Zoonoses – L’apport des vétérinaires exerçant en clientèle privée

Le ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales, Dr. Taïga, a au cours de sa visite dans la région, salue les prouesses de ces cabinets tenus par des camerounais formés dans les universités du terroir dans la promotion de la santé des populations.

La région de l’Adamaoua connue pour son important cheptel bovin bénéficiait longtemps de l’expertise des succursales des cabinets vétérinaires occidentaux installés dans la ville de Ngaoundéré. La création de l’Ecole des Sciences et de Médecine Vétérinaire de l’Université de Ngaoundéré au début des années 2000, vient mettre sur le marché des docteurs vétérinaires de haut niveau à même de contribuer à l’amélioration de la qualité de la production de la viande et du lait.

Dans la ville de Ngaoundéré, ces cabinets tenus par les anciens élèves de cette école, mettent leur expertise au service des producteurs de lait et autres acteurs du monde pastoral. La visite du ministre de l’élevage dans la région en semaine dernière, lui a permis de faire un tour dans certains de ces cabinets pour toucher du doigt les réalités de l’exercice de cette activité qui améliore la qualité de la production animale. « Nous sommes une ferme avicole exerçant dans la région de l’Adamaoua, depuis 2019 et nous avons une capacité de 20 040 œufs de table par jour, avec un cheptel de 29 149 sujets. Nous bénéficions de l’expertise du Dr. Tonfack, vétérinaire formé à l’Université de Ngaoundéré et installé en clientèle privée. Grâce à son appui, nous avons un suivi de nos sujets et production », relève Nana Abdoulbagui, directeur général d’un complexe avicole dans la ville.

La production laitière, une des spécialités de la région, a été améliorée avec la mise à contribution de ces spécialistes de la santé animale. Ils interviennent dans l’administration des soins et des aliments adaptés pour une meilleure production laitière. L’introduction des vaches laitières montbéliardes à côté du Holstein a vu la production de cette denrée prendre du volume. Au quotidien, les vétérinaires veillent au grain pour une meilleure production.

De par leur intervention, ils contribuent au renforcement de la santé humaine. « Je voudrais saluer ces vétérinaires installés à leur propre compte. Par leur service, ils participent à la santé des populations. Ils s’assurent que les animaux se portent de mieux en mieux. Ces expertises, ils les ont acquises au sein de nos universités, notamment les universités de Ngaoundéré, Bamenda et Buea. Ils sont les témoins vivants de la qualité de la formation dispensée dans ces institutions qui contribuent au développement de la région et de tout le pays » encourage Dr. Taïga, ministre de l’élevage, des pêches et des industries animales.

Jean BESANE MANGAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

18 − dix-sept =

ECHOS SANTE

GRATUIT
VOIR