionnels sanitaires de la région de l’Ouest pour ces rencontres. Ils sont vénus des Bamboutos, de la Menoua, de la Mifi et du Koung-khi. Les praticiens ont été édifiés par trois orateurs à l’instar de Dr Dongmo Tajeuna Jean Joel, Neurologue, Dr Matchein Nathalie, Biologiste et Dr Mouliom Tapouh, Radiologue.

Les thèmes abordés au cours des exposés ont porté sur les rappels ethiopathogeniques et cliniques, le bilan biologique, l’apport de l’imagerie et enfin le traitement et suivi des patients ayant subi des AVC.  L’occasion a été saisie pour l’annonce officielle de l’ouverture au sein du Crimo, du laboratoire d’analyses biomédicales The Pilem, dont l’objectif est d’accorder aux populations des prestations de qualité à moindre coût. “Le laboratoire The PILEM accompagne le Crimo dans la réalisation des analyses biomédicales afin de gagner en temps dans la prise en charge de certaines pathologies. Bafoussam doit être, en matière d’analyses biomédicales, autant à la pointe de la technologie que les villes de Douala et Yaoundé, pourquoi pas au-delà”, déclare Dr Ndam Nguh-Mbi Junior, Médecin généraliste et promoteur du Laboratoire The Pilem.

Analyses biologiques

Et de poursuivre : “je veux rapporter ce que j’ai appris aux États-Unis au Cameroun. Nous réalisons déjà dans notre laboratoire des tests de biochimie en moins de 3h et dans les 5 prochains mois, nous projetons installer des machines d’anapath afin de faire de Bafoussam la ville référence de l’analyse biomédicale dans les zones de l’Ouest et du Nord-ouest du Cameroun”. Il ressort donc de ce séminaire que la prise en charge des accidents vasculaires cérébraux doit être rapide, les analyses biologiques et l’imagerie sont d’une importance capitale dans l’évaluation du pronostic, ce qui interpelle à la contextualisation des examens à prescrire. Rappelons que le Centre de radiologie et d’imagerie médicale de l’Ouest (CRIMO) est situé à Bafoussam au quartier Ndiangdam. Le département de radioloogie de ce centre est entièrement accrédité par la Société camerounaise de radiologie, radiothérapie et imagerie médicale (Scrrim). Le Centre a vu le jour en mars 2003 et a pour mission d’offrir des examens de radiologie de meilleure qualité à des prix abordables et dans un environnement moderne. Le centre compte cinq activités principales à savoir : l’Echographie, Panoramique dentaire, la Radiologie, la Mammographie, la Radiologie gynécologique et le Scanner CT.

Adèle Bitga           

Réactions

Dr-DongmoTajeuna-Jean-Joel-Medecin-Neurologue-au-CHR-de-Bafoussam

« Faire une bonne kinésithérapie et une rééducation orthophonique »

« La gestion de l’accident vasculaire cérébral passe par une bonne prévention primaire à savoir la gestion des facteurs de risque cardiovasculaire, l’hypertension artérielle, le diabète, l’hypercholestérolémie et la sédentarité. Au cas où la prévention n’a pas été possible, la gestion de l’AVC doit se faire par différentes mesures de mise en condition, la gestion des acquis et les traitements spécifiques ; ensuite, la prévention secondaire. Il faudrait également, dès le début de la prise en charge, penser à faire une bonne kinésithérapie et une rééducation orthophonique ».

 

 

 

 

Dr Raoul Sontcha, Médecin à l’hôpital protestant de Mbouo Bandjoun

« Nous avions certaines appréhensions sur la prise en charge des AVC »

« C’est la première fois pour moi de participer à ces rencontres et les prochaines fois, je ferai tout pour y prendre part. Nous avions certaines appréhensions sur la prise en charge des AVC. Des appréhensions sur l’imagerie, quel type prescrire et à quel moment ? Quand commencer le traitement ? Après cet échange nous sortons ragaillardis parce que nous comprenons qu’il y a des choses à changer absolument et certains protocoles à mettre à jour pour permettre à la population de s’en tirer ».

Dr-MouliomTapouh-Medecin-Radiologue-au-CHR-Bafoussam-enseignant-a-la-Faculte-des-sciences-medicales-de-lUniversite-Dschang

« L’imagerie permettra de suivre l’évolution du patient sous traitement »

« L’imagerie servira, dans le cas des AVC, à confirmer le diagnostic, à distinguer si c’est un AVC dû à un vaisseau qui saigne ou à un vaisseau bouché. Ensuite à donner des éléments pour estimer sa gravité, jusqu’à quel point on doit être agressif dans la prise en charge, jusqu’à quel point on peut espérer une récupération plus ou moins complète. Et puis, l’imagerie permettra de suivre l’évolution du patient sous traitement ».

Propos recueillis par A.B

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR