Santé publique :L’Université Libre des Pays des Grands Lacs et l’Institut Evangélique du Cameroun signent un accord de coopération

0
27

L’Université Libre des Pays des Grands Lacs (ULPG) et l’Institut Evangélique du Cameroun (IEC) ont officialisé ce mardi 04 juin 2024 un accord-cadre de coopération dans le domaine de la santé publique et de la médecine humaine. Cet accord, d’une durée de cinq ans, vise à renforcer les échanges d’étudiants et d’enseignants, à promouvoir la recherche conjointe et à développer des programmes de formation de qualité.

Cet accord-cadre de coopération, signé en présence des membres du comité de gestion de l’ULPGL et du staff de la faculté de médecine humaine, ouvre de nouvelles perspectives de collaboration entre les deux institutions renommées.

Un partenariat stratégique pour une formation de qualité

L’engagement pris par l’université libre des pays des grands lacs est de mettre à la disposition de l’université évangélique du Cameroun un matériel pédagogique de pointe, en parfaite adéquation avec les curricula des trois premières années de la formation médicale à l’ULPGL. Cette initiative permettra aux étudiants de l’université évangélique du Cameroun de bénéficier d’une formation de qualité, en intégrant les dernières avancées scientifiques et technologiques dans le domaine biomédical.

En outre, « l’ULPGL s’engage à accueillir entre 5 et 10 étudiants de l’université évangélique du Cameroun, titulaires d’une licence en médecine biomédicale, en quatrième année de médecine » a indiqué le  Pr Joseph Wasso Missona, le recteur de l’Université Libre des Pays des Grands Lacs. « Cette opportunité offrira aux étudiants sélectionnés la  possibilité d’enrichir leurs connaissances et leurs compétences en bénéficiant d’un environnement d’apprentissage stimulant et d’une expérience pratique au sein des hôpitaux d’application affiliés à l’ULPGL » a-t-il rajouté

De son côté, le recteur de l’institut évangélique du Cameroun, le Révérend Dr Jean Blaise Kenmogne, accompagné de son vice-recteur, a souligné l’importance de ce partenariat en termes de formation de qualité. Il a notamment salué les outils pédagogiques modernes et appropriés dont dispose l’ULPGL pour former les meilleurs médecins en Afrique. De plus, lors de leur visite des hôpitaux d’application, les représentants de l’institut évangélique du Cameroun ont constaté que le centre universitaire hospitalier de l’ULPGL, à l’image de Health Africa, n’a rien à envier à ceux que l’on trouve en Europe et dans certains pays africains. Selon le Révérend Dr Jean Blaise Kenmogne, « ces conditions offrent des perspectives prometteuses pour former de meilleurs médecins ».

Développement de la recherche conjointe

Cet accord-cadre de coopération, d’une durée de cinq ans, permettra ainsi aux deux universités protestantes de renforcer leurs liens et de collaborer activement dans le domaine de la santé publique et de la médecine humaine. Il contribuera également à l’amélioration de la qualité de la formation médicale en favorisant les échanges d’expertise et en offrant aux étudiants des opportunités d’apprentissage enrichissantes. L’université libre des pays des grands lacs de Goma et l’institut évangélique du Cameroun sont résolument engagés dans la formation de futurs médecins compétents et qualifiés, prêts à relever les défis de la santé en Afrique.

Les défis des médecins en Afrique sont nombreux

La formation des médecins en

 est confrontée à divers défis et difficultés. L’un des principaux obstacles est le manque d’infrastructures et de ressources adéquates dans de nombreux pays du continent. Les établissements d’enseignement médical ont souvent des équipements obsolètes et des bibliothèques insuffisamment fournies, ce qui limite l’accès à l’information et à la formation pratique.

Un autre défi majeur est le manque de corps enseignant qualifié. Le nombre de formateurs expérimentés et compétents est souvent insuffisant pour répondre à la demande croissante d’éducation médicale. Cela peut entraîner une qualité de formation inégale et une difficulté à maintenir des normes élevées.

La pénurie de ressources financières constitue également un obstacle majeur. Les coûts élevés de l’éducation médicale, y compris les frais de scolarité, les livres et les frais de subsistance, peuvent être prohibitifs pour de nombreux étudiants africains. Cela limite leur accès à une formation médicale de qualité et contribue à la fuite des cerveaux vers d’autres pays offrant de meilleures opportunités professionnelles.

Enfin, la diversité culturelle et linguistique de l’Afrique pose également des défis dans la formation des médecins. Les différences culturelles, les croyances traditionnelles et les barrières linguistiques peuvent compliquer la communication entre les professionnels de la santé et les patients, ce qui nécessite une formation supplémentaire dans le domaine de la médecine interculturelle.

Malgré ces difficultés, de nombreux pays africains font des efforts pour améliorer la formation médicale en investissant dans des infrastructures, en renforçant les corps enseignants et en développant des programmes de bourses pour les étudiants défavorisés. Ces initiatives visent à former une nouvelle génération de médecins compétents et engagés, capables de répondre aux besoins de santé de leurs communautés et de contribuer au développement du continent. Le partenariat  stratégique scellé ce 04 juin 2024 entre l’université libre des pays des grands lacs de Goma et l’institut évangélique du Cameroun marque une avancée significative dans le domaine de la santé

Article rédigé par Mireille Siapje

 

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR