Gabon, Atelier de renforcement des capacités des sages-femmes de l’hôpital de la coopération Egypto-gabonaise

Atelier de renforcement des capacités des sages-femmes du Gabon sur l’hygiène et l’asepsie en salle d’accouchement. Un évènement organisé par l’association des sages-femmes du Gabon (ASFG) qui à vue la présence du directeur de l’hôpital de la coopération Egypto-Gabonaise le Dr Cynthya Mebale epse Ntoutoume au côté de la présidente de l’ASFG Anita Ikogou ce 10 Novembre 2022.

Les sages-femmes de l’hôpital de la coopération – égypto gabonaise édifié sur l’hygiène et l’asepsie. « Nous sommes partis du constat d’un défaut d’hygiène et d’asepsie dans les salles d’accouchement. Cet atelier vise à réduire de 5% le taux de mortalité maternelle et néonatale liée aux infections dans les 3 prochaines années au Gabon. C’est pourquoi l’association des sages-femmes du Gabon a décidé de renforcer les capacités des sages-femmes dans les structures sanitaires. Notre objectif c’est que les sages-femmes appliquent les règles d’hygiènes et s’améliore dans leur travail. » A expliqué Anita Ikogou la présidente de l’association des sages-femmes du Gabon.

Présente à cet atelier, le Dr Cyntya Mebalé épse Ntoutoume directrice de l’hôpital de la coopération égypto-gabonaise a salué cet initiative de l’association des sages-femmes du Gabon et le choix porté sur sa structure sanitaire.

Toutefois, trois composantes sont impliquées dans l’hygiène et l’asepsie à savoir, les personnels de l’hôpital (les gynécologues, les infirmiers accoucheurs, les techniciens de surfaces, les sages-femmes), le matériel (la table et les salles d’accouchement, la chambre, la table chauffante, les consommables et les produits d’entretien) et l’Etat (approvisionnement, des structures hospitalières, en eau et électricité et matériel hospitalier).

Il convient de souligner que les infections liées aux procédures de soins de soins touchent chaque année des centaines de millions de personnes dans le monde. En 2020 au Gabon, le taux de décès maternels liés aux infections était de 14%, le taux de mortalité liés néonatales liés aux infections était de 17% et en 1848, le médecin hongrois Ignaz Semmelweiss a fourni des preuves selon lesquels les règles d’hygiène diminuent par quatre l’incidence de la septicémie du post-partum.

Saint clair kengue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × deux =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR