COVID-19 en Afrique : Les projections de l’OMS 03 ans après

0
149

Au cours d’une conférence de presse numérique tenue le 15 février 2023 avec le Réseau des médias africains pour la promotion de la santé et de l’environnement-Mali (REMAPSEN), le responsable des opérations de riposte à la COVID-19 au bureau de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, Dr Thierno Baldé, a entre autres, indiqué qu’il faut poursuivre avec la vaccination pour définitivement éradiquer cette maladie.

Placée sous le thème : « La COVID-19 en Afrique, trois ans après, où en sommes-nous ? », la conférence de presse qui s’est tenue le 15 février 2023, a permis au responsable des opérations de riposte à la COVID-19 au bureau de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l’Afrique, de faire l’état des lieux de la pandémie. Dr Thierno Baldé, a tout d’abord, indiqué que la COVID-19 est toujours considérée comme une urgence de santé de portée mondiale par l’OMS parce que « les gens continuent de mourir de la maladie ». Concernant l’Afrique, il a affirmé que la COVID-19 est actuellement dans une phase stable sur le continent, due aux efforts des Etats appuyés par l’OMS. « La situation est stable aujourd’hui, mais nous gardons une vigilance pour pouvoir contrer une éventuelle résurgence de la maladie. Il faut une vigilance pour être prêt à tout moment », a-t-il souligné. Mais selon lui, la stabilité provient des actions concertées de tous. << Il faut saluer le niveau d’engagement des pays africains. Le travail est fait par tous les pays appuyés par l’OMS. Il y a le partage d’expérience. En Afrique, nous avons une expérience dans la gestion des épidémies par rapport aux autres continents. Il y a également l’adhésion des populations. Depuis le début, l’OMS a pris le problème à bras le corps en mobilisant des ressources pour acheter plus de matériels et mobiliser plus de personnes. C’est un travail de longue haleine », a-t-il expliqué.

Toutefois, il a invité les uns et les autres à ne pas lâcher du lest. Il s’est à cet effet, appesanti sur l’importance de la vaccination dans la riposte contre la COVID-19 afin de relever les défis de la lutte contre cette pandémie. « Il faut continuer à encourager les gens à aller se faire vacciner surtout les personnes âgées qui peuvent développer des cas sévères de cette maladie ; sensibiliser les communautés et les autorités locales. C’est difficile de convaincre les gens quand le nombre de nouveaux cas diminue, mais atteindre un grand niveau de vaccination pour les personnes à risque est très important. Le virus a fait plusieurs mutations, mais les vaccins restent toujours efficaces contre cette maladie », a rassuré Dr Baldé. Et de conseiller : « Il faut garder les mesures barrières édictées depuis le début de la pandémie, faire des tests de diagnostic rapide ».

Médecine traditionnelle

Concernant la place de la médicine traditionnelle dans la lutte contre la pandémie de la COVID-19, Dr Thierno Baldé a rappelé que l’OMS a mis en place un Comité pour accompagner les pays qui veulent développer des traitements basés sur la médecine traditionnelle. « Nous encourageons la médicine traditionnelle au Madagascar, au Ghana, en RDC. Nous avons accompagné financièrement et techniquement ces pays pour encadrer ce qui doit être fait », a-t-il déclaré. Et de poursuivre : « Il faut capitaliser tout ce que nous avons pu construire pendant cette crise, accroitre les capacités des laboratoires. La production des vaccins sur place est un enjeu important. Il y a eu des progrès dans ce sens au Sénégal avec l’Institut Pasteur. L’OMS appui les initiatives de production des vaccins en Afrique ».

Rostand TCHAMI

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR