Hôpital régional annexe de Kousseri – Des services de qualité offerts aux malades du Logone et Chari

Malgré l’insuffisance du personnel de santé et des spécialistes, la structure hospitalière satisfait les attentes des malades avec plusieurs offres des services offerts.

Si on remonte le temps, on appelait encore la structure hospitalière dans les années 1947, hôpital départemental de Kousseri. Après une réforme, elle est devenue l’hôpital de district de santé de Kousseri en 1995. Le 13 Aout 2012, un décret érige le district de Kousseri et ainsi c’est désormais l’hôpital régional annexe de Kousseri. L’hôpital régional annexe de Kousseri dispose de tous les services qu’il offre aux malades. Avec un service d’accueil attrayant, une salle d’attente spacieuse, climatisé avec un écran télévisée est le meilleur service dans les hôpitaux régionaux annexes de l’Extreme-Nord. En termes de services dont dispose la structure hospitalière, tout le monde y trouve son compte. << l’hôpital régional annexe de kousseri dispose du service d’accueil qui oriente les malades vers les autres services spécifiques. Il s’agit de la pédiatrie, la médecine interne, la stomatologie, le laboratoire, la chirurgie (bloc opératoire), la maternité, la gynécologie, l’imagerie médicale, le centre de nutrition thérapeutique interne. Toutefois, l’hôpital régional annexe de Kousseri à des services qui existent mais sont encore non fonctionnels à cause du manque de matériel et du personnel qualifié. Nous avions le service de néonatalogie, celui de l’ophtalmologie et le centre d’hémodialyse. >> souligne Mahamat Ousmane, surveillant général de l’hôpital régional annexe de Kousseri.

L’hôpital régional annexe de kousseri dispose de plus de 71 personnels de santé. On compte 12 médecins généralistes dont 02 de la croix rouge, 01 chirurgien dentiste, 01 pharmacien, 01 technicienne  supérieur en soins infirmière, 04sages femmes, 40IDE (infirmier diplômé d’État) dont 32 recrutés localement, 05 IDE spécialisés, 03 techniciens Médico-sanitaire, 04 agents technico-sanitaires. 30% du personnel de santé de l’hôpital travaille pour l’état. 70% sont des volontaires. L’amélioration  des services offerts et du cadre à l’hôpital régional annexe de Kousseri est perceptible sur tous les plans. Malades et personnes indigènes ont accès aux soins de qualité quelqu’un soit leur situation. << Je vais me faire soigner à l’hôpital régional annexe de Kousseri constamment, les services sont de bonne qualité. Que ce soit l’accueil, la consultation, les soins sont faits avec un bon cœur.>> témoigne Madame Aissa, patiente. La structure hospitalière est propre, avec une hygiène et salubrité grâce aux 46 agents d’entretiens. Ils sont déployés dans tous les services que compte l’hôpital régional annexe de Kousseri. << Les agents sont orientés dans tous les services que compte l’hôpital régional. L’objectif est d’assurer l’hygiène et salubrité au sein de l’hôpital régional. Avec la crise covid 19, nous avions désinfecté les bâtiments de l’hôpital.

Un tour à l’hôpital, les seaux à robinets, du savon, du gel hydro-alcoolique est disponible pour lutter contre le covid 19>> souligne Saliou Yaya, responsable de l’hygiène, salubrité et sécurité de l’hôpital régional annexe de Kousseri. La proximité de l’annexe du bureau du fond régional pour la promotion de la santé permet à la structure hospitalière à s’approvisionner à tant en produits pharmaceutiques. << Nous approvisionnons la pharmacie en produits pharmaceutiques deux fois par semaine. Nous n’avions pas de rupture des médicaments. Quand l’annexe du fond régional manque, nous passons la commande sur Maroua>> explique Dr Abamou Minkoh, pharmacien de l’hôpital régional annexe de Kousseri. Plusieurs chapelets de problèmes sont rencontrés par l’hôpital. << L’hôpital n’a pas des spécialistes en ophtalmologie, pédiatrie et gynécologie. Les malades qui viennent rencontrer les spécialistes retournent vu l’absence. Il y’a pas de personnel qualifié. Le personnel de l’État est à 30% pourtant 70% sont recrutés localement>> éclaircit Mahamat Ousmane, surveillant général de l’hôpital régional annexe de Kousseri. L’hôpital régional annexe  de Kousseri présente un nouveau visage grâce aux efforts du directeur Yaya Souleymanou et la contribution du personnel de santé qui ont mis l’humanisation des soins au cœur de leur préoccupation.

