« Il doit avoir une corrélation entre éducateurs, parents et l’hôpital » – Dr Marylène Kemen, chef du Centre de soins Accompagnement et Prévention en addictologie à l’hôpital Central de Yaoundé

J’ai été invitée et associée à cet atelier et j’y suis venue avec plaisir parce que justement, la prise en charge des addictions est plurielle et pluridisciplinaire. Elle nécessite la mise en commun d’efforts de plusieurs associations, plusieurs administrations et donc, des Organisations de la Société Civile comme Foie&Justice, les administrations, des éducateurs, les enseignants, les assistants sociaux etc. Et puis maintenant, le personnel de santé. Donc, c’est important que chacun de ces acteurs soient capacité en la matière. Aujourd’hui, je pense humblement avoir apporté des connaissances techniques à l’assistance. C’est la connaissance de la maladie, ses effets sur l’organisme, des corrélations éventuelles avec la famille, l’environnement etc.… Donc, vraiment expliquer le mécanisme parce que les relais scolaires sont des gens qui auront à faire aux parents et aux enfants. Il est donc important qu’ils aient toutes les informations, au maximum, pour pouvoir expliquer,  –  soutenir l’élève parce que ce sont eux qui vont finalement le faire –  dans le cadre de la prise en charge à l’établissement. On voudrait que ces trois acteurs, qui sont les éducateurs, les parents et maintenant nous à l’hôpital soyons vraiment en corrélation dans le cadre de la prise en charge des élèves consommateurs de drogues. Il est donc, important qu’au niveau de la maison, les parents veillent ; au niveau de l’établissement, les éducateurs veillent et nous, on veille au niveau de l’hôpital. Avec la mise en commun de tous ces efforts, on peut prétendre à un résultat efficace dans la prise en charge de ces élèves.

C’est vrai que le service est fonctionnel depuis le mois de février, à mon arrivée mais depuis cette semaine, nous avons des activités de sensibili sation, des journées portes- ouvertes les lundis, mercredis et vendredis au cours desquelles nous invitons tout le monde, et on sensibilise justement sur les drogues, les addictions, les effets négatifs… Donc, on a déjà ces activités là, qui sont menées au niveau du Centre La Vie.

Propos recueillis par Carole AMBASSA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − 8 =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR