Vih ou le Vph : Les garçons circoncis risqueraient moins de les contracter

0
53

Pour limiter la propagation du Vih/Sida, l’Organisation mondiale de la santé a inclut la circoncision dans un programme en Afrique subsaharienne.

« Maman Romuald ne dort pas depuis deux jours et il saigne quand il urine », se lamente Clémentine, la maman du nourrisson. En effet, le nouveau-né de deux semaines a subit une pratique ancestrale de son  prépuce, le 04 janvier 2023. Originaire de la région de l’Ouest-Cameroun, la circoncision chez les enfants est pratiquée deux semaines après la venue du nourrisson au monde. Chez les Grassfields, c’est ainsi que ça se passe. Tout comme Romuald, Alain Wassouo, originaire de la région de l’Extrême-Nord, est passé par la circoncision. « La circoncision chez les dii est rapportée par une femme qui est à la recherche du bois ». Elle aperçoit les singes entrain de circoncire leurs petits sur un rocher à l’aide d’une pierre tranchante. Elle revient appeler son mari qui vient guetter la scène, et repart l’appliquer sur les enfants. D’après un urologue qui a requis l’anonymat, « la circoncision des garçons nouveau-nés est une intervention chirurgicale facultative qui consiste à couper la surface de peau (le prépuce) qui recouvre la tête (le gland) du pénis. La plupart du temps, elle est effectuée dans les quelques jours suivant la naissance ».

Les parents qui décident de faire circoncire leur nouveau-né le font souvent pour des motifs religieux, sociaux ou culturels. D’après le Dr F. Tambo, cinq accidents de circoncision ont été colligés et traités chez l’enfant dans le service de chirurgie pédiatrique de l’hôpital gynéco-obstétrique de Yaoundé. L’âge moyen des enfants était de 7,75 ans avec des extrêmes allant de quatre à dix ans. Les types anatomo-cliniques se résumaient en hémorragie (1 cas), balanite (1 cas), amputation du gland (1 cas), et fistule urétrale (2 cas). Cette étude souligne le caractère plus rituel que thérapeutique de la circoncision dans notre contexte. Ces accidents interpellent en premier lieu le chirurgien pédiatre, sa pratique par les autres personnels médicaux ou les tradithérapeutes devant être contrôlée. D’après le Dr Axel Stéphane Nwaha Makon, dans l’article en ligne AlloDocteurs Africa, il indique une étude a été réalisée dans la ville de Douala, qui a montré que : «  131 circoncisions faites ces 5 dernières années avaient connu des complications assez dramatiques ». L’urologue ajoute également que : « certains patients ont vu leurs verges amputées, d’autres ont saigné jusqu’à en mourir, certains ont été atteints de tétanos post-circoncision, de fistules urétro-cutanées, d’autres ont eu des infections graves comme des nécroses du gland, la tête du pénis », ajoute-t-il dans le journal en line AlloDocteurs Africa. 

Saignements

Ces enfants ne peuvent plus voyager pour le 7ème ciel, et c’est un drame social en Afrique où l’enfant est un signe de richesse, sans évoquer les difficultés à l’aller dans les lieux d’aisance. Le médecin propose tout de même des pistes de solution. Pour réduire les risques au minimum, l’intervention doit être effectuée par un praticien formé et expérimenté, au moyen d’une technique stérile. Quelqu’un devrait effectuer un suivi dans les jours suivant l’intervention pour s’assurer que les saignements ne se sont pas aggravés. La Société canadienne de pédiatrie ne recommande pas la circoncision systématique de tous les garçons nouveau-nés. Selon quelques études, les garçons circoncis risqueraient moins de contracter : un cancer du pénis plus tard au cours de leur vie, même si cette forme de cancer est d’une extrême rareté; une infection par le Vih ou le Vph; une infection urinaire pendant leur enfance. Les femmes qui sont les partenaires des hommes circoncis sont moins susceptibles de contracter un cancer du col de l’utérus.