Nikodemus HINSIA

Interview

« L’hôpital régional annexe de Kousseri n’a pas de scanner, les malades sont référés vers NDjamena au TCHAD. »

Dr Souleymanou Yaya, directeur hôpital régional annexe de Kousseri

Depuis deux ans, vous présidez les destinées de l’hôpital annexe de Kousseri. Dr dites nous quelles sont les innovations que vous aviez mis sur pied ?

À mon arrivée en septembre 2019, j’ai trouvé l’hôpital régional annexe de Kousseri dans un état d’insalubrité, les bâtiments dans un état vétuste, pas d’équipements convenables. J’ai commencé par restructurer globalement l’hôpital régional annexe de Kousseri. De ce fait, le projet d’embellissement de la structure avec la création des espaces verts à été lancé. Nous avons réhabilité complètement et agrandi la maternité, le service mère-enfant à été équipé totalement. Ce service obéit aujourd’hui au standard et aux normes pour gérer les cas d’accouchements. L’hôpital à le minimum. Le service d’accueil de l’hôpital à été agrandi et rééquiper dans l’ensemble.

Nous avions agrandi le service de chirurgie et rééquiper également. Le service de néonatalogie à été construit et équiper avec des couveuses. Nous avons construit et mis sur pied le service d’ophtalmologie, il est entraine d’être rééquiper progressivement avec un bloc opératoire pour les interventions chirurgicales. Par ailleurs, nous avons équipé le service d’imagerie médicale avec l’acquisition de nouveaux appareils. Il s’agit des appareils de  l’échographie, l’électrocardiogramme, la radiologie. Le service de l’odontostomatologie à été rénové et tous les équipements achetés. Nous avons le service d’hémodialyse qui est en finition, le bâtiment est complètement achevé. Nous attendons l’acquisition des équipements pour ce service afin qu’il soit fonctionnel.

Quelles sont les difficultés rencontrées par l’hôpital régional annexe de Kousseri ?

Parlant des difficultés, le volet des ressources humaines à un déficit qualitatif. L’hôpital régional annexe de Kousseri n’a pas de  spécialiste. Nous avons besoin pourtant d’un pédiatre, d’un gynécologue, d’un ophtalmologue, d’un cardiologue et d’un chirurgien. Nous apprécions les efforts qui ont été fait par le ministère de la santé publique qui à déployé un certain nombre de spécialistes. Ces derniers tardent encore à rejoindre leur poste, nous espérons qu’ils seront là d’ici peu car les malades les attendent. L’autre difficulté repose sur le bâtiment du service d’hémodialyse qui est achevé mais nous attendons toujours des équipements pour le mettre en service car  même les malades s’impatientent déjà. L’hôpital régional annexe de Kousseri n’a pas de scanner, à cause de ce handicap, nous référons nos malades à NDjamena au TCHAD. Il serait important que l’hôpital se dote de ce scanner. Pour un hôpital de catégorie 3, il serait important d’avoir ce scanner.

Y’a-t-il des doléances au ministre de la santé publique au Cameroun ?

Nous voulons dire merci au ministre de la santé publique pour tout ce qu’il fait pour l’hôpital régional annexe de Kousseri. Nous souhaitons que toutes les difficultés que nous avions énumérées trouvent des solutions le plus tôt possible vu l’urgence et le besoin. Nous sommes tous motivés, beaucoup d’autres choses seront fait encore d’ici quelques mois.

Propos recueillies par Nikodemus HINSIA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × un =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR