Gabon : Le rapport de l’enquête nationale sur l’alimentation, la santé, la nutrition et les styles de vie des adolescents en milieu scolaire rendu public

0
78

Le rapport de l’enquête nationale sur l’alimentation, la santé, la nutrition et les styles de vie des adolescents en milieu scolaire au Gabon au cœur d’un café média organisé le 07 Novembre 2023 par la représentation du bureau de l’UNICEF au Gabon. C’était en présence des hommes et femmes des médias, des partenaires du système des nations unies, et autres acteurs de la santé.

La situation sur la santé et la nutrition de l’enfant au Gabon plus qu’inquiétante. Face aux hommes et femmes des médias, la représentante résidente de l’UNICEF au Gabon  a dévoilé les objectifs de cette enquête réalisée. «L’objectif principal est de mettre l’accent sur l’importance d’assurer une bonne nutrition pendant l’adolescence dans le but de briser le cycle intergénérationnel de la malnutrition et de la mauvaise santé afin d’améliorer le capital humain au Gabon. Cette étude vient contribuer au travail de prévention et de surveillance étroite de l’état nutritionnel dès le début de la vie, en particulier pendant l’adolescence lorsque les habitudes alimentaires se forment. L’étude vise à : Estimer la prévalence du surpoids/obésité ainsi que la maigreur chez les adolescents scolarisés dans les neuf provinces du Gabon ; Evaluer l’environnement alimentaire immédiat de l’école ; Comprendre les facteurs influençant les choix alimentaires; et Identifier les lacunes des politiques liées à l’environnement alimentaire grâce à un examen critique des documents de politique. » A expliqué Mame Selbee Diouf représentante de zone a.i de l’UNICEF Gabon Sao Tome et Principe auprès de la CEEAC.

Le document d’une cinquantaine de pages qui a été présenté révèle que, cette étude quantitative et qualitative a mis en évidence les points suivants: La prévalence du surpoids/obésité qui est plus préoccupante que les niveaux de maigreur, particulièrement dans la province de l’Estuaire qui avait une prévalence du surpoids/obésité dépassant de loin ce qui est observé dans les autres provinces (37861). La consommation d’aliments malsains caractérisés comme produits ultra-transformés, riches en matières grasses, en sel et en sucre était fréquente et courante. En outre, seulement 10 % des adolescents déclarent consommer quotidiennement des fruits et des légumes. Les aliments disponibles à l’intérieur et à l’extérieur des établissements sont des produits riches en gras, sel, et sucre. Seuls ces produits sont abordables pour les adolescents. La silhouette d’image corporelle considérée comme idéale était liée à une silhouette qui caractérisait un individu de poids normal, suggérant que les normes des silhouettes sont plus ou moins conformes aux désirs des adolescents.

Ceci contraste avec la prévalence alarmante du surpoids/obésité, particulièrement dans la province de l’Estuaire. Le nombre d’heures passées devant les écrans était excessif pour la plupart des provinces une proportion importants d’adolescents n’a pas un sommeil adéquat, le sommeil prolongé (> 9 h) et le sous-sommeil (< 6 h) étaient tous deux répandus. Un pourcentage significatif d’adolescents était confronté à des inquiétudes qui les submergeaient, ils se sentaient seuls et incompris par leurs proches (les parents). Un taux alarmant de consommation de substances (tabac, alcool et drogues) a été signalé dans toutes les provinces. A la lumière de ce qui précède, un large éventail de problèmes nutritionnels et de santé affecte les adolescents. Ces facteurs se renforcent mutuellement et doivent donc être traités de manière globale par le biais d’un ensemble intégré d’interventions.

Toutefois, il est annoté que la consommation de collations salées et d’aliments riches en matières grasses et sucrés a été relevée comme étant consommée par environ 10% des adolescents. Une proportion similaire à 12% d’adolescents a déclaré avoir consommé des fruits et des légumineuses. Ces chiffres augmentent à plus de 30% pour la fréquence de consommation de 1 à 3 fois par jour. La province du Haut-Ogooué se hisse en tête des provinces où les adolescents ont déclaré avoir consommé des fruits au moins 1 à 3 fois par semaine tel que présenté dans le tableau statistiques.  Au cours de l’enquête, environ 59% des adolescents ont déclaré que des fast-foods et des boissons sucrées étaient disponibles à l’intérieur et autour de l’établissement scolaire. Un certain nombre de points forts et des limites ont été notés au cours de la présente étude. Cette étude est une étude transversale et donc ne permet pas d’établir une relation causale. L’étude qualitative a été limitée aux établissements secondaires de deux provinces (Estuaire et Woleu-Ntem).

Les points forts de l’étude sont: L’étude a appliqué une approche à méthodes mixtes que comprenaient un examen des documents de politique, des entretiens qualitatifs, et une enquête quantitative représentative à l’échelle nationale. L’étude quantitative était représentative tant au niveau national qu’au niveau provincial. L’étude quantitative comprenait un certain nombre de facteurs qui ont permis une caractérisation globale de l’état nutritionnel et de la santé des adolescents. Il s’agit de la première étude de ce type qui a permis d’estimer la prévalence de la dénutrition et du surpoids/obésité en milieu scolaire au Gabon. Les politiques liées à l’alimentation et à la nutrition ont été comparées aux meilleures pratiques internationales afin d’identifier les domaines potentiels d’amélioration. Les entretiens qualitatifs ont permis de mieux comprendre les résultats de l’enquête quantitative, l’environnement alimentaire et les facteurs qu’influence le choix alimentaire des adolescents.

Au terme de la présentation des résultats de cette enquête, plusieurs recommandations ont été émises notamment : Organiser un contrôle périodique des aliments vendus au sein des établissements; Recommander aux commerçantes agrées dans l’établissement de proposer plus des fruits et de la nourriture fraiche aux apprenants ; Approvisionner les établissements dépourvus d’eau potable d’une adduction d’eau potable; Sensibiliser les vendeuses sur le niveau des prix à appliquer au sein des établissements.

A la lumière de ce qui précède, un large éventail de problèmes nutritionnels et de santé affectent les adolescents. Ces facteurs se renforcent mutuellement et doivent donc être traités de manière globale par le biais d’interventions qui vise tout à répondre à l’ensemble des problèmes identifiés. Le Gabon a la possibilité de renforcer le système éducatif pour contribuer à la prévention de la malnutrition chez les adolescents en mettant en œuvre les interventions suivants: établir des directives pour les repas scolaires.

Définir des directives pour les environnements alimentaires scolaire, en s’appuyant sur les efforts existants; assurer la fourniture d’aliments nutritifs dans les cantines scolaires et à proximité des établissements scolaires. Renforcer l’éducation alimentaire et nutritionnelle scolaire dans les programmes scolaires, au-delà de ce qui actuellement couvert dans les cours de science de la vie. Promouvoir et soutenir des modes de vie actifs par l’activité physique. Renforcer les capacités des enseignants et du personnel scolaire en matière de l’importance de la nutrition et d’une vie  physiquement active. Promouvoir l’engagement et l’implication des parents. Accompagner les adolescents par des conseils psychologiques pour résoudre les problèmes de santé mentale. Mettre en place des interventions qui agissent contre la consommation des drogues, de tabac et d’alcool chez les adolescents scolarisés.

 

Saint clair kengue

 

 

 

 

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR