Réflexes à avoir pour éviter l’AVC

8 AVC sur 10 pourraient être évités : voici comment avec de bons réflexes à adopter au quotidien.

Contrôler sa pression artérielle

Des études ont mis en avant qu’il existait un lien entre survenue d’AVC et fibrillation atriale. Cette maladie est une complication de l’hypertension artérielle qui touche environ 1 % de la population française. C’est pourquoi, il est recommandé de faire vérifier sa tension régulièrement, surtout en cas d’hypertension.

Manger sainement

Une bonne alimentation réduit le risque de survenue de l’AVC. Des chercheurs ont passé en revue 375 études parues entre 1979 et 2004 afin de cerner le type d’alimentation qui contribue le mieux à prévenir les AVC. Selon leurs analyses, une alimentation pauvre en sel (moins de 1 150 mg par jour) et riche en potassium et en magnésium abaisse la tension artérielle et, de ce fait, contribue à prévenir les AVC

Lutter contre la sédentarité

Les études ne sont pas assez concluantes actuellement pour établir un lien réel entre manque d’activité physique et probabilité d’avoir un AVC, mais la sédentarité semble bel et bien néfaste. En effet, pratiquer des activités physiques et sportives réduirait de 25% le risque d’AVC.

Surveiller son cholestérol

Le cholestérol est une des matières grasses contenue dans le sang. Il est indispensable pour les membranes des cellules, la vitamine D et certaines hormones. Il existe deux types de cholestérol. Un taux élevé de LDL-cholestérol (le mauvais cholestérol) constitue un facteur de risque important d’infarctus du coeur et du cerveau en favorisant l’accumulation de plaques de graisse le long des parois des artères, ce qui est source d’infarctus.

Eviter le sel

Une étude a prouvé qu’une consommation importante de sel augmentait, de façon plus ou moins importante, la pression artérielle, ce qui favoriserait la survenue d’un AVC ainsi que de l’infarctus du myocarde. En moyenne, notre consommation quotidienne de sel est de près de 10g, or la consommation recommandée est de 5g.

Pratiquer une activité physique régulière

L’Organisation mondiale de la Santé rappelle régulièrement que le manque d’activité physique peut avoir de graves conséquences pour la santé. Une personne sur 3 est totalement inactive, c’est-à-dire qu’elle ne pratique aucune activité physique. Le manque d’activité physique est un facteur de maladies cardiovasculaires, dont l’AVC, et de mortalité précoce.

Arrêter de fumer

Le tabagisme est un des grands facteurs de risque d’accident cardio-vasculaire cérébral. L’AVC ischémique, le plus fréquent, a pour origine une athérosclérose: des plaques de graisse qui se développent sur la paroi des artères. Lorsqu’on fume, les plaquettes forment plus rapidement des caillots dans le sang, ce qui rend les artères plus fragiles et plus vite obstruées.

Limiter l’alcool

La consommation d’alcool a un rôle néfaste sur la pression artérielle et constitue en cela un facteur de risque majeur d’accident vasculaire cérébral. Pour le prévenir, il ne faut pas consommer plus de 10 verres standards par semaine, pas plus de 2 verres standards par jour et avoir des jours dans la semaine sans consommation.

Eviter le stress

Les risques d’AVC peuvent être dus à des facteurs neuropsychologiques. Les symptômes dépressifs sévères augmentent de 86% le risque d’AVC. Il est donc important de réduire le stress par des méthodes de relaxation et une bonne hygiène de vie.

Avoir une bonne hygiène bucco-dentaire

Une bonne hygiène buccale est indispensable pour éviter un AVC selon l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire car notre salive contient de nombreuses bactéries. Parmi elles, la Streptococcus mutans, la bactérie responsable de la carie dentaire, qui pourrait jouer un rôle dans la survenue de l’AVC.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

12 + dix-neuf =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR