AHAIC 2023 : L’Afrique amorce la rupture avec les schémas sanitaires inefficaces

0
101

Comparée aux réalités d’ailleurs, la crise de la Covid-19 a fait moins de dégâts sur le continent africain. Toutefois, elle a révélé des failles profondes au sein de l’univers sanitaire local. La Conférence Internationale sur l’Agenda Sanitaire Africain (AHAIC) 2023 se veut un cadre de premier ordre pour panser les plaies du passé et repenser l’avenir des systèmes de santé en Afrique.

Ça se passe entre le 5 et le 8 mars 2023. Kigali, la capitale rwandaise accueille l’AHAIC. « Systèmes de santé résilients pour l’Afrique : repenser l’avenir maintenant » est le thème associé à cette réunion biennale. Au rang des 1000 participants, de nombreux pessimistes qui se demandent si le thème de cette conférence n’est pas qu’un autre de ces slogans qui, en Afrique, sont reconnus comme des marchandises facilement vendues. Du point de vue des experts, ce thème cadre avec les réalités de l’heure. Son choix n’est donc pas anodin. Cette idée, le professeur Oyewale Tomori, enseignant à la ”Redeemer’s University” au Nigeria, la valide à cent pour cent. En tant que virologue au Centre Nigérian pour le Contrôle des Maladies (NCDC) et par ailleurs doyen d’âge de la Conférence, il soutient que malgré le pessimisme légitime de plusieurs, les avancées impulsées par cette conférence sont aussi concrètes qu’innombrables. Il se dit convaincu de ce que « nous devons commencer là où nous en sommes ». Le thème de l’AHAIC 2023 est donc simplement un appel à la rupture. Par-dessus tout, c’est une étape irrévocable pour la révolution sanitaire en Afrique. En effet, « si vous ne prévenez pas les maladies, cela peut anéantir plusieurs années d’efforts. » Sans doute une autre façon de dire, « regardez ce que la Covid-19 a fait ».

À ce stade, il devient impératif de repenser les écosystèmes sanitaires africains ; ceci afin de pouvoir être « suffisamment résilients, suffisamment flexibles, pour faire face à tout éventuel problème ». Au-delà des mises en garde, d’aucuns ont trouvé des solutions pour repenser leurs activités et pratiques sanitaires. C’est le cas d’Aloise Kunda, représentant d’une unité communautaire de couverture santé universelle au Kenya. Des réflexions menées ici, « J’ai appris que, les communautés devraient développer, elles-mêmes, des solutions locales afin d’éviter les surprises ; et soutenir les avancées ou les acquis », confie-t-il à notre rédaction. Repenser l’avenir de l’Afrique maintenant, le processus a donc été lancé au cours de cette conférence. Ndangala Christopher, coordonnateur national de la branche tanzanienne de ”Finish Mondial”, d’un air jovial, parle des leçons pratiques et stratégiques reçues. « Nous avons compris que pour avoir une bonne couverture et améliorer le système de santé, nous devons parvenir à des partenariats avec le secteur privé et les prestataires de services », précise-t-il.

Au vu de ce que l’Afrique et le monde ont traversé ces dernières années, L’AHAIC 2023 et son thème restent d’actualité. Oui ! Une révolution sanitaire vient d’être lancée à l’échelle continentale. Elle est déjà en marche. Et la suite de tout ça, c’est quoi ? Maurine Awouor Okoth, participante, réagit sans détour : « Des structures d’accompagnement doivent être créées, si l’Afrique veut arriver au bout ce son rêve. »  

William Tadum Tadum

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR