Communauté Urbaine de Kribi – Le Maire de la ville et son personnel se font vacciner contre le Covid-19

La salle des délibérations de la Communauté Urbaine de Kribi a servi de cadre, ce vendredi 9 juillet 2021, à la campagne de vaccination de masse contre le Covid-19, de l’ensemble du personnel de cette structure.

Le Maire de la Ville de Kribi, Guy Emmanuel Sabikanda, a prêché par l’exemple en prenant son vaccin contre le Covid-19, sous le regard de tout son personnel. Ensuite, tour à tour, l’ensemble du personnel de la Communauté Urbaine de Kribi s’est fait vacciner contre le Covid-19.

Cette campagne de vaccination de masse vise à immuniser les employés de cette structure face à cette pandémie du Coronavirus. Quand on sait que tous les jours, la Communauté Urbaine de Kribi reçoit au quotidien un flux important de personnes pour différents types de services. L’équipe de vaccination a ainsi administré le vaccin Astrazeneka à tout le personnel de la Communauté Urbaine de Kribi. Cela a été un moment plein d’émotions et de joie pour toutes les personnes qui se sont fait vacciner.

Cependant, compte tenu du fait que le Covid-19 n’a pas baissé les bras et que le virus est plus virulent, pernicieux et vicieux, il a semblé important pour Guy Emmanuel Sabikanda, de faire administrer le vaccin à tous son personnel. Le but étant de les conduire tous,  vers une immunité collective, tenant compte du fait  qu’il ait déjà été atteint par le Covid-19. « Il y a des avantages pour mon personnel à se faire vacciner. Le vaccin immunise. Au quotidien, nous recevons un flux important des gens de tous les bords et tous les horizons. S’il y a un avantage plus important, ils doivent rester en santé. Ils ne doivent pas rester également exposer au risque de se faire contaminer par l’affluence des personnes qui entrent ici, au quotidien.  La vaccination n’exclue pas le port du masque. Nous avons déjà un anticorps, le vaccin,  qui mène vers l’immunité et cela est un avantage. Que les gens ne soient pas perdus dans les préjugés des réseaux sociaux », a-t-il soutenu.

A titre de rappel, au cours du lancement de la campagne de vaccination de masse contre le Covid 19, le mercredi 7 juillet 2021, il avait été question pour Djonfabe Josiane Epse Kounaka, Chef de District de Santé de Kribi de partager des informations liées aux bienfaits de la vaccination. Mais également de présenter le plan de travail des différentes équipes fixes et mobiles dans les différents sites de vaccination. « Il s’agira pour nos équipes fixes et mobiles d’aller dans nos administrations publiques, les entreprises et les grands lieux de rassemblement. Elles vont donc, administrer la vaccination. Nous disons déjà merci à ces administrations publiques qui ont répondus présentes à cette campagne de vaccination de masse contre le Covid-19, à la salle des fêtes de Kribi. Actuellement, elles sont nombreuses qui nous ont déjà donné leur accord et nos équipes sont sur les différents sites en train de vacciner. Donc, nous invitons massivement les populations de Kribi à se faire vacciner », sensibilise-t-elle.  

Un appel qui a été respecté par la Communauté Urbaine de Kribi quelques jours seulement, après le lancement de la campagne de vaccination de masse contre le Covid-19. Au regard de ce qui précède, il y a une nécessité de booster la vaccination contre le Covid-19 pour une immunité collective dans la ville de Kribi, selon les experts.

Catherine Aimée Biloa

Interview

« Je ne pensais pas guérir du Covid-19 »

Guy Emmanuel Sabikanda est le maire de la ville de Kribi. Il a été l’un des malades de Covid-19, à Kribi. Au cours d’un entretien mené avec le Quotidien Echos Santé, le vendredi 9 juillet 2021, il revient sur ces tristes souvenirs.

Pourquoi avoir organisé cette campagne de vaccination de tout le personnel de la Communauté Urbaine de Kribi quelques jours, après le lancement de la campagne de vaccination de masse contre le Covid-19 à Kribi ?

La campagne de vaccination contre le Covid-19 pour l’ensemble du personnel de la Communauté Urbaine de Kribi est un impératif. Vous savez, la pandémie n’a pas quitté le pays. Le Covid-19 n’a pas baissé les bras. Cette pandémie est plus virulente, plus pernicieuse et plus vicieuse qu’avant. On dit très souvent que mieux vaut prévenir que guérir. La vaccination, telle que j’attends les spécialistes le dire, va permettre une immunité collective.=

Quels avantages présentent ce vaccin pour votre personnel ?

Il y a des avantages pour mon personnel à se faire vacciner. De prime abord, le vaccin immunise. Au quotidien, nous recevons un flux important de gens de tous les bords et tous les horizons. S’il y a un avantage plus important, c’est qu’il permet de rester en santé. Ils ne doivent pas rester également exposer au risque de se faire contaminer par l’affluence des personnes qui entrent ici au quotidien.  La vaccination n’exclue pas le port du masque. Nous avons déjà un anticorps, le vaccin,  qui mène vers l’immunité et cela est un avantage. Que les gens ne soient pas perdus dans les préjugés des réseaux sociaux.

Aviez-vous eu des appréhensions lorsque vous avez été convié à prendre votre vaccin contre le Covid-19 ?

Pour ma part, je n’ai pas eu des appréhensions lorsque j’ai décidé de prendre mon vaccin anti-Covid-19. Très souvent, j’interroge les réseaux sociaux et les spécialistes. Je vois des statistiques. Dernièrement, lors du lancement de la campagne de vaccination de masse contre le Covid-19, j’ai interrogé les spécialistes sur les deux vaccins disponibles, Astrazeneka et Cinopharm . Il est clair que Astrazeneka est plus efficace. Il a été interdit dans certains pays. Mais, il a été réhabilité. Si nous ne sommes pas au courant, c’est très dangereux. Je viens de me faire injecter le vaccin Astrazeneka.

Avez-vous ressenti les effets secondaires après votre prise de vaccin contre le Covid-19 ?

Après ma prise de vaccin, je n’ai pas ressenti d’effets secondaires. Même cela est tôt pour moi, de le dire. Mais, je suis sûr que même aujourd’hui ou demain, rien n’arrivera puisque j’ai été placé sous observation après l’administration de mon vaccin. Il faut le rappeler que j’ai été malade du Covid-19.

Justement, vous avez été atteint par le Covid-19. Comment l’on vit cette période de crise face à la maladie ?

Etre malade du Covid-19 est très mauvais. J’avais fait pratiquement deux semaines sans manger. Puis, j’avais été transféré à Douala presqu’en train de perdre connaissance. Quand j’y suis arrivé, j’ai été pris en charge. Le personnel de santé m’a fait passer des visites et des prises de sang. Ensuite, le scanner qui confirme le résultat du Covid-19. On n’a voulu me transférer à l’hôpital Laquitinie mais, j’ai refusé. J’avais plutôt choisi d’aller dans une clinique. Et là, j’étais sous oxygène et j’étais en train de perdre connaissance. Le lendemain, parce qu’il y a eu des soins toute la nuit, je m’étais surpris en train de manger énormément. Ce qui a inquiété mes proches.

Pourquoi vos proches sont-ils inquiétés ?

Tout le monde se disait : «  il sort d’une maladie, s’il commence à manger comme cela, cela veut dire qu’il va mourir ». A midi, j’étais toujours en train de manger et dans l’après-midi, je continuais à réclamer la nourriture.  Puis après mes trois jours d’oxygène, j’avais suivi encore deux jours d’observations. Quand je sors de l’hôpital, je me mets à manger comme un goinfre. C’est le corps qui était en train de réclamer des réserves. J’avais fait mon premier contrôle le 8 mars et le deuxième, le 17 mars 2021.

Combien de temps vous a-t-il fallu pour recouvrer votre santé ?

Pour recouvrer la santé, cela ne met pas long. Après mes trois jours sous oxygène, et même que le deuxième jour, je me suis mis à manger normalement. Surtout, quand la prise en charge est immédiate. En ce moment, quand vous sentez la mort arrivé, vous voulez faire votre testament. Franchement, quand on m’avait dit que je suis atteint du Covid-19. Je m’étais dit : « comme on ne sort pas de cette maladie, je sais que je suis parti. Je m’apprête à être à côté de Dieu le père. Apportez moi un bout de papier, je veux faire un testament ».

Quel est le message que vous passez aujourd’hui pour booster la vaccination contre le Covid-19 ?

Le message est clair. C’est celui passé par le Gouvernement camerounais. Il faut respecter les mesures barrières, le lavage des mains, le port du masque et la distanciation sociale. Le plus important étant le lavage des mains. Nous touchons à tout et à tout moment.  Le port du masque doit être obligatoire. Au-delà de toutes ces mesures barrières, il faut se faire vacciner. Le but étant la conduite vers l’immunité collective de tout le monde.

Propos recueillis par Catherine Aimée Biloa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 1 =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR