Yaoundé - 22/01/2019

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

L’industrialisation de l’Afrique centrale ne sera effective que si…

N’Djamena, 19 septembre 2018 (CEA www.uneca.org/fr/sro-ca) – De l’avis des experts de la sous-région, de faibles charges fiscales, des conditions prohibitives d’accès aux prêts, de faibles taux d’épargne nationaux, une dette publique insoutenable, des canaux de financement restrictifs, des indices de perception politique négatifs et des environnements des affaires difficiles sont autant de facteurs qui limitent les flux de trésorerie nécessaires au financement durable de projets industriels en Afrique centrale.
Dans le cadre de la 34ème  session du Comité intergouvernemental d’experts (CIE) de l’Afrique centrale, ces experts, dont des planificateurs nationaux, des économistes chevronnés et autres spécialistes et acteurs du développement, sont réunis dans la capitale tchadienne, N’Djamena, où ils ont entamé des débats intenses sur les moyens de financement de l’industrialisation pour un développement durable dans la sous-région. Le CIE est l’organe de supervision des travaux du Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).
La session de N’Djamena intervient à un moment où «la majorité des économies de notre sous-région suivent des programmes d’ajustement structurel en raison de la chute des prix des matières premières qui a débuté en 2014, ce qui ne laisse qu’une faible marge budgétaire pour des investissements à long terme nécessaires pour nos efforts d’industrialisation», a rappelé le Secrétaire d’État à l’Économie et à la Planification du Tchad, M. Hissein Tahir Souguimi.
La situation est désastreuse et appelle à une attention particulière et des mesures énergiques, étant donné que «nos systèmes financiers sont encore peu développés et incapables de répondre aux besoins d’industrialisation du secteur privé; nous manquons de financement pour nos infrastructures de transport, pour l’accès à une énergie peu coûteuse et pour notre développement technologique », M. Souguimi a souligné.
Fonds dormants – où sont les preneurs?
Sur la base d’une étude approfondie menée par la CEA, les participants ont appris que l’actif financier en Afrique centrale ne représente que 16,7% du PIB de la sous-région, bien en dessous de la moyenne de l’Afrique subsaharienne (57%). Mais, chose surprenante, la sous-région laisse dormir environ 400 milliards de dollars américains (15% du PIB de l’Afrique) dans des fonds de pension et de sécurité sociale du continent.
«Toutefois, la bonne nouvelle c’est que les sources de financement innovantes ont fait leur preuve ailleurs» et peuvent être adaptées au contexte de l’Afrique centrale, M. Antonio Pedro, Chef du Bureau de la CEA pour l’Afrique centrale, a déclaré lors  de la réunion.
 « Parmi ces financements, on peut citer entre autres la création de fonds de garantie bien ciblés pour les PME, le recours aux importantes bourses d’investisseurs institutionnels pour la création de fonds de dépôt et d’investissement capables de financer des projets à fort impact sur le développement», a-t-il ajouté.
Il a toutefois mis en garde sur le fait que la mobilisation des fonds pour l’industrialisation ne consiste pas seulement à rechercher des financements. Cela nécessite des investissements aux niveaux macro et micro en vue d’améliorer les infrastructures matérielles et non matérielles pertinentes, notamment garantir la qualité des cadres juridiques et réglementaires et résoudre les autres défaillances du marché et contraintes qui affectent la compétitivité des entreprises.
Vers de meilleurs écosystèmes financiers
Dans le cadre d’un débat de haut niveau coordonné par la personnalité des médias Marie Roger Biloa, les experts ont décortiqué les problèmes liés au financement durable des projets industriels en Afrique centrale.
Selon la vice-présidente de la Commission de la CEMAC, Mme Fatima Acyl, «nous ne devons pas attendre que toutes les conditions soient réunies avant de nous mettre à l’œuvre pour le financement de l’industrialisation – les pays de la sous-région doivent mettre leurs ressources en commun pour trouver des solutions».
Dr. Isaac Tamba, Directeur général de l’économie au Cameroun, a déclaré que le gouvernement de son pays apporte par exemple un financement substantiel à de nouvelles initiatives bancables visant la transformation du café, du coton, du bois, du cuir et d’autres produits. Il a néanmoins reconnu que davantage d’efforts doivent être faits pour acquérir des équipements industriels plus rentables permettant de répartir la charge fiscale entre plusieurs entités industrielles.
Dr. Rafael Nsue Tung, Conseiller du Président de la Guinée équatoriale, a souligné qu’en raison des ressources limitées des banques de développement de la sous-région, il est nécessaire d’avoir des systèmes plus ouverts et transparents afin de mobiliser des liquidités à travers des instruments comme les titres de créance, car l’opinion publique doit faire confiance au système pour pouvoir y investir. Il a déclaré que les prêts publics doivent être pertinents et contribuer à l’atteinte des objectifs de développement, d’où la nécessité de vérifier les engagements pris par les gouvernements lorsqu’ils empruntent des fonds pour le compte des pays dans le but de financer l’industrialisation.
Par ailleurs, Dr Dominique Njinkeu – ancien facilitateur des échanges à la Banque mondiale (qui désormais négocie des transactions pour le compte d’un fonds d’investissement privé) a fait valoir qu’il était nécessaire de créer des programmes visant à renforcer les capacités des opérateurs économiques et les soutenir dans la recherche d’instruments financiers indisponibles dans la sous-région.
À mesure que les travaux de la session du CIE s’intensifieront, les participants continueront d’établir le lien entre la question centrale du financement de l’industrialisation, le financement des infrastructures et l’idée de tirer parti des ressources de la sous-région de l’Afrique centrale pour sa propre révolution industrielle.
-FIN-
Publié par:
Le Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale
Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA)

N’Djamena, 19 septembre 2018 (CEA www.uneca.org/fr/sro-ca) – De l’avis des experts de la sous-région, de faibles charges fiscales, des conditions prohibitives d’accès aux prêts, de faibles taux d’épargne nationaux, une dette publique insoutenable, des canaux de financement restrictifs, des indices de perception politique négatifs et des environnements des affaires difficiles sont autant de facteurs qui limitent les flux de trésorerie nécessaires au financement durable de projets industriels en Afrique centrale.
Dans le cadre de la 34ème  session du Comité intergouvernemental d’experts (CIE) de l’Afrique centrale, ces experts, dont des planificateurs nationaux, des économistes chevronnés et autres spécialistes et acteurs du développement, sont réunis dans la capitale tchadienne, N’Djamena, où ils ont entamé des débats intenses sur les moyens de financement de l’industrialisation pour un développement durable dans la sous-région. Le CIE est l’organe de supervision des travaux du Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA).
La session de N’Djamena intervient à un moment où «la majorité des économies de notre sous-région suivent des programmes d’ajustement structurel en raison de la chute des prix des matières premières qui a débuté en 2014, ce qui ne laisse qu’une faible marge budgétaire pour des investissements à long terme nécessaires pour nos efforts d’industrialisation», a rappelé le Secrétaire d’État à l’Économie et à la Planification du Tchad, M. Hissein Tahir Souguimi.
La situation est désastreuse et appelle à une attention particulière et des mesures énergiques, étant donné que «nos systèmes financiers sont encore peu développés et incapables de répondre aux besoins d’industrialisation du secteur privé; nous manquons de financement pour nos infrastructures de transport, pour l’accès à une énergie peu coûteuse et pour notre développement technologique », M. Souguimi a souligné.
Fonds dormants – où sont les preneurs?
Sur la base d’une étude approfondie menée par la CEA, les participants ont appris que l’actif financier en Afrique centrale ne représente que 16,7% du PIB de la sous-région, bien en dessous de la moyenne de l’Afrique subsaharienne (57%). Mais, chose surprenante, la sous-région laisse dormir environ 400 milliards de dollars américains (15% du PIB de l’Afrique) dans des fonds de pension et de sécurité sociale du continent.
«Toutefois, la bonne nouvelle c’est que les sources de financement innovantes ont fait leur preuve ailleurs» et peuvent être adaptées au contexte de l’Afrique centrale, M. Antonio Pedro, Chef du Bureau de la CEA pour l’Afrique centrale, a déclaré lors  de la réunion.
 « Parmi ces financements, on peut citer entre autres la création de fonds de garantie bien ciblés pour les PME, le recours aux importantes bourses d’investisseurs institutionnels pour la création de fonds de dépôt et d’investissement capables de financer des projets à fort impact sur le développement», a-t-il ajouté.
Il a toutefois mis en garde sur le fait que la mobilisation des fonds pour l’industrialisation ne consiste pas seulement à rechercher des financements. Cela nécessite des investissements aux niveaux macro et micro en vue d’améliorer les infrastructures matérielles et non matérielles pertinentes, notamment garantir la qualité des cadres juridiques et réglementaires et résoudre les autres défaillances du marché et contraintes qui affectent la compétitivité des entreprises.
Vers de meilleurs écosystèmes financiers
Dans le cadre d’un débat de haut niveau coordonné par la personnalité des médias Marie Roger Biloa, les experts ont décortiqué les problèmes liés au financement durable des projets industriels en Afrique centrale.
Selon la vice-présidente de la Commission de la CEMAC, Mme Fatima Acyl, «nous ne devons pas attendre que toutes les conditions soient réunies avant de nous mettre à l’œuvre pour le financement de l’industrialisation – les pays de la sous-région doivent mettre leurs ressources en commun pour trouver des solutions».
Dr. Isaac Tamba, Directeur général de l’économie au Cameroun, a déclaré que le gouvernement de son pays apporte par exemple un financement substantiel à de nouvelles initiatives bancables visant la transformation du café, du coton, du bois, du cuir et d’autres produits. Il a néanmoins reconnu que davantage d’efforts doivent être faits pour acquérir des équipements industriels plus rentables permettant de répartir la charge fiscale entre plusieurs entités industrielles.
Dr. Rafael Nsue Tung, Conseiller du Président de la Guinée équatoriale, a souligné qu’en raison des ressources limitées des banques de développement de la sous-région, il est nécessaire d’avoir des systèmes plus ouverts et transparents afin de mobiliser des liquidités à travers des instruments comme les titres de créance, car l’opinion publique doit faire confiance au système pour pouvoir y investir. Il a déclaré que les prêts publics doivent être pertinents et contribuer à l’atteinte des objectifs de développement, d’où la nécessité de vérifier les engagements pris par les gouvernements lorsqu’ils empruntent des fonds pour le compte des pays dans le but de financer l’industrialisation.
Par ailleurs, Dr Dominique Njinkeu – ancien facilitateur des échanges à la Banque mondiale (qui désormais négocie des transactions pour le compte d’un fonds d’investissement privé) a fait valoir qu’il était nécessaire de créer des programmes visant à renforcer les capacités des opérateurs économiques et les soutenir dans la recherche d’instruments financiers indisponibles dans la sous-région.
À mesure que les travaux de la session du CIE s’intensifieront, les participants continueront d’établir le lien entre la question centrale du financement de l’industrialisation, le financement des infrastructures et l’idée de tirer parti des ressources de la sous-région de l’Afrique centrale pour sa propre révolution industrielle.
Publié par:
Le Bureau sous-régional pour l’Afrique centrale
Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA)
  1. Répondre

    Needed to create you the little bit of remark to give many thanks again just for the great ideas you’ve contributed in this article. It is really remarkably open-handed of people like you to offer without restraint what a lot of folks could have offered for sale as an e-book to get some bucks for their own end, primarily considering that you might well have done it if you wanted. Those advice likewise worked to be the great way to be aware that other individuals have the same zeal the same as mine to learn whole lot more in terms of this problem. I am certain there are lots of more enjoyable situations in the future for people who see your site.

  2. Répondre

    My wife and i were very happy Emmanuel managed to complete his inquiry through the entire precious recommendations he had through the web pages. It’s not at all simplistic to just choose to be releasing information that a number of people may have been trying to sell. And now we do understand we have got you to give thanks to for this. The type of illustrations you made, the straightforward website menu, the friendships you can give support to instill – it’s most amazing, and it’s really making our son and our family know that that article is cool, and that is very vital. Many thanks for the whole lot!

  3. I must express some appreciation to this writer just for bailing me out of this particular challenge. Because of looking out throughout the world-wide-web and seeing methods which were not pleasant, I was thinking my life was gone. Living minus the solutions to the issues you have resolved by way of your main article content is a critical case, and the ones which could have in a wrong way affected my entire career if I had not encountered the website. The know-how and kindness in controlling every aspect was important. I’m not sure what I would’ve done if I hadn’t come across such a point like this. I’m able to at this point relish my future. Thanks very much for your reliable and sensible guide. I won’t hesitate to propose your web blog to any individual who wants and needs tips about this subject matter.

  4. Répondre

    I enjoy you because of all your labor on this blog. My aunt loves making time for internet research and it’s really easy to see why. Most people know all of the lively medium you present simple strategies through your web site and recommend response from people on the article so our girl is actually starting to learn so much. Take pleasure in the rest of the new year. You are performing a tremendous job.

  5. Répondre

    I precisely wanted to thank you very much yet again. I am not sure the things that I might have taken care of without these points shown by you over such a problem. It has been a very terrifying condition for me personally, but viewing your skilled strategy you resolved the issue took me to leap for fulfillment. I am thankful for the advice and as well , trust you find out what a powerful job you’re carrying out training the rest by way of your web page. Probably you’ve never got to know any of us.

  6. Répondre

    My spouse and i got really ecstatic when Louis managed to round up his preliminary research through your precious recommendations he acquired using your weblog. It is now and again perplexing to simply happen to be giving away secrets and techniques that some people could have been selling. We realize we have the writer to thank for this. All of the explanations you’ve made, the simple site navigation, the relationships your site aid to instill – it’s got everything incredible, and it’s really assisting our son in addition to us imagine that that subject is brilliant, which is certainly seriously pressing. Thanks for all the pieces!

  7. Répondre

    I am lucky that I discovered this website, just the right info that I was searching for! .

Laisser un commentaire

Catégories

Visiteurs