Elvis Serge NSAA

Dr Diane Ngo Minka, anthropologue culturelle, se prononce sur les avantages et les inconvénients de la circoncision chez les nouveau-nés.

« La circoncision peut être un acte dangereux si le faiseur n’est pas formé »

Comme l’excision, la circoncision connait aussi moult débats dans  lesquels sont trempés des Hommes pour apporter leurs expertises, expériences, connaissances et opinions. La circoncision est un fait social maîtrisé par plusieurs personnes voire, plusieurs cultures. Chacune des cultures garde une signification prépondérante et un sens qu’elle attribue à cette pratique. La circoncision est une pratique culturelle parce que connue et vécue au sein d’un groupe bien défini. Elle garde à la fois une fonction esthétique, sensuelle/ sensitive et rituelle. Esthétique parce que la culture qui la considère voudrait une certaine présentation à l’image du pilon pour son mortier le sexe devra alors être beau au regard pour ensuite conduire à des appréciations. La non ablation du prépuce semble le rendre inaccessible et inactif.

Sensuelle ou sensitive parce que pendant l’acte sexuel, le bout du pénis déjà transformé, semblable au bout du pilon, est passible d’atteindre sa cible en y procurant de la sensation  car, les mouvements de va et viens sont de plus en plus ressentis par son receveur. Dans ce cas précis, l’on note également l’accessibilité à la virilité et à la fécondité. Enfin, rituelle parce que la circoncision est un rite de passage qui permet d’introduire le jeune garçon dans la cour des grands. De ce fait, il devient homme, capable de mener certaines activités sans aucune peur. C’est le passage à l’octroi de certaines actions parce qu’une telle pratique est suffisamment douloureuse. Une douleur qui est comparée aux multiples difficultés de la vie que pourrait rencontrer le jeune garçon. D’ailleurs, après la pratique d’une circoncision, surtout celle-là que l’on a  élaborée sans cris ou sans larmes du receveur,  on l’y accompagne d’un coq digne de ce nom et bien cuisiné pour acclamer la bravoure.

Étant donné qu’il s’agisse d’un rite de passage, l’ablation du prépuce est de plus en plus encouragée lorsque l’enfant est adolescent. Car, il a déjà la maîtrise de certains événements qui s’opèrent à lui et peut ou arrive également à faire des choix donc, ressentir la douleur d’une circoncision comparée à son statut d’homme. Le nouveau-né n’a pas encore cette capacité de reconnaître la douleur. Moins, de se souvenir de celle-ci. Et pourtant, c’est un moment de rappel tant pendant ladite pratique que lorsqu’il s’agit de manger son coq déterminant son passage de faible à fort. La circoncision peut être un acte dangereux si le faiseur n’est pas formé pour la dite pratique ou encore si le prépuce a été mal extirpé. En ce moment, le jeune garçon ou nouveau-né peut être exposé à certaines complications à l’exemple de l’infertilité, aux infections ou encore à la perte partielle ou totale de son sexe.

Tout compte fait, la circoncision reste un acte culturel parce qu’il faille que l’on naisse d’abord, puis s’expose à une telle pratique. Le jeune garçon peut se retrouver avec un pénis plus grand que prévu quand cela est fait tôt, ou bien rétrécir. La circoncision peut être un acte dangereux si le faiseur n’est pas formé pour la dite pratique ou encore si le prépuce a été mal extirpé. En ce moment, le jeune garçon ou nouveau-né peut être exposé à certaines complications à l’exemple de l’infertilité, aux infections ou encore à la perte partielle ou totale de son sexe. Tout compte fait, la circoncision reste un acte culturel parce qu’il faille que l’on naisse d’abord, puis s’expose à une telle pratique. Le jeune garçon peut se retrouver avec un pénis plus grand que prévu quand cela est fait tôt, ou bien rétrécir.

Propos recueillis par E.S.N

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR