Promotion du don de sang: 4,5 milliards de FCFA pour le Centre National de Transfusion Sanguine en 2023 

0
177

Ce budget a été adopté au cours de la 3ème session ordinaire du Comité de gestion du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS), présidé par le Pr Tetanye Ekoe, Président du Comité de gestion,  28 décembre 2022 à Mbankomo en présence du Pr Mbanya, née Dora Ngum Shu, Directeur Général et Maina Djoulde Emmanuel Dga du CNTS. 

Promotion du don de sang, la collecte des produits sanguins, la couverture de la masse salariale du personnel, l’acquisition du matériel de pointe, la mise en fonctionnement au sein du CNTS d’un laboratoire de qualification biologique et d’un cadre de collecte et la mise en place des équipes régionales sont entre autres des challenges de ce budget pour l’année 2023.

Les membres du Comité de gestion du CNTS au cours de 3ème session ordinaire à Mbankomo

Le défi du Centre National de Transfusion Sanguine est de pouvoir collecter 400 000 poches de sang par an. Hors au regard des statistiques passés ce chiffre n’a pas été atteint. En 2021, seulement 140 207 poches de sang qui représentent environ 37 %. Pour ce qui de l’année 2022, malgré le fait que l’année n’est pas encore achevée le CNTS compte à peine113 000 poches. « Le défi c’est de combler ce déficit au besoin du pays. C’est là où tous les médias et tout le monde sont impliqués parce qu’il nous faut des donneurs de sang. Sans les donneurs de sang notre défi reste » à interpeller le Pr Dora Mbanya directeur général du CNTS. 

Dan

Pr Tetanye Ekoe, Président du Comité de gestion du CNTS présidant les travaux

s son allocution d’ouverture, le Pr Tetanyé Ekoé président du Comité de Gestion du CNTS a défini les principales activités dont le budget 2023 doit permettre au CNTS de lancer de manière décisive. Il s’agit notamment de : « Promouvoir la gouvernance du CNTS par notre déploiement dans les régions avec un personnel recruté et formé, une occupation des locaux permettant de recevoir un équipement adapté à nos besoins et permettant d’effectuer des collectes efficaces de sang et d’en assurer la sécurité et la qualité ; La promotion du don de sang qui est au cœur des métiers du CNTS et sa principale raison d’être. Elle constitue donc une priorité naturelle. Le corpus des stratégies préconisées dans ce cadre par le CNTS doit être à la fois réaliste, audacieux et innovant, pour démontrer à court terme la plus-value de l’opérateur unique du sang ; Le renforcement des capacités et la production de connaissance ; La couverture de la masse salariale des personnels du CNTS ; La protection dudit personnel par un régime approprié d’assurance ; La mise en fonctionnement au sein du CNTS d’un laboratoire de qualification biologique et d’un cadre de collecte, L’intensification de la communication et de la mobilisation sociale, la mise en place des équipes régionales qui préfigure les CRTS ; et enfin la réalisation de toutes les diligences attendues du CNTS en relation avec la restructuration du PRESYNATS. » a énuméré le Président du Comité de Gestion.

Dans les prochains mois, les centres régionaux et les centres techniques de prélèvement seront lancés sous l’impulsion de madame le directeur général avec le personnel qui a été recruté et formé « cela va faire en sorte que le CNTS soit capable de réaliser les activités de collectes efficaces et de qualification du sang. De manière à ce que petit à petit nous soyons pourvoyeur de nos propres ressources. Et nous allons d’ailleurs demander d’appuyer tous nos efforts pour que, effectivement ce déploiement soit ce que le Chef de l’Etat attend car ce qu’il souhaite c’est diminuer les souffrances de ses populations » a souligné le Pr Tetanyé Ekoé. Selon lui, le problème de la réticence des populations pour le don de sang, est inhérent aux difficultés rencontrées. « Les populations ne comprennent pas que dans les centres de santé, dans les centres de prélèvement et dans les banques de sang on leur demande à la fois de donner du sang et de payer le sang. Et en plus de ça, il y’a une série de préjugés extrêmement négatifs qui entourent le don de sang que ce soit en ville, dans les mosquées, les églises » a déploré le Président du comité de gestion. De ce fait, l’on constate que les populations ne sont pas encore véritablement sensibilisées, ni encore bien éduquées de ce qu’est la chose la plus humanitaire de sauver la vie des autres en donnant le sang. Pour cela, la direction générale du CNTS est engagée à mener des activités pour éduquer, pour former et pour informer les populations tant dans les villes que dans les campagnes.

Désiré EFFALA 

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR