Santé de la reproduction : UNFPA présente les acquis du projet PASMNI dans l’amélioration de la santé maternelle, néonatale et infantile

Cet échange heuristique a été présidé par le conseiller technique n°1 du ministère de la Santé publique, en présence de Noemi Dalmonte, chargée du bureau de l’UNFPA Cameroun et des représentants de la Banque Islamique de Développement, des partenaires techniques et financiers du secteur de la santé, les professionnels de la santé et de la coopération.

C’est toujours aussi difficile de s’y faire. C’est toujours aussi révoltant de devoir l’accepter. Alors qu’elles en sont à donner la vie, certaines mères la perdent. Le comble, si l’on peut dire, c’est que souvent, la vie qu’elles viennent de donner s’éteint presque aussitôt. On parle alors de mortalité maternelle et néo natale. Chaque jour, dans les hôpitaux, même les plus outillés, des femmes décèdent en couches. La santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant est un indicateur essentiel du développement durable et du bien-être des populations à travers le monde.

Les Objectifs de Développement durable 3 et 5 de l’agenda 2030 des Nations-Unies y accordent une grande importance. A cet égard, le gouvernement du Cameroun a placé la lutte contre la maternité et la morbidité maternelle, néonatales et infantiles comme une des priorités de sa stratégie sectorielle en santé publique. Le Fond des Nations Unies pour la population (UNFPA), organise la présentation des résultats du Projet d’Appui à la Santé Maternelle Néonatale et Infantile (PASMNI), mis en œuvre entre 2018 et 2022 dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord, de l’Adamaoua, du Centre et de l’Est Cameroun.

Cette présentation entre dans le cadre de la Matinale des partenaires pour la santé de reproduction, ce mardi 21 juin 2022, dans la salle de conférences du Star-Land hôtel à Yaoundé. « Au terme de ce projet démarré en 2018, je me réjouis des avancements que le projet a apporté en matière de réduction des décès maternels évitables et du renforcement de l’offre de service en santé de la reproduction dans les régions de l’Est, Adamaoua, Nord, Extrême-Nord et du Centre. Il s’agit aujourd’hui de partager nos expériences, obtenir avis et suggestions pour la poursuite de nos efforts conjoints dans la lutte contre la mortalité et la morbidité de la mère, du nouveau-né et de l’enfant », explique Noemi Dalmonte, chargée du bureau de l’UNFPA.

Il s’agit d’une rencontre d’échanges entre les acteurs engagés dans l’amélioration de la santé maternelle autour des résultats et acquis du projet d’appui à la santé maternelle, néonatale et infantile (PASMNI). Ce projet d’envergure et innovateur a été mis sur pied par le ministre de la Santé publique, sur financement de la Banque Islamique de Développement et la mise en œuvre a été conjointement confiée à UNFPA et Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF).

En effet, le gouvernement du Cameroun a bénéficié d’un crédit d’un montant initial de la Banque Islamique de développement (BID) pour le financement du PASMNI CMR 085 à hauteur de quinze milliards deux cent dix-huit millions cinq cent mille Fcfa (15 218500 000 Fcfa). Une partie importante de ces fonds a été allouée à l’UNFPA 18 466 521 USD, soit (10 156 586 550 Fcfa) pour la réalisation des interventions stratégiques dans le domaine de la santé de reproduction, notamment :

Le renforcement des capacités des ressources humaines en soins maternels, néonatals et infantiles, y compris la formation dans la prise en charge des cas de fistule obstétricale, ainsi que les soins obstétricaux d’urgence, le renforcement des capacités institutionnelles, la mobilisation sociale et communautaire, y compris le micro takuful qui octroie aux femmes victimes de fistules, des financements afin de mettre sur pied des activités génératrices de revenus, l’acquisition des équipements, matériels médicaux et médicaments.

Ces interventions participent à l’accélération de la lutte contre la mortalité et la morbidité maternelles, néonatales et infantiles, un des axes prioritaires de la stratégie sectorielle de santé du gouvernement camerounais. Mettre fin aux décès maternels évitables au Cameroun d’ici à 2030. En effet, l’atteinte des zéros décès maternels évitables est l’un des 3 résultats transformateurs sur lesquels UNFPA axe sa coopération avec le gouvernement et les partenaires au développement.

Elvis Serge NSAA

Réaction

Noemi Dalmonte, chargée du bureau du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA)

« Je me réjouis des avancements que le projet a apporté en matière de réduction des décès maternels évitables et du renforcement de l’offre de service en santé de la reproduction dans les régions de l’Est, Adamaoua, Nord, Extrême-Nord et du Centre »

Je me réjouis donc, au nom du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), l’agence des Nations-Unies en charge de la santé sexuelle et reproductive, d’organiser cette cérémonie baptisée « la Matinale des partenaires en santé reproductive ».

Il s’agit d’une rencontre d’échanges entre les acteurs engagés dans l’amélioration de la santé maternelle autour des résultats et acquis du projet d’appui à la santé maternelle, néonatale et infantile (PASMNI). Ce projet d’envergure et innovateur a été mis sur pied par le ministre de la Santé publique, sur financement de la Banque Islamique de Développement et la mise en œuvre a été conjointement confiée à UNFPA et UNICEF.

Au terme de ce projet démarré en 2018, je me réjouis des avancements que le projet a apporté en matière de réduction des décès maternels évitables et du renforcement de l’offre de service en santé de la reproduction dans les régions de l’Est, Adamaoua, Nord, Extrême-Nord et du Centre. Il s’agit aujourd’hui de partager nos expériences, obtenir avis et suggestions pour la poursuite de nos efforts conjoints dans la lutte contre la mortalité et la morbidité de la mère, du nouveau-né et de l’enfant.

Propos recueillis par Elvis Serge NSAA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 + 5 =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR