Vaccination anti-Covid-19 – Les média s’engagent pour une sensibilisation de qualité

6
228

La faible adhésion des populations à la vaccination anti-Covid -19 inquiète au quotidien. Le constat a été fait au cours du café-scientifique avec les médias du 26 au 27 juin 2021,  dans la ville de Kribi.

Les patrons de presse et les journalistes spécialistes des questions de santé ont été outillés sur l’épidémiologie de la maladie à Covid 19 et la situation de la vaccination au Cameroun. Une initiative du Programme Elargi de Vaccination en partenariat avec l’Association des Journalistes et Communicateurs Scientifiques pour la Promotion de la Santé (Ajc-Prosanté). Malheureusement, malgré le plan d’intensification de la communication assorti d’activités opérationnelles, la demande du vaccin anti-Covid 19 reste faible au Cameroun. Selon les données au 16 juin 2021, le Cameroun compte 78 476 personnes éligibles vaccinées à la première dose, soit 9,7% et 18 769 vaccinées à la deuxième dose, soit 2,3%. Pour les responsables du Programme Elargi de Vaccination, il y a une urgente nécessité de renforcer à la fois la demande et l’offre de vaccin par les stratégies de mobilisation des parties prenantes. Raison pour laquelle, un café scientifique a été organisé dans la ville de Kribi les 26 et 27 juin 2021.  L’objectif étant d’échanger sur les stratégies à même d’augmenter l’adhésion des populations à la vaccination.

Cependant,  les journalistes spécialistes des questions de santé ont un rôle à jouer dans la promotion de la vaccination  anti-Covid 19. « Le rôle de la presse est essentiel dans la lutte contre les fakes news pendant cette crise sanitaire. D’ailleurs, le Directeur général de l’Oms a relevé cette importance dans ses sorties médiatiques », affirme Joseph Mbeng Boum, président de l’AJC-Prosanté. Avant de poursuivre que «  pour réussir leur mission d’acteurs de premier rang dans la diffusion de la bonne information, les hommes et femmes de média sont censés se documenter, parcourir et comprendre les enquêtes et toutes données concernant la situation sanitaire. Ne pas faire confiance sans précaution ni vérification des faits avant publication. Il faut savoir identifier la qualité vraie ou non d’une information ainsi que sa source ». Une interpellation forte qui n’est pas tombé dans les oreilles des sourds. Les journalistes ont ainsi été mobilisés autour des stratégies à l’amélioration de la communication à l’adhésion des populations  autour de la vaccination anti-Covid 19.

Toutefois, il a été important au cours des échanges de comprendre le vaccin, la vaccination et l’immunité collective.  Le vaccin est une préparation biologique qui contient une quantité faible  ou un fragment d’un microbe (bactérie ou virus) tué ou atténué appelé antigène. Il est administré à une personne qui pousse son système immunitaire à produire les anticorps et les cellules immunitaires qui le protégeront contre une infection ou une maladie spécifique en cas d’exposition sans toutefois la provoquer. De ce fait, il s’agit d’un moyen de prévention et non de traitement de la maladie. « Les antigènes est un produit qui entraine la réaction du système immunitaire.  Il s’agit du principe actif du Vaccin. Les stabilisateurs empêchent la dégradation du principe actif. Les conservateurs empêchent quant à eux la prolifération bactérienne. Quant aux diluants, ils facilitent l’administration du vaccin. Les adjuvants stimulent le système immunitaire pour rendre plus efficace les vaccins », explique Dr Seungue Judith, chef section de prestations de services de vaccination au Pev. au cours de son exposé. Il est donc important de noter que dans le cadre du Programme Elargi de Vaccination,  le Cameroun dispose du vaccin Astra Zeneca et Sinopharm. Mais, il est prévu que notre pays se dote des vaccins Johnson § Johnson qui a l’avantage d’être administrer en une seule dose et qui est aussi efficace que les autres vaccins. Il est connu dans tous les pays du monde.

Catherine Aimée Biloa

Interview

« Le rôle des médias est de rétablir les faits avec beaucoup de professionnalisme »

Dr Tchokfe Shalom Ndoula est le Secrétaire permanent Expanded Programm of Immunization (Epi). Il revient sur les informations générales concernant les vaccins au Cameroun

Pourquoi avoir organisé  un café scientifique avec les médias?

Les médias sont les partenaires traditionnels du ¨Programme de Vaccination. Chaque fois que nous avons une intervention, nous avons toujours ce type de séance de briefing avec les médias. La vaccination Covid 19 est un volet qui a pris du retard par rapport aux autres interventions. Mais aussi, il y a un défi lié à la désinformation. Vous savez que la situation du Covid 19 est aussi très dynamique, les informations peuvent être demandées à tout moment. Il nous a semblé opportun de réunir tous les médias qui travaillent dans le domaine de la santé pour leur communiquer les informations essentielles, harmoniser la démarche et surtout avoir la conduite à tenir pour les prochaines rencontres.

Malgré un plan d’intensification de la communication assorti d’activités opérationnelles, nous constatons que la demande du vaccin anti-Covid 19 reste faible ? Comment comprendre cela ?

Cela est facile à comprendre. La communication vise à changer un comportement. Quand vous touchez à un comportement, ce n’est pas du jour au lendemain que les comportements peuvent changer. Cela doit être quelque chose qui s’inscrit dans la durée et avec beaucoup de patience. Nous ne cherchons pas la vitesse pour la vaccination. Nous cherchons surtout à avoir la participation des personnes. Une intervention de santé à des chances de réussir si la personne bénéficie, participe pleinement et avec toutes les connaissances possibles. Il y a une asymétrie d’informations entre nous et la population. Nous avons été devancés par les fausses informations. Il faut le rétablir pendant longtemps. Il ne faut pas seulement se limiter à l’information, mais, c’est de la communication pour le développement. Nous entrerons dans une phase d’ici la semaine prochaine, d’interaction avec des personnes au niveau des communautés, pas seulement au cours des ateliers, des débats ou des communications à la télévision. Nous sommes patients pour obtenir les résultats. Nous ne sommes pas assez pressés.

Quelles sont les informations générales sur les vaccins (FAQ) ?

De manière brève, de par sa composition, un vaccin est une intervention de santé que nous donnons à titre préventif. Le bénéfice est à la fois pour l’individu et pour la collectivité. Globalement, la vaccination est indiquée pour les maladies qui causent des épidémies et des pandémies. Et historiquement, nous avons utilisé la vaccination pour éradiquer la variole, éliminer le tétanos néo-natale dans notre pays, pour réduire la fréquence  de rougeole, pour arriver à la rééducation certaine de la poliomyélite, pour diminuer la prévalence de l’hépatite virale B ou des infections respiratoires et des diarrhées chez les enfants. Pour le Covid 19, cette pandémie est vulnérable à la vaccination. L’information que nous pouvons avoir sur ces vaccins, est, qu’ils sont efficaces et ils le sont à plus de 60%. Ils sont efficaces pour prévenir les hospitalisations liées aux cas graves ou prévenir les décès.

Pouvez-vous nous faire un état des lieux de la vaccination contre le Covid 19 au Cameroun ?

Nous sommes au 73ème jour  de la vaccination. Cela fait plus de deux mois que nous vaccinons. Nous avons déjà atteint une centaine de milliers de personnes vaccinées. Mais, le rythme est assez faible. Aussi, nous n’avons pas déployés toutes nos capacités pour atteindre même les couches les plus reculées de la population. Etant donné, l’urgence dans laquelle nous nous sommes lancés, je me réjouis déjà de la disponibilité du vaccin et de son utilisation. C’est un point assez positif. Nous progressons au jour le jour. Les résultats d’hier s’améliorent par rapport aux résultats d’aujourd’hui. De plus en plus,  nous avons porté le débat sur la vaccination sur la place publique. Tout le monde s’y intéresse. Ce n’est pas quelque chose de très mauvais pour moi qu’on traine le pas. Mais, il faut quand même qu’on accélère pour arriver à obtenir un bénéfice pour cette vaccination. Jusqu’à présent, le bénéfice, c’est pour la personne qui est vaccinée. Il faut une certaine masse critique pour que la vaccination bénéficie à toute la masse.

Pourquoi le personnel de santé qui est pourtant la cible première de la vaccination anti-Covid 19, reste réfractaire à ce jour ?

Je suis un personnel de santé et je suis vacciné. Mais, la perspective de certaines personnes peut changer. Cela est tellement complexe de comprendre les raisons des personnes qui refusent de se faire vacciner, même chez les personnels de santé. Il ne faut pas regarder le personnel de santé comme quelqu’un de spécial, même en termes de traitement des autres maladies, les personnels de santé sont des mauvais exemples pour l’observance du traitement. Je sais que de façon spécifique, pour cette vaccination, tout le monde sans discrimination a une certaine hésitation à se faire vacciner. Je sens à cette hésitation, un déficit d’informations. Cela signifie que nous devons mettre à leur disposition, des informations. Mais, nous n’avions pas la capacité de le faire parce que nous sommes allés de façon rapide.

Quel peut être le rôle des médias et influenceurs dans la vaccination au Cameroun ?

Les médias et influenceurs ont un rôle a joué pas seulement pour la vaccination Covid 19, mais, les interventions de santé en générales. Vous savez, actuellement il y a beaucoup d’acteurs d’informations et des personnes s’arrogent le privilège qui revient aux journalistes en se faisant acteur de désinformation. Le rôle des médias actuellement, est de vraiment rétablir les faits avec beaucoup de professionnalisme sachant que beaucoup de gens ont interprétés les choses différemment. Cela passe avec beaucoup de patience et surtout une communication forte.

Quelles peuvent être les stratégies de communication médiatiques et engagement ?

Il faut engager les médias. Il faut être disponible pour livrer l’information et surtout fournir tous les faits. Il faut engager tous les acteurs, mais aussi, tous les acteurs qui veulent bien participer à cette communication. En plus de cette stratégie globale de communication de masse, j’hésite sur le fait qu’il faut une communication interactive avec des personnes cibles notamment, les personnels de santé, les personnes âgées et tous les citoyens.

Il a fallu 15 ans pour la mise en point des vaccins en générale, curieusement, il a seulement fallu 15 mois pour la mise au point du vaccin anti-Covid 19. Comment comprendre cela ?

La rapidité est une notion qui dépend de l’époque. On mettait beaucoup d’années pour transmettre un message de la ville au village. Aujourd’hui, c’est question de seconde. Le développement technologique n’a pas été très rapide seulement dans la télécommunication, mais aussi, dans le domaine médical. Mettre au point un vaccin traditionnellement, on prenait 15 ans. Pour le vaccin anti-Covid 19, la première phase qui consistait à avoir de la matière biologique, les stades de laboratoires et d’aliments, nous avions déjà des données de l’expertise. On peut concevoir qu’il y a une certaine rapidité. Cela vient du fait que, comme Covid 19 a surtout touché les modes de vies de certains pays, on a concentré toutes les ressources scientifiques, industriels et des politiques pour trouver une communication rapidement. Les effets cliniques ont été faits. D’habitude, on les fait en trois phases. Pour le Covid 19, les phases ont été chevauchées pour arriver à un résultat très rapidement. Et comme on fait les essais cliniques sur les personnes, cela a été très facile de trouver les personnes qui voulaient volontairement participer à l’essai.

Combien de vaccins comptent le Cameroun ?

Dans le cadre du programme, nous disposons du vaccin Astra Zeneca et Sinopharm. Mais, il est prévu que le Cameroun se dote des vaccins Johnson § Johnson qui a l’avantage d’être administré en une seule dose et qui est aussi efficace que les vaccins. Il est connu dans tous les pays du monde.

Propos recueillis par Catherine Aimée Biloa

Comments are closed.

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR