Yaoundé - 04/08/2020

Journal africain d'informations sanitaires, environnementales et de développement durable

Nécrologie: décès du Pr Gladys Ejomi Martin, Première femme médecin au Cameroun

Après 58 ans de pratique de la médecine, la première femme médecin camerounaise vient de rendre l’âme à Douala après une belle et riche carrière nationale et internationale.   Pr  Gladys Ejomi Martin a obtenu son diplôme de médecine en 1962. Le Journal Echos Santé vous propose de revisiter  l’histoire de cette pionnière de la carrière médicale féminine au Cameroun.

Sa dernière apparition publique était,  le 5 mars 2020 à Yaoundé, lors des assises de l’Acafem où elle a reçu un prix d’excellence, en tant que première femme médecin au Cameroun des mains du ministre de la Promotion de la femme et de la famille, Pr Marie Therese Abena Ondoa.

Un récit de Joseph MBENG BOUM et IPA News.  

* Le Dr Gladys Ejomi Martin est médecin depuis 58 ans. Elle a reçu son M.B. et B.S. (Londres) en 1962, de l’University College et de l’University College Hospital, Ibadan, Nigéria, et a reçu le Prix de l’Université en Santé Publique. Elle a reçu son diplôme en Child Health du Conjoint Board d’Angleterre et du Pays de Galles en 1966, et son M.P.H. diplôme de l’Université Harvard, États-Unis, en 1971. Elle a suivi un stage et une résidence en pathologie et rhumatologie au Royaume-Uni et en pédiatrie aux États-Unis et au Canada. Le Dr Martin a été certifié pédiatre par l’American Board of Pediatrics en 1972.

Au cours de sa riche et brillante carrière, Dr Martin a occupé les fonctions de:  Pédiatre consultant au Département de santé de New York , Maître de conférences en santé communautaire et pédiatrie au Centre universitaire des sciences de la santé (Cuss), Université de Yaoundé, Cameroun – Pédiatre consultant, CHU, Yaoundé;  Chef du Center for Nutrition Research, Institute for Medical Research and Study of Medicinal Plants, Cameroon Ministry of Scientific and Technical Research ; Conseiller régional de l’UNICEF pour la santé et la nutrition pour l’Afrique orientale et australe (1986-1993) et pour l’Afrique occidentale et centrale (1994-1995) ;  Consultant local pour une étude interpays sur le soutien de l’OMS, coordonnée par la London School of Tropical Medicine and Hygiene.

Le Dr Martin dit qu’elle n’a jamais pensé à devenir médecin pendant son enfance, mais à sa remise des diplômes, sa mère lui a dit qu’elle “l’avait dit très tôt”. Un amour de toute une vie pour les livres, les fleurs et les étoiles l’a amenée à envisager d’abord l’horticulture ou l’astronomie, mais à l’université, elle s’est tournée vers la médecine. Elle n’a décidé d’un domaine de spécialisation qu’à la fin de la faculté de médecine, lorsqu’elle a opté pour la pédiatrie; dans l’intervalle, ses intérêts généraux (obstétrique et gynécologie, médecine interne, pathologie clinique et rhumatologie) ont élargi ses perspectives et l’ont préparée aux différents postes qu’elle a occupés plus tard.

Dernière allocution du Dr Matin , le 05 mars 2020 à Yaoundé

Avant de quitter l’Angleterre en 1967, le Dr Martin a obtenu son diplôme en santé infantile et un Certificat en planification familiale, et a été accepté pour le programme de résidence en pédiatrie à l’hôpital pour enfants de l’Université de Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse, Canada. Avant de se rendre au Canada en 1968, elle a travaillé au Cameroun, s’occupant des travailleurs et de leurs familles dans un hôpital agro-industriel, des centres de santé et un réseau de postes de santé, où l’accent était mis sur les soins curatifs et l’indemnisation des personnes handicapées. Comme la plupart des services de santé en Afrique, la demande de soins curatifs était élevée; les services et les consultations externes étaient surpeuplés. Les infirmières des cliniques mobiles ont traité tous les cas et ont référé les cas graves à l’hôpital pour des soins supplémentaires. Le Dr Martin s’est rendu toutes les deux semaines dans les cliniques de proximité et a ouvert une clinique de planification familiale pour les femmes qui ne pouvaient pas obtenir de tels services ailleurs. La clinique de planification familiale n’a pas réussi: l’effort était en avance sur son temps.

Au cours de sa formation postuniversitaire, la Dr  Martin a recherché des expériences, des stages au choix et des surspécialités axées sur les besoins prioritaires en Afrique: planification familiale, santé maternelle et infantile, soins ambulatoires et programmes de sensibilisation dans les communautés pauvres. Elle croyait alors, comme elle le fait maintenant, que les parents réduiront la taille de leur famille lorsque la survie des enfants nés sera assurée.

Tout au long de ses études de troisième cycle, explique le Dr Martin, j’ai pu réfléchir à mes performances à la maison. Je me suis vue dans des tours de salle précipités, surveillée silencieusement par des mères et d’autres gardiennes d’enfants, et entourée d’infirmières. Je me suis aussi vue dans ces cliniques de proximité périodiques, consultant des cas très courants traités efficacement par les infirmières. J’ai réalisé que j’avais raté plusieurs “moments d’apprentissage” et j’ai pensé à des moyens d’utiliser efficacement mon temps pour les soins aux patients, la promotion de la santé en communiquant avec les mères et leur éducation, ainsi que la formation en cours d’emploi du personnel.

Retour à sa terre natale

À son retour au Cameroun à la fin de 1971, le Dr Martin a appliqué ses idées.  Elle a passé plus de temps à visiter les salles et a discuté avec les mères et le personnel des patients admis pour des maladies infantiles courantes et évitables, en mettant l’accent sur la prévention et la prise en charge précoce à domicile (vaccination, allaitement et réhydratation, espacement des enfants). Dans les cliniques externes, elle et les infirmières qui avaient soigné les patients de routine se sont jointes pour consulter les patients; les cas plus graves étaient réservés à des soins spéciaux ou à l’enseignement / l’apprentissage. En conséquence, les mères étaient plus motivées à utiliser les services de promotion de la santé / prévention des maladies disponibles; moins de patients ont été référés depuis des dispensaires et des postes de santé; le nombre de complications graves et de décès a diminué chez les patients référés à l’hôpital car le traitement essentiel a été commencé avant la référence. Dans tout cela, le Dr Martin a également acquis une expérience pratique dans la prestation de soins de santé à un hôpital doté d’un réseau de centres de santé communautaires.

Sa carrière au Cameroun

En 1973, le Dr Martin s’est joint au Centre universitaire de santé pour les sciences de la santé (CUSS) en tant que pédiatre et médecin de la santé publique, responsable du programme de santé communautaire. Le CUSS a été créé pour tester de nouveaux concepts d’enseignement médical approprié pour l’Afrique; deux piliers de cette nouvelle approche étaient l’enseignement communautaire et intégré. Mvolye, à la périphérie de Yaoundé, a été sélectionnée pour tester les activités communautaires de la CUSS parce qu’elle était facilement accessible, se composait d’une zone suburbaine et rurale, et les autorités locales ont accepté son utilisation pour l’enseignement, le développement de services de soins de santé primaires, et la recherche. Mvolye devait être correctement préparé pour atteindre les objectifs et buts fixés du programme CUSS. La communauté avait un centre de santé gouvernemental avec une section de maternité et un centre de santé de mission catholique. Un membre de la famille dirigeante a fourni un bâtiment qui est devenu l’annexe CUSS. Certains médicaments étaient disponibles, mais les vaccins et les médicaments de soins de santé primaires habituels pour les affections courantes ne l’étaient pas. La vaccination systématique était non disponible sauf via le service mobile périodique. La tâche était difficile, mais un directeur engagé de la CUSS, des projets conjoints avec d’autres institutions, telles que l’Université Harvard, et les activités communautaires existantes à Mvolye ont fourni une base.

La Dr Martin et ses collègues ont élaboré des protocoles et ouvert des cliniques pour les femmes enceintes femmes, enfants et adultes. Avec l’aide d’une petite équipe – deux à plein temps médecins, infirmière sage-femme en santé publique et autres médecins à temps partiel, infirmières, sociologue, nutritionniste et environnementaliste – le Dr Martin a supervisé le programme pendant 13 ans. L’expérience du Dr Martin résume les tâches qui doivent être accomplies pour établir un programme de santé communautaire efficace. Quelques médicaments essentiels étaient disponibles, donc les soins curatifs étaient gratuits mais pas les soins préventifs. Les premiers vaccins ont été fournis par le projet Harvard / CUSS; par la suite, les amis et parents du Dr Martin ont payé le premier ensemble de DPT Polio, tandis que les patients ont payé environ 1,00 $ pour la série. Des seringues jetables ont été fournies par un ami et collègue aux États-Unis; Le Dr Martin les a personnellement nettoyés et stérilisés et a conservé les vaccins à la maison. L’UNICEF a fourni des balances. Le personnel a pu parler de prévention des maladies et vacciner les enfants avec les vaccins DPT et OPV achetés à l’Institut Pasteur du Cameroun, mais le vaccin contre la rougeole était alors trop cher pour être acheté.

Lorsque le PEV national a été lancé en 1975, CUSS Annex est l’un des premiers centres à être créé; sa popularité a augmenté si rapidement qu’environ 300 enfants ont reçu des soins pour leur bébé lors des séances d’une demi-journée. La clinique prénatale est devenue populaire. La fréquentation quotidienne a augmenté pour dépasser 180 femmes, mais comme la rotation au service de la clinique a changé, le nombre de nouvelles femmes enceintes a dû être limité à 25 par session, pour maintenir la qualité des soins aux patients et de l’enseignement des étudiants. Le Dr Martin raconte qu ‘”il était triste de voir” le mur “des femmes partir, soit pour aller à la maternité d’à côté, soit pour arriver tôt au cours de la semaine prochaine, pour être parmi les rares sélectionnés”. Dans la clinique, tous les tests essentiels ont été effectués, en utilisant des méthodes peu coûteuses mais précises. Les femmes ont été référées pour des analyses de groupe sanguin et de syphilis lorsque cela était indiqué. Bien que les services soient offerts dans l’annexe CUSS, le Dr Martin et son équipe ont également travaillé avec des étudiants de la communauté, sur des activités telles que des visites à domicile pour étudier les familles ou pour suivre des cas spéciaux. Un diagnostic communautaire, des séances périodiques d’éducation sanitaire et des journées de santé pour le dépistage des maladies, les soins aux patients et les vaccinations ont également été fournis.

Formation des médecins camerounais

Le projet devait faire face à des crises ayant peu à voir avec les soins médicaux. Par exemple, lorsque le propriétaire de l’immeuble est décédé, CUSS a dû payer un loyer plus élevé. Dans le but d’augmenter encore le nombre de chambres à louer, les propriétaires ont bloqué les fenêtres principales, obligeant l’équipe du Dr Martin à fermer les trois séances d’une demi-journée et à organiser toutes les activités dans les villages où les besoins étaient les plus grands. Des locaux ont été mis à disposition dans les villages sélectionnés par les dirigeants, et les étudiants ont travaillé en petits groupes, à plein temps, dans chaque village.

La collecte et l’analyse des données, importantes à la fois dans la clinique et dans la communauté pour la préparation des rapports et pour la recherche, ont été réalisées avec l’aide des villages. Les volontaires ont été formés pour enregistrer les naissances et les décès, peser les enfants, gérer la diarrhée avec les SRO, éduquer et motiver pour des pratiques saines telles que l’alimentation du nourrisson, la vaccination, un environnement propre et les soins prénatals, dans leurs villages respectifs Chaque village avait un comité de santé et a envoyé deux membres de la communauté sanitaire de Mvolye.

Son action dans la communauté

Bien que la CUSS ait payé les salaires et assuré le transport vers et depuis la communauté, et certains documents essentiels ont été fournis par d’autres sources (Harvard / CUSS, Canada, OMS) a Dans tout cela, le Dr Martin a également acquis une expérience pratique dans la prestation de soins de santé à un hôpital doté d’un réseau de centres de santé communautaires.

L’expérience acquise par le Dr Martin dans le partage des coûts des services de santé à Mvolye lui a permis de contribuer activement au développement de l’Initiative de Bamako proposée par l’UNICEF et l’OMS, y compris la formulation de directives et sa mise en œuvre ultérieure. Le programme CUSS / Mvolye est devenu réalité. Le personnel a fourni des médicaments et effectué régulièrement des tests de laboratoire de routine. Les agents de santé communautaire et les membres du comité de santé ont été sélectionnés par les villageois et ont travaillé comme bénévoles; ils étaient compensés dans leurs villages par une reconnaissance et un respect accrus. Le projet, dans Dr.

Les mots de Martin étaient “un laboratoire de terrain” pour enseigner les soins de santé primaires aux étudiants, étudiants en sciences infirmières et techniciens en santé. Il a également attiré des étudiants en médecine de troisième cycle qui voulaient faire des stages au choix en soins primaires et des étudiants de premier cycle et de troisième cycle d’Europe et d’Amérique du Nord. Le projet est devenu un site de visites sur le terrain lors de séminaires internationaux et a donné naissance à des successeurs. Les thèses des étudiants et la recherche du personnel ont été entreprises avec des données primaires et secondaires de Mvolye. Il est également devenu un laboratoire de terrain pour la recherche en science alimentaire et en nutrition. Pour le Dr. Martin, le projet a réussi parce que tout le monde travaillait en équipe; «tout le monde» comprenait les nettoyeurs, les chauffeurs et les secrétaires, qui ont appris à accomplir des tâches simples mais essentielles, ce qui a laissé aux professionnels de la santé plus de temps pour enseigner et effectuer des tâches plus techniques.

En 1980, le Dr Martin a été nommé chef du Centre de recherche en nutrition de l’Institut de recherche médicale et d’étude des plantes médicinales, ministère de la Recherche scientifique et technique, Cameroun. À ce poste, elle a combiné la recherche, l’enseignement et les soins aux patients au Centre de nutrition, au Centre des sciences de la santé et à l’hôpital universitaire.

Carrière internationale

En 1986, l’UNICEF lui a offert le poste de conseiller régional pour les soins de santé primaires. Elle a travaillé dans la région Est et Sud de l’UNICEF pendant 8 ans, basée d’abord à Madagascar puis à Nairobi, Kenya. En 1994, le Dr Martin a déménagé dans l’Ouest et Région Afrique centrale, basée à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Elle a voyagé dans presque tous Pays africains au sud du Sahara, et a rencontré des décideurs, des autorités nationales et des techniciens internationaux et des collègues de l’UNICEF. Avec ce dernier, au niveau régional, réunions, séminaires, ateliers et conférences nationaux et mondiaux, elle a contribué à encourager les décideurs et les techniciens de la santé à adopter de nouvelles stratégies, à accélérer ou à étendre les programmes pour promouvoir la santé des enfants et à réduire la morbidité, la mortalité et le handicap.

Son apport dans le développement de la pratique médicale

Les expériences de la Dr Martin dans la pratique et dans les organisations internationales l’ont amenée à quelques opinions précises sur le rôle de ces derniers. Par exemple, elle pense qu ‘”il y a eu beaucoup trop d’initiatives et de résolutions venant de l’extérieur” de l’Afrique. Tout en reconnaissant que les initiatives affectent positivement la santé des enfants, des femmes et des pays dans son ensemble, elle estime que chaque agence ou donateur a son propre point de vue sur les priorités. Elle pense que les agences de développement devraient plutôt travailler ensemble dans leurs pays respectifs pour aider les pays à formuler leurs propres plans nationaux de développement, y compris les buts, objectifs, stratégies et activités. Les nouvelles initiatives à financer par les agences de développement devraient provenir des pays respectifs, qui se développent à des rythmes différents et ne devraient donc pas s’attaquer aux mêmes problèmes en même temps, ni avec les mêmes stratégies. De l’avis du Dr Martin, les agences de développement et les autres donateurs devraient aider les pays en développement à examiner les problèmes et les réalisations, et leur donner un soutien technique, financier et logistique pour sélectionner leurs priorités et stratégies éprouvées pour atteindre les objectifs fixés.

L’expérience et les convictions de la Dr Martin se résument mieux dans ses propres mots: “Il y a un grand besoin de promotion de la santé et de prévention des maladies par le biais de l’information sur la santé, de l’éducation et de la communication. , des clubs de santé et d’environnement dans les écoles et les collèges, et des réunions sociales et tribales hebdomadaires et mensuelles. Il est nécessaire de traduire le matériel d’apprentissage et d’enseignement dans les langues et les styles que les différents groupes comprennent. et les diplômés des pays développés et en développement jouent un rôle important car ils échangent des idées tout en apprenant et en contribuant au développement de la santé dans les communautés. Des installations doivent être créées pour que cela se produise. des technologies simples et peu coûteuses qui permettent aux familles de mener une vie saine. Il existe des possibilités de le faire. “

Joseph MBENG BOUM, journaliste scientifique, Tél : +237 694 81 99 37

Source: IPA News: La lettre d’information de l’Association internationale de pédiatrie, volume 2, numéro 2, août 1997

Après 58 ans de pratique de la médecine, la première femme médecin camerounaise vient de rendre l’âme à Douala après une belle et riche carrière nationale et internationale.   Pr  Gladys Ejomi Martin a obtenu son diplôme de médecine en 1962. Le Journal Echos Santé vous propose de revisiter  l’histoire de cette pionnière de la carrière médicale féminine au Cameroun.

Sa dernière apparition publique était,  le 5 mars 2020 à Yaoundé, lors des assises de l’Acafem où elle a reçu un prix d’excellence, en tant que première femme médecin au Cameroun des mains du ministre de la Promotion de la femme et de la famille, Pr Marie Therese Abena Ondoa.

Un récit de Joseph MBENG BOUM et IPA News.  

* Le Dr Gladys Ejomi Martin est médecin depuis 58 ans. Elle a reçu son M.B. et B.S. (Londres) en 1962, de l’University College et de l’University College Hospital, Ibadan, Nigéria, et a reçu le Prix de l’Université en Santé Publique. Elle a reçu son diplôme en Child Health du Conjoint Board d’Angleterre et du Pays de Galles en 1966, et son M.P.H. diplôme de l’Université Harvard, États-Unis, en 1971. Elle a suivi un stage et une résidence en pathologie et rhumatologie au Royaume-Uni et en pédiatrie aux États-Unis et au Canada. Le Dr Martin a été certifié pédiatre par l’American Board of Pediatrics en 1972.

Au cours de sa riche et brillante carrière, Dr Martin a occupé les fonctions de:  Pédiatre consultant au Département de santé de New York , Maître de conférences en santé communautaire et pédiatrie au Centre universitaire des sciences de la santé (Cuss), Université de Yaoundé, Cameroun – Pédiatre consultant, CHU, Yaoundé;  Chef du Center for Nutrition Research, Institute for Medical Research and Study of Medicinal Plants, Cameroon Ministry of Scientific and Technical Research ; Conseiller régional de l’UNICEF pour la santé et la nutrition pour l’Afrique orientale et australe (1986-1993) et pour l’Afrique occidentale et centrale (1994-1995) ;  Consultant local pour une étude interpays sur le soutien de l’OMS, coordonnée par la London School of Tropical Medicine and Hygiene.

Le Dr Martin dit qu’elle n’a jamais pensé à devenir médecin pendant son enfance, mais à sa remise des diplômes, sa mère lui a dit qu’elle “l’avait dit très tôt”. Un amour de toute une vie pour les livres, les fleurs et les étoiles l’a amenée à envisager d’abord l’horticulture ou l’astronomie, mais à l’université, elle s’est tournée vers la médecine. Elle n’a décidé d’un domaine de spécialisation qu’à la fin de la faculté de médecine, lorsqu’elle a opté pour la pédiatrie; dans l’intervalle, ses intérêts généraux (obstétrique et gynécologie, médecine interne, pathologie clinique et rhumatologie) ont élargi ses perspectives et l’ont préparée aux différents postes qu’elle a occupés plus tard.

Avant de quitter l’Angleterre en 1967, le Dr Martin a obtenu son diplôme en santé infantile et un Certificat en planification familiale, et a été accepté pour le programme de résidence en pédiatrie à l’hôpital pour enfants de l’Université de Dalhousie à Halifax, en Nouvelle-Écosse, Canada. Avant de se rendre au Canada en 1968, elle a travaillé au Cameroun, s’occupant des travailleurs et de leurs familles dans un hôpital agro-industriel, des centres de santé et un réseau de postes de santé, où l’accent était mis sur les soins curatifs et l’indemnisation des personnes handicapées. Comme la plupart des services de santé en Afrique, la demande de soins curatifs était élevée; les services et les consultations externes étaient surpeuplés. Les infirmières des cliniques mobiles ont traité tous les cas et ont référé les cas graves à l’hôpital pour des soins supplémentaires. Le Dr Martin s’est rendu toutes les deux semaines dans les cliniques de proximité et a ouvert une clinique de planification familiale pour les femmes qui ne pouvaient pas obtenir de tels services ailleurs. La clinique de planification familiale n’a pas réussi: l’effort était en avance sur son temps.

Au cours de sa formation postuniversitaire, la Dr  Martin a recherché des expériences, des stages au choix et des surspécialités axées sur les besoins prioritaires en Afrique: planification familiale, santé maternelle et infantile, soins ambulatoires et programmes de sensibilisation dans les communautés pauvres. Elle croyait alors, comme elle le fait maintenant, que les parents réduiront la taille de leur famille lorsque la survie des enfants nés sera assurée.

Tout au long de ses études de troisième cycle, explique le Dr Martin, j’ai pu réfléchir à mes performances à la maison. Je me suis vue dans des tours de salle précipités, surveillée silencieusement par des mères et d’autres gardiennes d’enfants, et entourée d’infirmières. Je me suis aussi vue dans ces cliniques de proximité périodiques, consultant des cas très courants traités efficacement par les infirmières. J’ai réalisé que j’avais raté plusieurs “moments d’apprentissage” et j’ai pensé à des moyens d’utiliser efficacement mon temps pour les soins aux patients, la promotion de la santé en communiquant avec les mères et leur éducation, ainsi que la formation en cours d’emploi du personnel.

Retour à sa terre natale

À son retour au Cameroun à la fin de 1971, le Dr Martin a appliqué ses idées.  Elle a passé plus de temps à visiter les salles et a discuté avec les mères et le personnel des patients admis pour des maladies infantiles courantes et évitables, en mettant l’accent sur la prévention et la prise en charge précoce à domicile (vaccination, allaitement et réhydratation, espacement des enfants). Dans les cliniques externes, elle et les infirmières qui avaient soigné les patients de routine se sont jointes pour consulter les patients; les cas plus graves étaient réservés à des soins spéciaux ou à l’enseignement / l’apprentissage. En conséquence, les mères étaient plus motivées à utiliser les services de promotion de la santé / prévention des maladies disponibles; moins de patients ont été référés depuis des dispensaires et des postes de santé; le nombre de complications graves et de décès a diminué chez les patients référés à l’hôpital car le traitement essentiel a été commencé avant la référence. Dans tout cela, le Dr Martin a également acquis une expérience pratique dans la prestation de soins de santé à un hôpital doté d’un réseau de centres de santé communautaires.

Sa carrière au Cameroun

En 1973, le Dr Martin s’est joint au Centre universitaire de santé pour les sciences de la santé (CUSS) en tant que pédiatre et médecin de la santé publique, responsable du programme de santé communautaire. Le CUSS a été créé pour tester de nouveaux concepts d’enseignement médical approprié pour l’Afrique; deux piliers de cette nouvelle approche étaient l’enseignement communautaire et intégré. Mvolye, à la périphérie de Yaoundé, a été sélectionnée pour tester les activités communautaires de la CUSS parce qu’elle était facilement accessible, se composait d’une zone suburbaine et rurale, et les autorités locales ont accepté son utilisation pour l’enseignement, le développement de services de soins de santé primaires, et la recherche. Mvolye devait être correctement préparé pour atteindre les objectifs et buts fixés du programme CUSS. La communauté avait un centre de santé gouvernemental avec une section de maternité et un centre de santé de mission catholique. Un membre de la famille dirigeante a fourni un bâtiment qui est devenu l’annexe CUSS. Certains médicaments étaient disponibles, mais les vaccins et les médicaments de soins de santé primaires habituels pour les affections courantes ne l’étaient pas. La vaccination systématique était non disponible sauf via le service mobile périodique. La tâche était difficile, mais un directeur engagé de la CUSS, des projets conjoints avec d’autres institutions, telles que l’Université Harvard, et les activités communautaires existantes à Mvolye ont fourni une base.

La Dr Martin et ses collègues ont élaboré des protocoles et ouvert des cliniques pour les femmes enceintes femmes, enfants et adultes. Avec l’aide d’une petite équipe – deux à plein temps médecins, infirmière sage-femme en santé publique et autres médecins à temps partiel, infirmières, sociologue, nutritionniste et environnementaliste – le Dr Martin a supervisé le programme pendant 13 ans. L’expérience du Dr Martin résume les tâches qui doivent être accomplies pour établir un programme de santé communautaire efficace. Quelques médicaments essentiels étaient disponibles, donc les soins curatifs étaient gratuits mais pas les soins préventifs. Les premiers vaccins ont été fournis par le projet Harvard / CUSS; par la suite, les amis et parents du Dr Martin ont payé le premier ensemble de DPT Polio, tandis que les patients ont payé environ 1,00 $ pour la série. Des seringues jetables ont été fournies par un ami et collègue aux États-Unis; Le Dr Martin les a personnellement nettoyés et stérilisés et a conservé les vaccins à la maison. L’UNICEF a fourni des balances. Le personnel a pu parler de prévention des maladies et vacciner les enfants avec les vaccins DPT et OPV achetés à l’Institut Pasteur du Cameroun, mais le vaccin contre la rougeole était alors trop cher pour être acheté.

Lorsque le PEV national a été lancé en 1975, CUSS Annex est l’un des premiers centres à être créé; sa popularité a augmenté si rapidement qu’environ 300 enfants ont reçu des soins pour leur bébé lors des séances d’une demi-journée. La clinique prénatale est devenue populaire. La fréquentation quotidienne a augmenté pour dépasser 180 femmes, mais comme la rotation au service de la clinique a changé, le nombre de nouvelles femmes enceintes a dû être limité à 25 par session, pour maintenir la qualité des soins aux patients et de l’enseignement des étudiants. Le Dr Martin raconte qu ‘”il était triste de voir” le mur “des femmes partir, soit pour aller à la maternité d’à côté, soit pour arriver tôt au cours de la semaine prochaine, pour être parmi les rares sélectionnés”. Dans la clinique, tous les tests essentiels ont été effectués, en utilisant des méthodes peu coûteuses mais précises. Les femmes ont été référées pour des analyses de groupe sanguin et de syphilis lorsque cela était indiqué. Bien que les services soient offerts dans l’annexe CUSS, le Dr Martin et son équipe ont également travaillé avec des étudiants de la communauté, sur des activités telles que des visites à domicile pour étudier les familles ou pour suivre des cas spéciaux. Un diagnostic communautaire, des séances périodiques d’éducation sanitaire et des journées de santé pour le dépistage des maladies, les soins aux patients et les vaccinations ont également été fournis.

Formation des médecins camerounais

Le projet devait faire face à des crises ayant peu à voir avec les soins médicaux. Par exemple, lorsque le propriétaire de l’immeuble est décédé, CUSS a dû payer un loyer plus élevé. Dans le but d’augmenter encore le nombre de chambres à louer, les propriétaires ont bloqué les fenêtres principales, obligeant l’équipe du Dr Martin à fermer les trois séances d’une demi-journée et à organiser toutes les activités dans les villages où les besoins étaient les plus grands. Des locaux ont été mis à disposition dans les villages sélectionnés par les dirigeants, et les étudiants ont travaillé en petits groupes, à plein temps, dans chaque village.

La collecte et l’analyse des données, importantes à la fois dans la clinique et dans la communauté pour la préparation des rapports et pour la recherche, ont été réalisées avec l’aide des villages. Les volontaires ont été formés pour enregistrer les naissances et les décès, peser les enfants, gérer la diarrhée avec les SRO, éduquer et motiver pour des pratiques saines telles que l’alimentation du nourrisson, la vaccination, un environnement propre et les soins prénatals, dans leurs villages respectifs Chaque village avait un comité de santé et a envoyé deux membres de la communauté sanitaire de Mvolye.

Son action dans la communauté

Bien que la CUSS ait payé les salaires et assuré le transport vers et depuis la communauté, et certains documents essentiels ont été fournis par d’autres sources (Harvard / CUSS, Canada, OMS) a Dans tout cela, le Dr Martin a également acquis une expérience pratique dans la prestation de soins de santé à un hôpital doté d’un réseau de centres de santé communautaires.

L’expérience acquise par le Dr Martin dans le partage des coûts des services de santé à Mvolye lui a permis de contribuer activement au développement de l’Initiative de Bamako proposée par l’UNICEF et l’OMS, y compris la formulation de directives et sa mise en œuvre ultérieure. Le programme CUSS / Mvolye est devenu réalité. Le personnel a fourni des médicaments et effectué régulièrement des tests de laboratoire de routine. Les agents de santé communautaire et les membres du comité de santé ont été sélectionnés par les villageois et ont travaillé comme bénévoles; ils étaient compensés dans leurs villages par une reconnaissance et un respect accrus. Le projet, dans Dr.

Les mots de Martin étaient “un laboratoire de terrain” pour enseigner les soins de santé primaires aux étudiants, étudiants en sciences infirmières et techniciens en santé. Il a également attiré des étudiants en médecine de troisième cycle qui voulaient faire des stages au choix en soins primaires et des étudiants de premier cycle et de troisième cycle d’Europe et d’Amérique du Nord. Le projet est devenu un site de visites sur le terrain lors de séminaires internationaux et a donné naissance à des successeurs. Les thèses des étudiants et la recherche du personnel ont été entreprises avec des données primaires et secondaires de Mvolye. Il est également devenu un laboratoire de terrain pour la recherche en science alimentaire et en nutrition. Pour le Dr. Martin, le projet a réussi parce que tout le monde travaillait en équipe; «tout le monde» comprenait les nettoyeurs, les chauffeurs et les secrétaires, qui ont appris à accomplir des tâches simples mais essentielles, ce qui a laissé aux professionnels de la santé plus de temps pour enseigner et effectuer des tâches plus techniques.

En 1980, le Dr Martin a été nommé chef du Centre de recherche en nutrition de l’Institut de recherche médicale et d’étude des plantes médicinales, ministère de la Recherche scientifique et technique, Cameroun. À ce poste, elle a combiné la recherche, l’enseignement et les soins aux patients au Centre de nutrition, au Centre des sciences de la santé et à l’hôpital universitaire.

Carrière internationale

En 1986, l’UNICEF lui a offert le poste de conseiller régional pour les soins de santé primaires. Elle a travaillé dans la région Est et Sud de l’UNICEF pendant 8 ans, basée d’abord à Madagascar puis à Nairobi, Kenya. En 1994, le Dr Martin a déménagé dans l’Ouest et Région Afrique centrale, basée à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Elle a voyagé dans presque tous Pays africains au sud du Sahara, et a rencontré des décideurs, des autorités nationales et des techniciens internationaux et des collègues de l’UNICEF. Avec ce dernier, au niveau régional, réunions, séminaires, ateliers et conférences nationaux et mondiaux, elle a contribué à encourager les décideurs et les techniciens de la santé à adopter de nouvelles stratégies, à accélérer ou à étendre les programmes pour promouvoir la santé des enfants et à réduire la morbidité, la mortalité et le handicap.

Son apport dans le développement de la pratique médicale

Les expériences de la Dr Martin dans la pratique et dans les organisations internationales l’ont amenée à quelques opinions précises sur le rôle de ces derniers. Par exemple, elle pense qu ‘”il y a eu beaucoup trop d’initiatives et de résolutions venant de l’extérieur” de l’Afrique. Tout en reconnaissant que les initiatives affectent positivement la santé des enfants, des femmes et des pays dans son ensemble, elle estime que chaque agence ou donateur a son propre point de vue sur les priorités. Elle pense que les agences de développement devraient plutôt travailler ensemble dans leurs pays respectifs pour aider les pays à formuler leurs propres plans nationaux de développement, y compris les buts, objectifs, stratégies et activités. Les nouvelles initiatives à financer par les agences de développement devraient provenir des pays respectifs, qui se développent à des rythmes différents et ne devraient donc pas s’attaquer aux mêmes problèmes en même temps, ni avec les mêmes stratégies. De l’avis du Dr Martin, les agences de développement et les autres donateurs devraient aider les pays en développement à examiner les problèmes et les réalisations, et leur donner un soutien technique, financier et logistique pour sélectionner leurs priorités et stratégies éprouvées pour atteindre les objectifs fixés.

L’expérience et les convictions de la Dr Martin se résument mieux dans ses propres mots: “Il y a un grand besoin de promotion de la santé et de prévention des maladies par le biais de l’information sur la santé, de l’éducation et de la communication. , des clubs de santé et d’environnement dans les écoles et les collèges, et des réunions sociales et tribales hebdomadaires et mensuelles. Il est nécessaire de traduire le matériel d’apprentissage et d’enseignement dans les langues et les styles que les différents groupes comprennent. et les diplômés des pays développés et en développement jouent un rôle important car ils échangent des idées tout en apprenant et en contribuant au développement de la santé dans les communautés. Des installations doivent être créées pour que cela se produise. des technologies simples et peu coûteuses qui permettent aux familles de mener une vie saine. Il existe des possibilités de le faire. “

Joseph MBENG BOUM, journaliste scientifique, Tél : +237 694 81 99 37

Source: IPA News: La lettre d’information de l’Association internationale de pédiatrie, volume 2, numéro 2, août 1997

Laisser un commentaire

5 × 2 =

Catégories

Visiteurs


ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR