Dr Serge LOMBAT « Nous voulons démocratiser l’imagerie dans la ville de Kribi et ses environs »

0
194

Fondateur de la Fondation Lombat Samba Richard, il s’exprime sur les raisons de leur dotation à la ville de Kribi.

Dr Serge LOMBAT, Fondateur de la Fondation Lombat Samba Richard

Vous venez de doter la ville de Kribi d’un scanner. Une révolution pour l’imagerie médicale ?

Le Fondation Lombat Samba Richard Kribi est une association à but  non lucratif. Nous donnons les consultations gratuites depuis un an. Les populations qui en sont bénéficiaires peuvent en témoigner de ces consultations que nous faisons de manière gratuite. Ceci, pour ce qui est des patients payants cash. C’est une Fondation  est une structure médicale intégrée. On prend en charge les malades qui viennent pour des consultations généralistes ou spécialisées, les examens de laboratoire, l’hospitalisation et l’imagerie. Il faut préciser que l’imagerie est ma spécialité.  Nous voulons démocratiser l’imagerie dans la ville de Kribi et ses environs. Qu’est-ce que j’entends par démocratiser ? C’est de rendre l’imagerie disponible pour tous et à un  prix acceptable. C’est pour cela, que cette Fondation a été créée pour permettre aux populations démunies de pouvoir se prendre en charge de façon convenable. En gros, c’est un centre intégré. Il intègre toutes les spécialités. Nous n’hésitons pas à faire appel aux meilleurs spécialistes quand la situation se présente.

Quelle est la vocation de votre fondation ?

C’est un centre qui a pour vocation de prendre en charge de manière optimale les patients en imagerie médicale. Le Scanner reste un élément essentiel dans les diagnostics de pointe des Avc, des lombalgies et des cancers. Nous voulons prendre en charge les patients. Nous espérons que nous allons le faire. Nous avons déjà reçu ici 1500 kribiens depuis un an. Il faut rappeler que ces malades n’ont pas payé de consultations. C’est une réalité.

Parlez-nous de l’imagerie médicale ?

L’imagerie médicale, c’est tout ce qui regarde la radiographie standard. Vous voulez faire une radio rapide des poumons, les malades tuberculeux et ceux qui toussent. Une femme qui est enceinte. Un homme qui a mal au ventre. Tous deux doivent faire une radiographie. La mammographie, les femmes qui ont des problèmes de seins. Il s’agit toujours ici de l’imagerie médicale. La panoramique dentaire pour les patients qui ont les problèmes de dents. Il s’agit toujours de l’imagerie médicale. Puis, nous avons le scanner donc le centre vient de se doter. Il s’agit aussi de l’imagerie médicale et l’Irm que nous n’avons pas encore. Il est au-dessus du scanner. Il coûte excessivement cher.

Que faites-vous des patients qui n’ont pas assez de moyens financiers ?

Il y a une partie de la population qui ne va jamais être doté de moyens pour payer les examens. La preuve, le scanner coûte entre 80 et 150 000 F Cfa. Mais, la consultation coûte entre 600 et 1000 F Cfa, que parfois les gens n’arrivent pas à payer. Donc, c’est au cas par cas que nous essayons de consulter les malades. C’est un problème d’éducation de masse. Il faut que les patients sachent que lorsqu’ils viennent payer un peu. Ils participent aussi à nous aider à nous développer.  La gratuité quand on n’a pas un soutien du gouvernement, c’est quasiment difficile.

Quelle est votre capacité d’accueil ?

 Nous avons une capacité de 10 à 15 lits d’hospitalisation. Nous pouvons aller jusqu’à 30 lits d’hospitalisations. Nous avons également des salles VIP. Tous les standings sont possibles chez nous. Nous ne faisons pas de l’hospitalisation sauvage. Quand un malade doit être hospitalisé, nous le faisons. Quand il ne doit pas être hospitalisé, il prend ses soins et il rentre chez lui. L’hospitalisation en médecine c’est l’exception. Ce n’est pas la règle.

Le besoin en imagerie médicale se fait-t-il ressentir dans la ville de Kribi ?

Le besoin en imagerie médicale est important. Sauf que, lorsque je me déplace pour venir voir 05 malades, c’est un peu embêtant. Je suis là pour voir les malades compliqués.

Quelle est la capacité du scanner qui vient d’être mis à la disposition des populations de la cite balnéaire ?

C’est un scanner de  barets. Il fait la quasi-totalité des examens qu’on peut faire. Il a une capacité de faire un examen de la tête en 10 secondes. Un malade qui vient dans le coma et qu’il faut vite prendre en charge, vous ne pouvez pas le manipuler pendant longtemps. En 10 ou 15 secondes, le diagnostic est fait et il peut repartir avec le résultat. Les malades qui vont venir faire le scanner ici, auront leurs résultats immédiatement.

Interview réalisée par Catherine Aimée Biloa

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR